Mon­tréal clas­si­fie­ra les chiens dan­ge­reux

Le Messager Lachine & Dorval - - LOCAL NEWS - SI­MON MAUVIEUX si­mon.mauvieux@jour­nal­me­tro.com

RÉ­GLE­MEN­TA­TION. La Ville de Mon­tréal va créer deux nou­velles ca­té­go­ries de chiens: les chiens dan­ge­reux et les chiens po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux, peu im­porte leur race.

Dans le nou­veau rè­gle­ment sur la ges­tion ani­ma­lière pré­sen­té, le 14 juin, les chiens se­ront dé­sor­mais clas­si­fiés en fonc­tion de leur com­por­te­ment. Ain­si, un chien se­ra consi­dé­ré comme dan­ge­reux s’il mord mor­tel­le­ment un in­di­vi­du ou un ani­mal. La bête se­ra ra­pi­de­ment eu­tha­na­siée.

Si le chien at­taque ou tente de mordre une per­sonne ou un ani­mal, il pour­rait être dé­si­gné comme étant un chien «po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux». À ce mo­ment, son pro­prié­taire de­vra se plier à plu­sieurs condi­tions. Il de­vra avoir un ca­sier ju­di­ciaire vierge, en plus de sté­ri­li­ser, mi­cro­pu­cer et vac­ci­ner son ani­mal. Son per­mis coû­te­ra 150$, com­pa­ra­ti­ve­ment à 62$ pour le per­mis ré­gu­lier. Il de­vra aus­si mu­se­ler son chien à l’ex­té­rieur de son do­mi­cile et ne pas ap­pro­cher à moins de deux mètres d’un en­fant âgé de moins de 16 ans.

Avec ce nou­veau rè­gle­ment, l’ad­mi­nis­tra­tion de Va­lé­rie Plante ne sou­haite pas ci­bler les chiens pit­bulls, mais tous les chiens qui ont at­ta­qué ou ten­té d’at­ta­quer un in­di­vi­du ou un ani­mal. Dé­sor­mais, une éva­lua­tion de­vra être ef­fec­tuée 72 heures après l’in­ci­dent, ce qui dé­ter­mi­ne­ra les me­sures qui se­ront prises par la suite.

«On va pou­voir faire de la pré­ven­tion et agir en amont. Si un citoyen se sent at­ta­qué, il peut nous ap­pe­ler et on va [mo­bi­li­ser] plus de res­sources. On ne veut pas at­tendre que quel­qu’un soit mor­du par un ani­mal. C’est pour ça qu’on ajoute un autre ni­veau de sé­cu­ri­té», a dé­cla­ré le conseiller de Des­mar­chais-craw­ford, Ser­ling Dow­ney, qui a col­la­bo­ré à la ré­dac­tion du rè­gle­ment.

NOU­VEAUX CONTRÔ­LEURS

Les chiens au com­por­te­ment dan­ge­reux pour­ront être re­pé­rés grâce à l’es­couade de contrô­leurs, qui est com­po­sée de dix per­sonnes. Mon­tréal em­bau­che­ra pro­chai­ne­ment quatre nou­veaux contrô­leurs. L’ef­fec­tif de l’es­couade pour­rait aug­men­ter si la Ville re­çoit trop d’ap­pels de ci­toyens, a pré­ci­sé le conseiller as­so­cié aux ser­vices aux ci­toyens et à la mo­bi­li­té, Craig Sau­vé. Des ex­perts en com­por­te­ment ca­nin ar­pen­te­ront éga­le­ment les parcs à chien pour sen­si­bi­li­ser les pro­prié­taires et four­nir des for­ma­tions gra­tuites.

Il est aus­si pré­vu que la Ville puisse aus­si re­fu­ser ou re­ti­rer un per­mis à un pro­prié­taire de chien ou de chat qui a com­mis une in­frac­tion en lien avec la vio­lence et le bien-être ani­mal. Si le chien est po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux, le pro­prié­taire peut se voir re­ti­rer son per­mis s’il com­met une in­frac­tion au Code cri­mi­nel «en lien avec la vio­lence».

M. Sau­vé et M. Dow­ney ont aus­si vou­lu adres­ser un mes­sage aux pro­prié­taires de chien dan­ge­reux, les ap­pe­lant à agir de fa­çon «res­pon­sable» et à rap­por­ter les com­por­te­ments dan­ge­reux de leurs chiens.

STÉ­RI­LI­SA­TION

D’autres me­sures se­ront mises en place pour ré­duire la pro­li­fé­ra­tion des chiens, des chats et des la­pins. À par­tir du 1er juillet 2019, tous ces ani­maux ven­dus dans des ani­ma­le­ries de­vront pro­ve­nir obli­ga­toi­re­ment d’un re­fuge. À par­tir du 1er jan­vier 2020, les chats et les chiens ven­dus de­vront être sté­ri­li­sés et mi­cro­pu­cés. Les la­pins de­vront quant à eux seule­ment sté­ri­li­sés.

La Ville va faire pas­ser de 500$ à 300$ l’amende émise en cas de non-port de la laisse. Par contre, cu­mu­ler trois in­frac­tions de ce type pour­ra per­mettre à la Ville de re­ti­rer le per­mis d’un pro­prié­taire de chien. Le pro­prié­taire d’un chien po­ten­tiel­le­ment dan­ge­reux qui ne res­pecte pas les condi­tions de garde de­vra payer une amende de 750$.

La So­cié­té pour la pré­ven­tion de la cruau­té en­vers les ani­maux (SPCA) a in­di­qué ac­cueillir fa­vo­ra­ble­ment les mo­di­fi­ca­tions du rè­gle­ment puis­qu’il mise sur la res­pon­sa­bi­li­sa­tion des pro­prié­taires et la pré­ven­tion du dé­ve­lop­pe­ment de com­por­te­ments agres­sifs chez les chiens.

Les mo­di­fi­ca­tions du rè­gle­ment sur la ges­tion ani­ma­lière de­vraient être sou­mises au vote au con­seil de ville au mois d’août pro­chain et elles être mises en ap­pli­ca­tion dans la fou­lée.

La loi 128, qui porte sur l’en­ca­dre­ment des chiens dan­ge­reux, a été adop­tée, le 13 juin par l’as­sem­blée na­tio­nale. Toute no­tion de ban­nis­se­ment d’un type de race spé­ci­fique a été re­ti­rée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.