Pour Fet­na

Le Messager Verdun - - ACTUALITÉS - ANDRÉANNE MO­REAU an­dreanne.mo­reau@tc.tc

IM­MI­GRA­TION. De­vant le drame qui se dé­roule en Sy­rie, Do­mi­nique Pou­lin ne pou­vait plus res­ter les bras croi­sés. Dé­ter­mi­née à agir, l’in­ter­ve­nante de l’autre mai­son de Ver­dun a convié des amis et des col­lègues à fon­der un groupe qu’ils ont nom­mé les Mar­raines so­li­daires. Un an et de­mi de dé­marches leur per­met­tront d’ac­cueillir d’ici quelques se­maines Fet­na El Kebbe et ses deux en­fants.

Les quatre in­ter­ve­nantes so­ciales et le re­trai­té de L’île-des-soeurs, Jean-ma­rie Ro­me­der, qui se qua­li­fie de «mar­rain» avec hu­mour, n’ont au­cune crainte quant à la ca­pa­ci­té du trio à s’adap­ter à son nou­veau mi­lieu de vie.

Ils ont ap­pris à connaître leurs pro­té­gés en dis­cu­tant par Skype. «On est dé­jà tel­le­ment at­ta­chés à eux. Ils font par­tie de nos vies, main­te­nant», re­late avec émo­tion Mme Pou­lin.

Fet­na, sa fille Ya­ra et son fils Yas­ser, âgés de 17 et 16 ans, sont mo­dernes, cu­rieux, en­thou­siastes. Et leur maî­trise de la langue an­glaise re­pré­sente dé­jà une bar­rière en moins, même s’ils tiennent à ap­prendre éga­le­ment le fran­çais.

Ils ont si hâte de dé­cou­vrir la ville et ses ha­bi­tants que la mère de 52 ans s’est dé­jà ins­crite à plu­sieurs pages Fa­ce­book par­lant de la mé­tro­pole, comme «J’aime Mon­tréal».

Do­mi­nique Pou­lin et sa col­lègue Émé­lie Beau­doin ha­bi­tant le Sud-ouest et tra­vaillant à Ver­dun, elles ai­meraient pou­voir lo­ger les Sy­riens dans un de ces ar­ron­dis­se­ments.

NÉE RÉ­FU­GIÉE

Fet­na sait dé­jà ce que re­pré­sente re­com­men­cer à zé­ro. Ayant gran­di dans un camp de ré­fu­giés pa­les­ti­niens au Li­ban, elle avait trou­vé le bon­heur en Sy­rie où elle a ren­con­tré son ma­ri, Kous­sai Ajib, et fon­dé avec lui une fa­mille ain­si qu’une en­tre­prise de de­si­gn.

Il y a quatre ans, quand la guerre a frap­pé le vil­lage où ils ha­bi­taient, en ban­lieue de Da­mas, les deux pa­rents ont pris la dé­ci­sion de par­tir pour le Li­ban. À Bey­routh, ils ont vite réa­li­sé que leur exil ne pour­rait s’ar­rê­ter là. Sans pa­piers, n’ayant pas le droit de tra­vailler, ils n’avaient pas d’is­sue, pas d’ave­nir dans ce pays.

Le père est donc par­ti pour ten­ter de ral­lier l’eu­rope il y a de ce­la presque deux ans, es­pé­rant y faire ve­nir sa femme et ses en­fants. Mais le pé­riple est ris­qué. Sa fa­mille est sans nou­velle de lui.

«C’est très mau­vais signe, se dé­sole Mme Pou­lin. Mais il fait quand même par­tie de notre de­mande de par­rai­nage. S’il est re­trou­vé, il pour­ra ve­nir les re­joindre.»

Mal­gré leur si­tua­tion pré­caire, Fet­na et ses en­fants sont dé­brouillards et op­ti­mistes. La mère a hâte de se re­mettre au tra­vail, Yas­ser rêve de de­ve­nir in­gé­nieur, Yas­sa, écri­vaine ou mé­de­cin.

Les Mar­raines so­li­daires doivent re­cueillir 15 000$ pour ar­ri­ver à res­pec­ter leur en­ga­ge­ment de sou­te­nir la fa­mille pen­dant un an. Pour y par­ve­nir, le groupe a or­ga­ni­sé di­verses ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment et a lan­cé une cam­pagne en ligne.

Leur pro­chain évé­ne­ment, un quille-o-thon, se tien­dra le 5 fé­vrier au Quilles G Plus à Ver­dun.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té)

Do­mi­nique Pou­lin et Émi­lie Beau­doin ont fon­dé les Mar­raines so­li­daires pour ve­nir en aide à des ré­fu­giés. En Sy­rie, Fet­na avait une en­tre­prise de de­si­gn avec son ma­ri. Ses en­fants, Ya­ra et Yas­ser, fré­quen­taient une école très ré­pu­tée. Elle re­com­men­ce­ra...

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.