Un deuxième… Fa­la­fel

Le Messager Lachine & Dorval - - ÉLECTIONS 2018 - LISA LASSELIN llas­se­lin@me­tro­me­dia.ca

COM­MERCE. Trois ans après son ou­ver­ture dans le quar­tier Saint-pierre, à La­chine, le res­tau­rant Fa­la­fel Saint­jacques s’ap­prête à lan­cer une deuxième suc­cur­sale dans l’ar­ron­dis­se­ment, sur la rue Notre-dame.

«Ce se­ra un res­tau­rant qui res­sem­ble­ra au pre­mier, mais nous comp­tons y ajou­ter une par­tie bou­lan­ge­rie où nous ser­vi­rons en­core plus de sorte de pains du monde en­tier», lance fiè­re­ment le pro­prié­taire, Ro­nen Ba­ruch.

L’ac­tuel Fa­la­fel est trop étroit pour of­frir une quan­ti­té plus large de pro­duits.

Le pro­prié­taire te­nait à res­ter à La­chine, dé­si­reux d’ap­por­ter de la vie dans des quar­tiers où les com­merces se font rares.

«Quand vous faites du bon tra­vail, les gens viennent de par­tout. Tout est fait mai­son, nous tra­vaillons fort et, mal­gré notre lo­ca­li­sa­tion, nous avons beau­coup de clients», concède le gé­rant, Sa­leh Seh.

Cette nou­velle en­seigne de­vrait per­mettre d’al­ler cher­cher une nou­velle clien­tèle, no­tam­ment de Dor­val et en­core plus à l’ouest. Elle dis­po­se­ra éga­le­ment d’une ter­rasse don­nant sur la rue.

RECETTE GAGNANTE

Les deux hommes se sont ren­con­trés il y a 15 ans. Ro­nen Ba­ruch cher­chait à l’époque un bou­lan­ger pour son en­seigne de pain pi­ta nom­mée Abo­la­fia, sur la rue Saint-jacques.

Pour ce faire, il dé­cide de re­tour­ner sur ses terres d’ori­gine, en Is­raël. Grâce à un de ses amis, il fait la connais­sance de Sa­leh Seh, un Pa­les­ti­nien tra­vaillant en Is­raël. Épa­té par son sa­voir-faire, il lui pro­pose de travailler avec lui au Ca­na­da. Jeune et sans en­fants, M. Seh ac­cepte de quit­ter son pays.

Il y a trois ans, Abo­la­fia s’est trans­for­mé en res­tau­rant où l’on sert des pains pi­ta gar­nis ain­si que d’autres spé­cia­li­tés du Proche-orient.

Les deux hommes sont de­ve­nus de grands amis et tiennent à ce que leur res­tau­rant Fa­la­fel Saint-jacques soit un lieu de paix, loin des conflits qui op­posent leurs ter­ri­toires.

«La nour­ri­ture ras­semble les gens, peu im­porte leurs dif­fé­rences. Se­lon moi, c’est im­por­tant de faire les choses avec son coeur et d’être gé­né­reux, je ne veux que per­sonne ne res­sort d’ici en ayant faim», confie M. Seh, en sou­riant.

De re­li­gions dif­fé­rentes, l’un étant mu­sul­man et l’autre juif, les deux hommes ont par ailleurs dé­ci­dé d’of­frir des re­pas vé­gé­ta­riens pour faire consen­sus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.