SU­PER-HÉ­ROÏNE

Le Messager Verdun - - LA UNE - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

Les jeunes Ver­du­nois ont eu l’oc­ca­sion d’échan­ger pen­dant plus d’une heure avec l’ac­trice, ani­ma­trice et jour­na­liste Maxime D.-po­mer­leau à pro­pos de la vie en fau­teuil rou­lant. Avec pa­tience et bien­veillance, elle a ré­pon­du à cha­cune de leurs nom­breuses ques­tions, les ai­dant à dé­mys­ti­fier le quo­ti­dien des per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite.

SO­CIÉ­TÉ. Dans son fau­teuil rou­lant, Maxime D.-po­mer­leau a la bou­geotte, le re­gard vif et le sou­rire aux lèvres face à la soixan­taine d’élèves. Dans le cadre du mois de l’ac­ces­si­bi­li­té uni­ver­selle dans les bi­blio­thèques, la tren­te­naire pro­pose un ate­lier du­rant le­quel elle évoque son quo­ti­dien et ré­pond aux ques­tions des jeunes de 5e et 6e an­née.

La confé­ren­cière est no­tam­ment jour­na­liste, dan­seuse contem­po­raine, ac­trice et ani­ma­trice. De­puis quatre ans, elle par­ti­cipe à des ren­contres avec les jeunes pour leur don­ner l’op­por­tu­ni­té d’abor­der, sans tabou, la vie en fau­teuil rou­lant.

«Par­ler de di­ver­si­té cor­po­relle, ça per­met de dire que le corps est par­fait comme il est, in­cluant les per­sonnes qui ont des dé­fi­ciences phy­siques ou in­tel­lec­tuelles. Là où moi j’ai des bar­rières, ce n’est pas à cause mon corps, c’est à cause de l’environnement. C’est des choix de so­cié­té que l’on fait et des choix po­li­tiques. C’est pour­quoi, iro­ni­que­ment, c’est plus fa­cile de prendre l’avion que le mé­tro à Mon­tréal», in­siste Mme Po­mer­leau.

Pen­dant une heure, elle mul­ti­plie les échanges avec les en­fants qui ne cessent de le­ver la main pour par­ler ou po­ser des ques­tions. Cer­tains vou­laient sa­voir si elle avait plus d’amis parce qu’elle était en fau­teuil rou­lant, si elle avait un amou­reux, si elle pou­vait mar­cher, et bien d’autres.

Pour elle, la vie est tout à fait normale, avec des amis parce qu’elle est gen­tille et de com­pa­gnie agréable, sans tou­te­fois par­ta­ger sa vie avec un conjoint.

De son cô­té, Mme Po­mer­leau a ques­tion­né les jeunes sur leur en­tou­rage et si y avait des gens at­teints d’un han­di­cap, ou com­ment ils per­ce­vaient les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite.

Plu­sieurs ont sou­li­gné que leurs grand­spa­rents se dé­pla­çaient avec une canne ou étaient un peu sourds.

SU­PER-HÉ­ROÏNE

Dans un deuxième temps, elle leur a fait vi­sion­ner le court-mé­trage réa­li­sé en 2012 Batw­heel dans le­quel elle joue le rôle d’une su­per-hé­roïne pour sen­si­bi­li­ser le pu­blic aux en­jeux liés aux per­sonnes han­di­ca­pées.

«C’est rare de voir des exemples po­si­tifs et puis­sants, sou­tient la jeune femme. C’est ce que les en­fants ont dans la tête main­te­nant, le fait que l’on peut tous être des su­per­hé­ros, même si on est en fau­teuil rou­lant.»

L’ac­cès au lo­ge­ment, aux trans­ports et au tra­vail sont dif­fé­rents points qui pour­raient être abor­dés dans de fu­turs épi­sodes de Batw­heel. Des su­jets qui res­tent pro­blé­ma­tiques, bien qu’ils per­mettent aux in­di­vi­dus d’être au­to­nomes et de par­ti­ci­per à la so­cié­té.

MA­LA­DIE

Maxime D.-po­mer­leau est at­teinte du Syn­drome Mc­cune-al­bright, qui est un désordre gé­né­tique des os et du sys­tème en­do­cri­nien.

«La rai­son pour la­quelle j’uti­lise un fau­teuil dans la ma­jo­ri­té de mes dé­pla­ce­ments, c’est parce que j’ai les os fra­giles, mais aus­si j’ai eu beau­coup de frac­tures quand j’étais jeune, donc ça af­fecte le corps. Je marche sur des courtes dis­tances seule­ment. Aus­si­tôt que je sors de chez moi ou que je me rends dans des lieux pu­blics, je prends mon fau­teuil rou­lant», ex­plique la jeune femme.

La femme de 32 ans souffre de cette ma­la­die gé­né­tique très rare de­puis sa nais­sance. Elle a com­men­cé à uti­li­ser un fau­teuil à l’âge de 6 ans. Son état de san­té est stable pour le mo­ment, mais son corps se fa­tigue plus fa­ci­le­ment avec les an­nées. Ce qui ne l’em­pêche quand même pas de dan­ser et de res­ter ac­tive le plus pos­sible.

(Pho­to: TC Me­dia – De­nis Ger­main)

Pen­dant une heure, Maxime D.-po­mer­leau a échan­gé avec les en­fants sur sa vie en fau­teuil rou­lant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.