Des vê­te­ments usa­gés dans les rayons

Le Messager Verdun - - NEWS - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

EN­TRE­VUE. Un couple ver­du­nois bo­ni­fie son offre de vê­te­ments des­ti­nés aux en­fants âgés de 0 à 5 ans. De­puis no­vembre, leur en­tre­prise fa­mi­liale Ga­bi­ba clo­thing pro­pose des ha­bits neufs réa­li­sés avec du co­ton pi­ma bio du Pé­rou et dès sa­me­di, au­ra aus­si sa gamme de pro­duits se­conde main. Com­ment votre en­tre­prise a vu le jour?

J’ai ren­con­tré mon ma­ri Mar­co en fai­sant du volontariat dans des bi­don­villes du Pé­rou. Je tra­vaillais dans le do­maine hu­ma­ni­taire et lui, dans le monde de la mode. Notre pro­jet a pris forme avec notre fils Ma­teo qui a main­te­nant deux ans et de­mi. On vou­lait uti­li­ser le co­ton pi­ma bio qui a la par­ti­cu­la­ri­té d’être l’un des plus fins et des plus doux au monde. C’est en plus un ma­té­riel du­rable qui ré­siste à la for­ma­tion de pe­tits trous. On a trou­vé une pe­tite fa­brique éthique qui le cultive à Li­ma et réa­lise nos pro­duits. On vou­lait aus­si trou­ver une ma­nière de re­don­ner. Cet or­ga­nisme, Ru­wa­sun­chis, avec le­quel nous col­la­bo­rons vient no­tam­ment en aide aux mères mo­no­pa­ren­tales.

Q Quels items neufs pro­po­sez-vous? R

Le seul pro­duit que nous avons en vente pour le mo­ment est la tuque évo­lu­tive pour en­fants. L’idée est d’avoir des pièces uni­sexes de base qui sont in­dé­mo­dables et en­cou­ragent leur uti­li­sa­tion le plus long­temps pos­sible. On at­tend de mettre en place notre site web et nos ca­naux de dis­tri­bu­tion pour pro­duire de nou­veaux pro­duits. Nous avons dé­jà conçu des cache-couches, des tee-shirts avec manches re­trous­sées ou en­core des

Q Pour­quoiof­frir des vê­te­ments usa­gés? R

pan­ta­lons évo­lu­tifs. Cer­tains, dont la tuque, se­ront aus­si dis­po­nibles en taille adulte. Le concept existe en On­ta­rio et j’es­pé­rai que quel­qu’un le dé­ve­loppe ici parce que je consi­dère qu’on en a be­soin. Fi­na­le­ment, j’ai un coach chez Yes Mon­tréal et un conseiller à l’école des En­tre­pre­neurs qui m’ont in­di­qué que c’était com­pa­tible de pro­po­ser les deux.

Q Est-ce qu’il y a des craintes qui en­tourent la vente de vê­te­ments usa­gés des­ti­nés aux en­fants?

RQ Est-ce que vous al­lez ou­vrir un lo­cal à Ver­dun? R

Les pa­rents achètent bien des vê­te­ments usa­gés parce qu’ils ont des pré­oc­cu­pa­tions en­vi­ron­ne­men­tales ou pour des rai­sons fi­nan­cières. Lors­qu’ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent, ils leur ar­rivent de se tour­ner vers du neuf, ou parce qu’ils ont un coup de coeur. Je ne pense pas, mais c’est peut-être parce que l’une de mes très bonnes amies est al­le­mande. Dans son pays, les vê­te­ments usa­gés sont recherchés, car plus on lave l’item et moins il y a de pro­duits chi­miques. Je vois aus­si beau­coup de pa­rents qui ont dé­jà fait cette dé­marche. Mon en­vie est d’of­frir un en­droit cen­tral où le faire. Les par­ti­ci­pants qui ap­portent leurs pièces en ex­cellent état re­çoivent en échange un cré­dit d’achat qu’ils uti­lisent pour ache­ter d’autres items. Pour le mo­ment, l’en­tre­po­sage se fait chez nous. On ai­me­rait beau­coup avoir un lo­cal donc éven­tuel­le­ment ce­la va se faire. Ga­bi­ba clo­thing or­ga­nise une vente de pré­lan­ce­ment ce sa­me­di, de 10h à 17h, dans la bou­tique Les Cho­co­lats d’émi­lie (3954, rue Wel­ling­ton).

(Pho­to: Gra­cieu­se­té – Ga­bi­ba clo­thing)

Mar­co s’oc­cupe prin­ci­pa­le­ment de l’en­voi et de l’em­bal­lage des pro­duits tan­dis que Ga­brielle prend en charge toute la par­tie ad­mi­nis­tra­tive.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.