Re­ce­voir et bien man­ger

Le Messager Verdun - - AFFAIRES -

Le double pré­nom de Ro­bert et Alexis marque la conti­nui­té d’un des plus cé­lèbres trai­teurs éta­blis à Ver­dun. Ro­bert Ars­la­nian a été choi­si comme per­son­na­li­té d’af­faires du mois de mai, au mo­ment où son fils Alexis as­sure la tran­si­tion dans la ges­tion de l’en­tre­prise du fon­da­teur qui se dé­crit comme pré­re­trai­té.

Après 35 ans et des mil­liers d’évé­ne­ments cu­li­naires, Ro­bert Ars­la­nian est fier d’avoir main­te­nu la qua­li­té et l’au­then­ti­ci­té des mets que son équipe pré­pare. Ils sont plus de 24 ar­ti­sans qui se consacrent à la pro­duc­tion sans comp­ter le chef cui­si­nier Phi­lippe Bue­lens, les ser­vices ad­mi­nis­tra­tifs, la li­vrai­son, le per­son­nel sur place lors d’évé­ne­ments et le maître d’hô­tel qui co­or­donne le ser­vice aux tables.

AU­THEN­TI­CI­TÉ

Ro­bert Ars­la­nian n’a ja­mais été chef cui­si­nier, il se dé­fi­nit comme ad­mi­nis­tra­teur tout en pré­ci­sant qu’il connaît la cui­sine comme au­to­di­dacte. C’est le plai­sir de re­ce­voir et de bien man­ger qui l’a mo­ti­vé à pour­suivre pen­dant si long­temps ses ac­ti­vi­tés de res­tau­ra­teur et de trai­teur.

Pour ce gas­tro­nome, « la bonne cui­sine, la vraie, est l’ex­pres­sion d’une culture et le re­flet d’un mi­lieu ». Les bons in­gré­dients et les four­nis­seurs fiables font la dif­fé­rence.

Cons­cient de l’évo­lu­tion des goûts et de la gas­tro­no­mie au Qué­bec, le fon­da­teur de Ro­bert Alexis trai­teur rap­pelle qu’il a in­tro­duit le foie gras, le sau­mon fu­mé, les ar­ti­chauts et bien d’autres spé­cia­li­tés peu connus du grand pu­blic à l’ou­ver­ture de son res­tau­rant L’entre Miche en 1980.

Fré­quen­té par les em­ployés de Ra­dio-qué­bec (Té­lé-qué­bec) dont les stu­dios étaient voi­sins de L’entre Miche, l’éta­blis­se­ment pré­pa­rait de plus en plus de mets à em­por­ter d’où l’idée d’un ser­vice de trai­teur. Deux res­tau­rants plus tard, Ro­bert Ars­la­nian a vrai­ment pris le vi­rage en ache­tant la Pâ­tis­se­rie Gau­mond et sa di­vi­sion trai­teur à Ver­dun.

En 2005, Ro­bert ven­dait la pâ­tis­se­rie et les deux im­meubles voi­sins, afin de se concen­trer sur la pro­duc­tion cu­li­naire dans des cui­sines su­per bien équi­pées. Le me­nu est va­rié et il ré­pond aux be­soins spé­ci­fiques du mo­ment, du lunch d’af­faires le mi­di à la ré­cep­tion de ma­riage et autres cé­lé­bra­tions.

Ro­bert connaît sa clien­tèle et se li­mite à une pu­bli­ci­té ci­blée. «On ne fait pas de dé­mar­chage. On se sert des mé­dias so­ciaux pour faire connaître nos ser­vices », pré­cise-t-il.

FIER D’ÊTRE à VER­DUN

Se­lon Ro­bert Ars­la­nian, «Ver­dun connaî­tra un grand ave­nir ». Sou­li­gnant avec en­thou­siasme le dy­na­misme de la SDC Pro­me­nade-wel­ling­ton et la di­ver­si­té des com­merces qui ont élu do­mi­cile dans l’ar­ron­dis­se­ment, il croit vrai­ment que Ver­dun est sur la bonne voie avec l’ar­ri­vée de nou­veaux ré­si­dants, en par­ti­cu­lier des jeunes fa­milles.

Que font Ro­bert et son fils lors­qu’ils ne tra­vaillent pas ? Adeptes du plein air et de la na­ture, ils tendent leurs lignes à pêche quelque part dans le nord du Qué­bec ou dans des pour­voi­ries plus au sud.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.