Une en­tre­prise de La­chine sur la liste noire de la Ville de Mon­tréal

Le Messager Lachine & Dorval - - ACTUALITÉS - MA­RIE-EVE SHAF­FER me.shaf­fer@jour­nal­me­tro.com

CONSTRUC­TION. In­sa­tis­faite des ser­vices ren­dus par l’en­tre­prise Ca­ta­lo­gna & Frères pen­dant des tra­vaux de ré­amé­na­ge­ments des es­paces pu­blics à proxi­mi­té du Mu­sée des beaux-arts de Mon­tréal et de l’uni­ver­si­té Con­cor­dia, la Ville de Mon­tréal a dé­ci­dé de l’ins­crire sur sa liste noire.

Les élus sié­geant au co­mi­té exé­cu­tif ont ap­prou­vé mer­cre­di l’en­re­gis­tre­ment de l’en­tre­prise de La­chine sur « la liste des firmes à ren­de­ment in­sa­tis­fai­sant pour une pé­riode de deux ans ».

Ca­ta­lo­gna & Frères a dé­cro­ché en mars 2016 un contrat de 4,8 M$ pour des « tra­vaux de ré­amé­na­ge­ment du do­maine pu­blic » près du Mu­sée des beaux-arts et l’uni­ver­si­té Con­cor­dia. Le chan­tier, qui com­pre­nait entre autres la re­cons­truc­tion de trot­toirs, le rem­pla­ce­ment de lam­pa­daires et l’ins­tal­la­tion de nou­velles bornes d’in­cen­die, s’est dé­rou­lé jus­qu’en juin der­nier. Comme le contrat dé­pas­sait 100 000 $, une éva­lua­tion des ser­vices ren­dus a été réa­li­sée. Pour que les tra­vaux soient ju­gés sa­tis­fai­sants, la note de­vait dé­pas­ser 70 %. Or, elle s’est éle­vée à 34,5 %.

«Le chan­tier était désor­ga­ni­sé, l’échéan­cier di­rec­teur n’était pas ré­vi­sé, les échéan­ciers court-terme n’étaient gé­né­ra­le­ment pas sui­vis, plu­sieurs des­sins d’ate­lier étaient sou­mis tar­di­ve­ment et cer­tains sous-trai­tants re­fu­saient même d’exé­cu­ter leurs tra­vaux, car ils étaient en li­tige avec l’en­tre­pre­neur, est-il écrit dans les do­cu­ments de la Ville de Mon­tréal. [L’en­tre­pre­neur] n’a pas été en me­sure de com­plé­ter les tra­vaux pré­vus et la Ville a dû pré­voir des amé­na­ge­ments tem­po­raires afin de mi­ti­ger les im­pacts pour les ci­toyens. »

« Les ges­tion­naires de la Ville ont ten­té par di­vers moyens d’ame­ner l’en­tre­pre­neur à amé­lio­rer son ren­de­ment. (…) Mal­gré [des] ef­forts, au­cune amé­lio­ra­tion no­toire n’a été ob­ser­vée », est-il éga­le­ment rap­por­té dans les do­cu­ments de la Ville.

L’en­tre­prise n’a ja­mais for­mu­lé de com­men­taire à cette éva­lua­tion de la Ville. Celle-ci a dû ac­cor­dé un autre contrat afin de com­plé­ter les tra­vaux, qui ac­cusent un re­tard de trois mois.

Le res­pon­sable des in­fra­struc­tures à la Ville de Mon­tréal, Lio­nel Pe­rez, a in­di­qué par voie de com­mu­ni­qué que le ren­de­ment des en­tre­prises consti­tue une « cri­tère pri­mor­dial » dans l’oc­troi des contrats pu­blics puisque « c’est l’ar­gent des contri­buables qui est en jeu ».

L’en­tre­prise, dont les bu­reaux se trouvent sur le bou­le­vard Nor­man, à La­chine, fait dé­sor­mais par­tie des six en­tre­prises ins­crites sur la liste des firmes à ren­de­ment in­sa­tis­fai­sant de la Ville de Mon­tréal.

(Pho­to : TC Me­dia – Ar­chives)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.