Pow Wow à Ver­dun

Le Messager Verdun - - ACTUALITÉS - ANDRÉANNE MO­REAU an­dreanne.mo­reau@tc.tc

RAS­SEM­BLE­MENT. Ou­bliez tout ce que vous croyez sa­voir sur la culture amé­rin­dienne. Pour réel­le­ment dé­cou­vrir la mu­sique, la danse et la gastronomie des peuples au­toch­tones, il faut sor­tir le nez des livres d’his­toire et par­ti­ci­per à un Pow Wow. Le pro­chain de ces grands ras­sem­ble­ments au­ra lieu les 6 et 7 mai, à l’au­di­to­rium de Ver­dun.

Des ar­ti­sans, des cui­si­niers am­bu­lants, des dan­seurs et des mu­si­ciens de par­tout en Amé­rique du Nord se­ront pré­sents pour échan­ger, mais éga­le­ment pour faire dé­cou­vrir aux non-au­toch­tones tout ce qui les ca­rac­té­rise.

L’or­ga­ni­sa­teur et au­toch­tone membre du Red Ur­ban Pro­ject, Al Har­ring­ton, a même in­vi­té une troupe de dan­seurs az­tèques et une autre, Maui, rap­pe­lant que le terme au­toch­tone n’in­clut pas que les peuples amé­rin­diens.

Les pres­ta­tions de danse et de tam­bours au­ront lieu toute la fin de se­maine pré­sen­tées par le gui­ta­riste cri Pa­kes­so Mu­kash et la jeune mi­li­tante Maï­tée La­brec­que­sa­ga­nash.

RE­TROU­VAILLES

Tra­di­tion­nel­le­ment, les Pow Wow étaient des ras­sem­ble­ments qui du­raient plu­sieurs jours et per­met­taient à plu­sieurs com­mu­nau­tés, qui de­vaient par­fois voya­ger pen­dant plu­sieurs jours pour s’y rendre, de se ras­sem­bler.

Les par­ti­ci­pants y échan­geaient dif­fé­rentes mar­chan­dises, y re­trou­vaient des amis ou des membres de la fa­mille et y par­ta­geaient des nou­velles. Ces fes­ti­vi­tés étaient une oc­ca­sion de cé­lé­brer la vie.

Con­trai­re­ment à la se­maine de fes­ti­vi­tés d’au­tre­fois, les Pow Wow se dé­roulent main­te­nant sur des pé­riodes plus courtes de deux ou trois jours par­tout en Amé­rique du Nord, du dé­but du prin­temps à la fin de l’au­tomne.

Ils sont main­te­nant ou­verts aux non au­toch­tones, mais un cer­tain dé­co­rum s’im­pose. Il est im­por­tant de sa­voir que les ha­bits tra­di­tion­nels por­tés par les dan­seurs sont très pré­cieux et ne de­vraient pas être tou­chés sans per­mis­sion. La même règle s’ap­plique pour les tam­bours.

Il est éga­le­ment conseillé de bien écouter les maîtres de cé­ré­mo­nie afin de sa­voir si les pho­to­gra­phies sont per­mises puisque cer­tains mo­ments sa­crés ne peuvent être im­mor­ta­li­sés en image.

À plu­sieurs mo­ments, les vi­si­teurs non au­toch­tones pour­ront se joindre aux grandes danses in­ter­tri­bales, pous­sant la cu­rio­si­té cultu­relle jus­qu’à l’im­mer­sion pour ceux qui le dé­si­rent. En­trée gra­tuite, contri­bu­tion sug­gé­rée de 5 $. Sa­me­di 6 mai, de 12 h 30 à 19 h. Di­manche 7 mai à 12 h 30.

(Pho­to: De­po­sit)

Les Pow Wow sont des ras­sem­ble­ments au­toch­tones qui réunissent les meilleurs dan­seurs et mu­si­ciens de dif­fé­rentes tri­bus, tout comme des cui­si­niers et des ar­ti­sans qui fe­ront dé­cou­vrir leurs oeuvres aux vi­si­teurs.

GUAY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.