Por­ter les cou­leurs de l’ir­lande

Le Messager Verdun - - ACTUALITÉS - SO­PHIE POIS­SON so­phie.pois­son@tc.tc

COM­MERCE. La fête de la Saint-pa­trick qui cé­lèbre le 17 mars le pa­tron de l’ir­lande est l’oc­ca­sion de mettre en avant cette com­mu­nau­té pré­sente à Ver­dun, dont fait par­tie Aa­ron Green. Ce jeune homme de 29 ans a re­joint il y a un an l’en­tre­prise de son père, Rue Saint-pa­trick, qui se veut à l’image de son pays d’ori­gine.

«Il y avait une guerre en Ir­lande du Nord et mes pa­rents ont trou­vé plu­sieurs oc­ca­sions au Ca­na­da, rap­porte M. Green. Je pense qu’ils ont fait le bon choix. On est ar­ri­vé en Al­ber­ta il y a 22 ans, puis au Qué­bec deux ans plus tard avec Mon­tréal qui est la ville de la mode.»

Tous les deux ans, le Ver­du­nois re­tourne dans le Com­té de Down où la ma­jo­ri­té de sa fa­mille ha­bite en­core. Seuls ses pa­rents ont émi­gré, mais la com­mu­nau­té ir­lan­daise est im­por­tante dans l’ar­ron­dis­se­ment et c’est d’ailleurs l’une des rai­sons qui a pous­sé les Greene à ou­vrir leur ma­ga­sin de vê­te­ments pour hommes en ligne, Rue Saint-pa­trick.

«On veut mettre à l’hon­neur notre pa­tri­moine qui est une source d’ins­pi­ra­tion. Par exemple, dans les an­nées 1960, les Clan­cy Bro­thers [groupe de mu­sique tra­di­tion­nelle] ont ren­du le pull irlandais très po­pu­laire, en plus d’être re­con­nu pour sa grande qua­li­té», sou­ligne Aa­ron Green.

FA­MILLE

«Rue Saint-pa­trick a été créée il y a cinq ans par mon père Ivan qui tra­vaille dans l’in­dus­trie de la mode de­puis 40 ans en tant que de­si­gner, ache­teur et re­ven­deur, ra­conte le Ver­du­nois. Il vou­lait être un tra­vailleur au­to­nome et avoir une en­tre­prise fa­mi­liale. C’était son rêve.»

Le frère, Luke, a été le pre­mier à s’as­so­cier en tant que di­rec­teur ar­tis­tique, puis Aa­ron les a re­joints en tant que res­pon­sable du mar­ke­ting et des re­la­tions pu­bliques. Un quart des vê­te­ments pro­po­sés pro­vient des îles d’aran, si­tuées sur la côte ouest de l’ir­lande. Pour le mo­ment, il s’agit uni­que­ment de pulls faits à par­tir de la laine de mé­ri­nos. Le reste de la marque est conçu par le père de fa­mille et fa­bri­qué en Chine pour ré­duire les coûts.

«La plu­part de nos pro­duits ont la par­ti­cu­la­ri­té d’être ré­sis­tants à l’eau. C’est no­tam­ment le cas de nos pulls qui sont ap­pe­lés des Fi­sher­man swea­ter puis­qu’ils sont por­tés entre autres par les pê­cheurs», as­sure M. Green.

Leur mar­chan­dise se re­trouve prin­ci­pa­le­ment dans des ma­ga­sins du Qué­bec et On a fait beau­coup de dé­mar­chage avec cinq em­pla­ce­ments et on a fi­na­le­ment trou­vé notre place à cô­té de la Li­brai­rie de Ver­dun.»

L’his­to­rique des Irlandais dans l’ar­ron­dis­se­ment est un as­pect qui in­té­resse les en­tre­pre­neurs et qui de­vrait se re­trou­ver sur les murs de l’éta­blis­se­ment à tra­vers plu­sieurs cli­chés.

«On a construit donc c’est nou­veau, mais quand vous al­lez en­trer dans la ta­verne, vous au­rez l’im­pres­sion que c’est là de­puis 100 ans. On cherche à créer une am­biance ex­trê­me­ment cha­leu­reuse qui per­met de réunir des gens de tous âges. On met­tra de la bonne mu­sique, mais pas trop forte pour qu’on puisse par­ler», as­sure M. Pa­quin.

Au bar, une cen­taine de whis­kys, scotchs et de bières se­ront pro­po­sés, ain­si qu’une qua­ran­taine de lignes de fût. Le me­nu se­ra de type bis­tro, avec du tar­tare, du ce­viche ou en­core des fish and chips. L’es­pace pour­ra ac­cueillir jusque 80 per­sonnes. d’on­ta­rio tels que Win­ners, mais aus­si en Aus­tra­lie et dans sept pays eu­ro­péens.

PAR­TAGE

L’en­tre­prise per­met à la fa­mille Green de par­ta­ger leur culture, no­tam­ment par le biais des ar­ticles de blogue où des su­jets va­riés sont abor­dés comme la mode ir­lan­daise et les in­con­tour­nables à vi­si­ter. Elle leur donne aus­si l’oc­ca­sion de faire des ren­contres avec la com­mu­nau­té ins­tal­lée dans la mé­tro­pole, par exemple lors des ventes d’en­tre­pôt.

«On ira aus­si re­gar­der la pa­rade pour la Saint-pa­trick pour mon­trer notre fier­té d’être Irlandais. On fait tou­jours ça avec ma fa­mille. C’est un jour où tout le monde est Irlandais et c’est beau­coup de fun» Le dé­fi­lé pren­dra son dé­part le 18 mars à mi­di, au coin de la rue Bleu­ry et du bou­le­vard Mai­son­neuve.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.