Spec­ta­cu­laire in­cen­die à Saint-Jan­vier

On cherche tou­jours la cause de l’in­cen­die qui a lour­de­ment en­dom­ma­gé une ré­si­dence du sec­teur Saint-Jan­vier de Mi­ra­bel, tôt di­manche ma­tin. L’in­cen­die a mo­bi­li­sé une tren­taine de pom­piers pen­dant près de sept heures.

Le Nord - - FRONT PAGE - DES­JAR­DINS Jean-Pa­trice

L’ap­pel d’ur­gence pro­ve­nait de l’oc­cu­pant de la mai­son, si­tuée sur la Place C.-Cham­pagne, qui au­rait été ré­veillé par la fu­mée vers 4h11 se­lon le té­moi­gnage re­cueilli par les pom­piers. À l’ar­ri­vée du pre­mier pom­pier, rien ne per­met­tait de consta­ter qu’il y avait in­cen­die. En fa­çade, les flammes et la fu­mée n’étaient pas en­core ap­pa­rentes. C’est en pour­sui­vant son in­ves­ti­ga­tion, soit en contour­nant l’édi­fice, que le pom­pier a im­mé­dia­te­ment son­né une se­conde alerte, après avoir consta­té la pré­sence de fu­mée et de feu à l’in­té­rieur. En tout, l’in­ter­ven­tion a mo­bi­li­sé 47 pom­piers, sur les lieux ou en ren­fort à la ca­serne. Le feu a été dif­fi­cile à cir­cons­crire, car il cir­cu­lait dans les struc­tures de cet édi­fice de construc­tion mo­derne. L’édi­fice a été lour­de­ment tou­ché par le feu, pour ne pas par­ler d’une perte to­tale.

En­quête

Il semble évident pour les pom­piers que le feu n’est pas d’ori­gine cri­mi­nelle. «Mais nous al­lons ex­plo­rer toutes les fa­cettes pos­sibles», ex­pli­quait Joël La­vio­lette, di­rec­teur-ad­joint au ser­vice de la sé­cu­ri­té in­cen­die de Mi­ra­bel. En dé­but de se­maine, les en­quê­teurs du ser­vice des in­cen­dies de Mi­ra­bel cher­chaient en­core à pré­ci­ser la cause de l’in­cen­die, en col­la­bo­ra­tion avec les équipes des as­su­rances.

Il re­tourne en de­dans

Comme c’est sou­vent le cas dans ce genre de si­tua­tion d’ur­gence, l’oc­cu­pant a ten­té de re­tour­ner à l’in­té­rieur de la mai­son après avoir aler­té les pom­piers. Il cher­chait vrai­sem­bla­ble­ment à ré­cu­pé­rer des ef­fets per­son­nels. Ré­flexe qui au­rait pu lui coû­ter la vie, se­lon Joël La­vio­lette: «Il a été chan­ceux, car il au­rait pu ne pas en sor­tir. Il a vite réa­li­sé ce que c’était que d’in­ha­ler de la fu­mée lors d’un feu de bâ­ti­ment.» L’homme s’en est sor­ti sans bles­sure grave. C’était dé­jà la qua­trième sor­tie ma­jeure des pom­piers de Mi­ra­bel en 2010.

Ona­dé­ployé­la­gran­deé­chel­lea­lors­que­les­flam­mes­sor­taient­par­le­toit(pho­to­sparLucLe­breux).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.