L’heure est au bi­lan

Le Messager Lachine & Dorval - - ACTUALITÉS - ISA­BELLE BER­GE­RON isa­belle.ber­ge­ron@tc.tc

EN­VI­RON­NE­MENT. En­core plu­sieurs La­sal­lois ignorent le rè­gle­ment qui ré­git l’uti­li­sa­tion de l’eau po­table. À preuve, de­puis son en­trée en vi­gueur, en 2013, la Pa­trouille bleue a re­mis près de 1 000 avis, dont huit à La­salle. Pour la pre­mière fois cette an­née, des constats d’in­frac­tions ont été re­mis aux ré­si­dents ré­ci­di­vistes.

L’an­née pré­cé­dente, les agents avaient sen­si­bi­li­sé plus de 7 000 Mont­réa­lais.

En tout, 21 agents sont rat­ta­chés aux éco­quar­tiers de la Ville de Mon­tréal. Ils par­courent de porte en porte les ré­si­dences et se dé­placent à l’aide de vé­los BIXI. Leur in­ter­ven­tion vise d’abord à sen­si­bi­li­ser les ci­toyens en rem­plis­sant un pe­tit ques­tion­naire sur leur uti­li­sa­tion de l’eau po­table.

«Les gens ignorent sou­vent qu’il y a une nou­velle ré­gle­men­ta­tion en vi­gueur», constate Lu­cas Gon­za­ga, co­or­don­na­teur de l’éco-quar­tier de La­salle. Son équipe, un amal­game de Pa­trouille Bleue et verte, in­for­mait sou­vent les ci­toyens qu’un usage ex­té­rieur d’eau po­table est per­mis se­lon un ho­raire pré­dé­fi­ni se­lon le sec­teur de ré­si­dence.

«La plu­part des gens ne savent pas qu’ils contre­viennent au rè­gle­ment, pré­cise M. Gon­za­ga, l’in­for­ma­tion est dis­po­nible sur In­ter­net, mais pas suf­fi­sam­ment pu­bli­ci­sée». En rai­son des pluies abon­dantes de l’été, le nombre de constats pour l’ar­ro­sage n’est pas très éle­vé. Tou­te­fois, les agents ont re­mar­qué que les ci­toyens igno­raient sou­vent qu’un frêne gran­dis­sait sur leur ter­rain et qu’il était obli­ga­toire de le faire trai­ter contre l’agrile du frêne, un in­secte ra­va­geur.

De plus, ils sug­gé­raient aus­si de ré­orien­ter l’eau des gout­tières vers des sur­faces per­méables plu­tôt que vers le ré­seau d’aque­duc de la ville.

FAIRE PLUS

L’or­ga­nisme Eau-se­cours, qui re­ven­dique et fait la pro­mo­tion d’une ges­tion saine de l’eau po­table, juge qu’il est pos­sible de faire beau­coup plus, sur­tout dans les sec­teurs in­dus­triels et com­mer­ciaux.

«Le nombre d’avis est très faible sur une po­pu­la­tion de deux mil­lions d’ha­bi­tants», re­marque la porte-pa­role, Mar­tine Cha­te­lain.

Elle fé­li­cite tou­te­fois la ville-centre pour son bi­lan d’économie d’eau, ses ef­forts ain­si que la mise en place de ses gar­diens de l’eau, un tra­vail qu’elle qua­li­fie de très im­por­tant.

Une lettre adres­sée au maire de Mon­tréal, De­nis Co­derre, est aus­si dis­po­nible sur leur site In­ter­net où l’on sou­ligne «les ef­forts de ré­fec­tion des in­fra­struc­tures […] qui ont per­mis une ré­duc­tion de la consom­ma­tion d’eau de 28% par per­sonne.»

(Pho­to: Gracieuseté – Ville de Mon­tréal)

La Pa­trouille Bleue in­for­mait les ci­toyens qu’un usage ex­té­rieur d’eau po­table est per­mis se­lon un ho­raire pré­dé­fi­nis se­lon le sec­teur de ré­si­dence.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.