Concert bien spé­cial pour Lé­vis-sau­vé

Le Messager Verdun - - PRÈS DE CHEZ VOUS... - ANDRÉANNE MO­REAU an­dreanne.mo­reau@tc.tc

CHANT. Les élèves de l’école pri­maire Lé­vis-sau­vé sont sor­tis de leur classe comme de leur zone de confort pour leur spec­tacle de mu­sique de fin d’an­née. C’est à l’église Saint-willi­brord, en­tiè­re­ment comble pour l’oc­ca­sion, qu’ils ont pré­sen­té un pro­gramme tout en chan­son.

«C’est très exi­geant pour les élèves de res­ter concen­trés dans un lieu qu’ils ne connaissent pas, de maî­tri­ser leur in­quié­tude, leur ner­vo­si­té et aus­si leur ex­ci­ta­tion», fait va­loir leur en­sei­gnant de mu­sique, Ni­co­las Croze-or­ton.

Ce dé­fi, les jeunes de toutes les classes l’ont re­le­vé avec brio. Éner­giques, le sou­rire aux lèvres, mais tou­jours dis­ci­pli­nés, ils ont chan­té avec coeur et at­ten­du pa­tiem­ment pen­dant les nu­mé­ros de leurs col­lègues.

Comp­tines, chants tra­di­tion­nels, rap et tam­tam, le pro­gramme était va­rié pour sa­tis­faire les goûts des jeunes tout en cor­res­pon­dant à leurs voix.

COMME DES PROS

C’est M. Croze-or­ton lui-même qui a pro­po­sé que le spec­tacle se fasse à l’ex­té­rieur. Le di­rec­teur Fran­çois Millette a alors tout de suite contac­té les res­pon­sables de l’église afin d’or­ga­ni­ser cet évé­ne­ment, plu­tôt rare au ni­veau pri­maire.

«Mes plus beaux sou­ve­nirs de quand j’étais jeune mu­si­cien, ce sont les concerts dans des salles où je n’avais pas l’ha­bi­tude de jouer. J’avais l’im­pres­sion d’être comme les pro­fes­sion­nels et ça m’a beau­coup mo­ti­vé. Je vou­lais que les élèves connaissent ce sen­ti­ment, cette fier­té», ex­plique le pro­fes­seur, al­tiste de for­ma­tion.

En poste de­puis sep­tembre seule­ment, il avait dé­jà or­ga­ni­sé un évé­ne­ment sem­blable pen­dant le temps des Fêtes, quand les élèves ont don­né un pe­tit spec­tacle à la Li­brai­rie de Ver­dun.

«Ils sont tous res­tés col­lés à ce sou­ve­nir et veulent dé­jà y re­tour­ner l’an­née pro­chaine», sou­tient-il.

PLUS QUE DES CHAN­SONS

Une fois adultes, les en­fants ne se rap­pel­le­ront pro­ba­ble­ment plus les chan­sons qu’ils avaient ap­prises pour ce spec­tacle. Mais ce type de per­for­mance leur ap­porte bien plus que de jo­lies mé­lo­dies.

«Ils ap­prennent à sor­tir de leur co­quille, à se mettre de l’avant, à ap­pri­voi­ser leur gêne. Ça leur ser­vi­ra chaque fois qu’ils de­vront par­ler en pu­blic ou pas­ser une en­tre­vue», af­firme M. Croze-or­ton.

Mais plus sim­ple­ment, les jeunes y réa­lisent éga­le­ment qu’ils sont ca­pables de me­ner à bien un pro­jet qu’ils au­raient, de prime abord, cru im­pos­sible ou très dif­fi­cile.

«Pour cer­tains qui ont des pro­blèmes d’at­ten­tion, ça leur prouve qu’ils peuvent res­ter concen­trés, sur place, pen­dant plus de dix mi­nutes, par exemple. C’est un pas énorme pour eux», sou­ligne-t-il.

L’en­sei­gnant est dé­jà prêt pour l’an pro­chain et compte bien ré­ité­rer l’ex­pé­rience des concerts ex­té­rieurs à l’école, vu l’en­thou­siasme des élèves.

(Pho­to: TC Me­dia – Andréanne Mo­reau)

Ni­co­las Croze-or­ton, en­sei­gnant de mu­sique de­puis sep­tembre à Lé­vis-sau­vé, te­nait à of­frir une ex­pé­rience sem­blable à celle des pro­fes­sion­nels à ses jeunes pu­pilles en leur per­met­tant de per­for­mer dans une grande salle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.