L'eu­rope mé­con­nue

Le Messager Verdun - - COMMUNITY - ANDRÉANNE MO­REAU an­dreanne.mo­reau@tc.tc

EN­TRE­VUE. Le Ver­du­nois Maxime De­bleu s’est em­bar­qué dans toute une aven­ture le 27 jan­vier. Avec le pro­gramme Re­mote Year, il tra­vaille­ra à dis­tance dans une ville dif­fé­rente chaque mois, pen­dant un an. Après avoir pas­sé quatre mois en Asie, il s’est re­trou­vé en Eu­rope pen­dant tout l’été, pas­sant de Bel­grade en Ser­bie, à Lis­bonne au Por­tu­gal, puis à Prague en Ré­pu­blique tchèque et à So­fia en Bul­ga­rie. Q

R

Q

R

Com­ment s’est pas­sé le re­tour à l’oc­ci­dent?

Après avoir pas­sé quatre mois à m’adap­ter à des cultures com­plè­te­ment dif­fé­rentes, c’était vrai­ment fa­cile en Eu­rope. Je crois que le plus dif­fi­cile reste de ré­ap­prendre la base d’une nou­velle langue chaque mois. Et c’est aus­si un peu frus­trant, car je quitte une ville au mo­ment où je com­mence à être à l’aise pour dire plus que «bon­jour» et «mer­ci».

La­quelle des villes eu­ro­péennes as-tu pré­fé­ré?

J’ai bien ai­mé Prague. Sim­ple­ment mar­cher dans cette ville est agréable à cause de l’ar­chi­tec­ture. C’est une ville bien or­ga­ni­sée et propre, avec un ser­vice de trans­port en com­mun ef­fi­cace.

Q Des coins à vi­si­ter ab­so­lu­ment?

R À Bel­grade, il faut pas­ser par la rue Kne­za Mi­hai­la, une rue pié­ton­nière large avec plu­sieurs bou­tiques et res­tos. Il y a aus­si la for­te­resse, où on peut s’as­soir sur un mur qui sur­plombe la ri­vière pour re­gar­der le cou­cher de so­leil, ou sim­ple­ment prendre un verre au bar à cô­té des tours. Lis­bonne, j’ai ado­ré le bel­vé­dère San­ta Ca­ta­ri­na, le Ti­meout mar­ket, une foire ali­men­taire avec des comp­toirs de res­tos lo­caux, et tra­ver­ser la vieille ville en tram­way sur la ligne 28. Prague, il y a tel­le­ment de choses à voir que le mieux est de prendre un tour gui­dé en au­to­bus qui in­clut un ar­rêt au châ­teau et à la Ca­thé­drale Saint-guy, ju­me­lé à un tour en ba­teau qui passe sous le fa­meux Pont Charles. Pour ce qui est de So­fia, la Ca­thé­drale Alexandre-nevs­ki est un in­con­tour­nable. Il faut por­ter at­ten­tion aux ruines ro­maines À À qu’on re­trouve un peu par­tout en ville, car c’est rare de voir ces ves­tiges co­ha­bi­ter avec des édi­fices ré­cents.

Q As-tu re­mar­qué des res­sem­blances avec Mon­tréal? Des dif­fé­rences ma­jeures?

R Lis­bonne est la ville que j’ai trou­vé la moins exo­tique. De la bouffe por­tu­gaise, j’en ai man­gé très sou­vent dé­jà. Je ne di­rais pas que Lis­bonne res­semble à Mon­tréal, mais j’avais un sen­ti­ment de fa­mi­lia­ri­té. Une dif­fé­rence ma­jeure avec Mon­tréal dans toutes les villes que j’ai vi­si­tées est par rap­port aux chiens. Di­sons que les ha­bi­tants ne sont pas aus­si dis­ci­pli­nés que les Mon­tréa­lais pour ra­mas­ser les pe­tits ca­deaux que leurs ani­maux laissent sur le trot­toir. Il faut re­gar­der où on pose les pieds. Pas évident quand on ex­plore une nou­velle ville.

J’ai eu droit à des cou­chers de so­leil épiques dans cha­cune des villes d’eu­rope que j’ai vi­si­tées.»

— Maxime De­bleu

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.