La mé­téo sous le ra­dar

Le Messager Lachine & Dorval - - ACTUALITÉS - ISA­BELLE BER­GE­RON isa­belle.ber­ge­ron@tc.tc

MÉ­TÉO. Le plus vieux ra­dar mé­téo au pays se trouve à Mon­tréal. Après 40 ans de loyaux ser­vices, il se­ra pro­ba­ble­ment le pre­mier à être rem­pla­cé cet au­tomne par une tech­no­lo­gie à la fine pointe qui pour­rait ser­vir, entre autres, à rendre le dé­nei­ge­ment plus per­for­mant. Le gou­ver­ne­ment du Ca­na­da dé­pen­se­ra 83 M $ pour 20 nou­veaux ap­pa­reils.

Les ra­dars aux quatre coins du pays se­ront en me­sure de dé­tec­ter plus ef­fi­ca­ce­ment si les pré­ci­pi­ta­tions tom­be­ront sous forme de neige, de pluie ver­gla­çante ou de gré­sille.

« Les élus de la Ville de Mon­tréal au­ront ac­cès à des don­nées plus justes pour prendre leurs dé­ci­sions et ain­si en­ta­mer ou non les opé­ra­tions de char­ge­ment ou de sa­lage », a ex­pli­qué la mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment, Ca­the­rine McKen­na lors de l’an­nonce, mar­di.

En pro­lon­geant le temps de pré­pa­ra­tion aux tem­pêtes de ver­glas ou autres phé­no­mènes mé­téo, les équipes pour­ront être mieux dé­ployées sur le ter­ri­toire pour ré­duire les ef­fets sur la cir­cu­la­tion.

Les ser­vices d’ur­gence pour­ront aus­si être mieux mo­bi­li­sés pour in­ter­ve­nir ra­pi­de­ment et mi­ni­mi­ser les ré­per­cus­sions sur la po­pu­la­tion.

Des pré­vi­sions plus ef­fi­caces ser­vi­ront dans di­vers autres do­maines d’ac­ti­vi­té tels que la san­té, l’éner­gie et l’agri­cul­ture.

RÉ­DUIRE L’INCERTITUDE

La pla­ni­fi­ca­tion dans dif­fé­rents secteurs éco­no­miques comme la construc­tion et le tou­risme se­ra fa­ci­li­té.

« Les fausses alertes se­ront aus­si gran­de­ment éli­mi­nées. Ça ré­dui­ra l’incertitude face aux mau­vaises condi­tions mé­téo lorsque des or­ga­ni­sa­teurs font face à l’an­nu­la­tion des évé­ne­ments im­por­tants ou les tran­sports sco­laires », in­siste Gé­né­vière Bé­chard, di­rec­trice gé­né­rale du Ser­vice mé­téo­ro­lo­gique du Ca­na­da.

Avec la nou­velle tech­no­lo­gie, les mé­téo­ro­logues pour­ront mieux in­for­mer et aler­ter la po­pu­la­tion de fa­çon plus pré­cise lors d’évé­ne­ments vio­lents ou in­ha­bi­tuels, comme les

SU­PER­OR­DI­NA­TEUR

Un su­per­or­di­na­teur, qui se­ra fonc­tion­nel à comp­ter de cet été, com­pi­le­ra plus ra­pi­de­ment les don­nées trans­mises par les nou­veaux ra­dars mé­téo. Le contrat de huit ans ac­cor­dé à IBM Ca­na­da pour la concep­tion, l’hé­ber­ge­ment et la mo­der­ni­sa­tion du sys­tème de haute per­for­mance s’élève à 430 M $.

L’an­cienne tech­no­lo­gie four­nis­sait des images aux 10 mi­nutes. Do­ré­na­vant, bien que l’in­ter­valle soit en­core in­dé­ter­mi­né, le taux de ra­fraî­chis­se­ment se­ra plus court.

« Les ra­dars se­ront aus­si moins sen­sibles aux bruits, c’est-à-dire aux in­for­ma­tions pro­duites par des évé­ne­ments non mé­téo­ro­lo­giques comme une en­vo­lée d’oi­seaux ou la ré­flexion de l’eau qui in­fluence les in­for­ma­tions re­cueillie », pré­cise Ma­rie-Hé­lène Boi­vin, di­rec­trice du pro­gramme de rem­pla­ce­ment des ra­dars.

Les cinq ra­dars du Qué­bec se­ront tous rem­pla­cés d’ici les sept pro­chaines an­nées, et un ra­dar sup­plé­men­taire se­ra ins­tal­lé dans la ré­gion de Ford McMur­ray, en Al­ber­ta, où l’on ob­serve de­puis quelque temps des phé­no­mènes mé­téo­ro­lo­giques plus in­quié­tants, no­tam­ment ceux qui ont cau­sé les im­por­tants feux de forêt de l’été der­nier.

(Pho­to: TC Me­dia – Isa­belle Ber­ge­ron)

Le Centre mé­téo­ro­lo­gique ca­na­dien dis­pose de plu­sieurs don­nées, dont les vents, la tem­pé­ra­ture et les cou­rants ma­rins. La mi­nistre de l’En­vi­ron­ne­ment, Ca­the­rine McKen­na, ob­serve les images re­cueillies par les ra­dars ré­par­tis par­tout au pays.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.