Une hi­ron­delle ne fait pas le prin­temps

Le Messager Lachine & Dorval - - ACTUALITÉS - PASCALINE DA­VID pascaline.da­vid@tc.tc POUR PLUS D'IN­FOS que­be­coi­seaux.org

EN­VI­RON­NE­MENT. Mal­gré l’hi­ver qui s’ac­croche, les pre­mières hi­ron­delles noires sont dé­jà ar­ri­vées de­puis quelques jours. Pour pro­té­ger cette espèce en fort dé­clin de po­pu­la­tion, l’or­ga­nisme Qué­bec Oi­seaux lan­ce­ra un guide des bonnes pra­tiques pour ins­tal­ler et en­tre­te­nir des ni­choirs qui fa­vo­ri­se­ront leur ni­da­tion.

Alors qu’elles se lo­geaient ja­dis dans les ca­vi­tés na­tu­relles des arbres, on les re­trouve au­jourd’hui presque ex­clu­si­ve­ment dans les ni­choirs ins­tal­lés par les hu­mains.

«Elles sont dé­pen­dantes de l’homme, en quelques sortes, ex­plique Ge­ne­viève Per­reault, bio­lo­giste et membre du re­grou­pe­ment Qué­bec Oi­seaux. Avant même l’ar­ri­vée des Eu­ro­péens, les Amé­rin­diens les at­ti­raient avec des courges évi­dées, pro­ba­ble­ment pour contrô­ler la quan­ti­té d’in­sectes.»

Pour les hi­ron­delles noires, espèce co­lo­niale, pas ques­tion de ni­cher en so­li­taire. Ces oi­seaux mo­no­games, dont la co­pu­la­tion hors couple semble tou­te­fois as­sez cou­rante, pré­fé­re­ront un ni­choir consti­tué de mul­tiples com­par­ti­ments et ca­pable d’ac­cueillir au moins une di­zaine de couples.

Les ar­ron­dis­se­ments de Lasalle, La­chine et Ver­dun leur sied par­ti­cu­liè­re­ment puis­qu’elles af­fec­tionnent les plans d’eau. «Ce sont des in­sec­ti­vores aé­riens, le fleuve consti­tue leur garde-man­ger», in­dique Mme Per­reault.

Il est éga­le­ment pré­fé­rable que les ni­choirs soient mon­tés sur de simples po­teaux, loin des arbres, afin d’évi­ter les pré­da­teurs comme les écu­reuils ou les ra­paces.

Même le choix du ma­té­riau est im­por­tant. «Si on uti­lise quelque chose de glis­sant comme le plas­tique ou l’alu­mi­nium, il faut mettre un pe­tit ta­pis an­ti-dé­ra­pant, si­non les jeunes peuvent dé­ve­lop­per des mal­for­ma­tions au ni­veau des pattes», pré­cise la bio­lo­giste.

EN­TRE­TIEN

Dans le pas­sé, des ni­choirs ont été ins­tal­lés par la Ville sur les berges. «Le pro­blème, c’est que la plu­part sont désuets ou si­tués trop près des arbres», es­time Mme Per­reault.

Il est né­ces­saire d’en­tre­te­nir les ni­choirs après l’ins­tal­la­tion, pour évi­ter d’em­pê­cher la ni­da­tion ou d’aug­men­ter la pré­da­tion. Bien net­toyer lorsque les oi­seaux sont par­tis au mois d’oc­tobre, consti­tue le ser­vice de base à of­frir à ces lo­ca­taires poin­tilleux.

Pour s’as­su­rer qu’il n’y ait pas de moi­neaux, écu­reuils ou sou­ris qui y res­tent à l’an­née, il est ju­di­cieux de fer­mer les dif­fé­rents com­par­ti­ments pour l’hi­ver et d’at­tendre l’ar­ri­vée des éclai­reurs pour les rou­vrir.

«Par­fois, il faut aus­si ré­pa­rer ou ra­fraî­chir les ni­choirs pen­dant les pé­riodes chaudes, ajoute Mme Per­reault. L’hi­ron­delle noire to­lère jus­qu’à 35 de­grés, mais au-delà, on peut ins­tal­ler pen­dant quelques jours des pe­tits sacs de glace dans les com­par­ti­ments non-uti­li­sés.»

En­fin, le re­grou­pe­ment sug­gère l’ajout d’une cuillère de terre de di­ato­mée, un pro­duit na­tu­rel qui n’af­fecte pas les oi­seaux, mais qui est abra­sif pour la ca­ra­pace des pa­ra­sites.

Qué­bec oi­seaux a pour pro­jet d’ins­tal­ler des ni­choirs d’ici l’été 2019, se­lon le fi­nan­ce­ment ob­te­nu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.