BONNE FROUSSE POUR LE CONDUC­TEUR

Un conduc­teur a tout juste eu le temps d’im­mo­bi­li­ser sa voi­ture et de s’ex­tir­per de celle-ci alors que des flammes ram­paient sous son vé­hi­cule, lun­di ma­tin sur la mon­tée Gué­nette à Mi­ra­bel. De forts vents ont com­pli­qué le tra­vail des pom­piers.

Le Nord - - FRONT PAGE - DES­JAR­DINS Jean-Pa­trice

L’in­ci­dent a eu lieu tout prêt de l’in­cen­die qui a dé­truit une mai­son cen­te­naire, le 23 dé­cembre der­nier sur la mon­tée Gué­nette aux abords de l’au­to­route, dans le sec­teur de Saint-Jan­vier. Il n’y a pas de lien entre les deux évé­ne­ments, si­non que ce sec­teur agri­cole est pro­pice au pas­sage de forts vents… ce qui aide la pro­li­fé­ra­tion des flammes lors d’un in­cen­die. Le conduc­teur n’a pas été bles­sé et gar­dait son calme, tout en consta­tant que sa voi­ture se­rait une perte to­tale. Il a in­di­qué avoir tout juste eu le temps de sor­tir, après avoir re­mar­qué que les flammes ga­gnaient en vi­gueur sous le vé­hi­cule et dans le «bloc mo­teur».

Vents vio­lents

Les pom­piers ont tra­vaillé pen­dant une quin­zaine de mi­nutes pour cir­cons­crire les flammes. Leur prin­ci­pal sou­ci était de cou­per le com­bus­tible, soit la «ga­zo­line» qui sor­tait du ré­ser­voir sous la voi­ture. Les pom­piers ont uti­li­sé de la mousse, en plus de l’eau, pour ten­ter de cou­per l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en oxy­gène et évi­ter l’igni­tion des flammes. Se­lon les pom­piers, ce genre de mousse forme une «pel­li­cule» sur les ob­jets en flamme, re­tar­dant le re­tour des flammes. Mais le vent violent qui souf­flait a ren­du le tra­vail dif­fi­cile et trans­por­té la fu­mée sur plu­sieurs cen­taines de mètres.

(au­tres­pho­to­ssurwww.jour­nal­le­nord.com)

Le­vent­souf­flait­fort­sur­la­mon­téeGué­net­teet­les­pom­pier­sont­tra­vailléa­vec­pré­ci­sion­pour étein­dre­le­feu

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.