CHER POUR LES ATE­LIERS CULTU­RELS

Les ci­toyens de Saint-Jé­rôme doivent s’at­tendre à dé­bour­ser da­van­tage à l’au­tomne pro­chain pour par­ti­ci­per à cer­tains ate­liers cultu­rels of­ferts par la mu­ni­ci­pa­li­té.

Le Nord - - POINT DE VUE - LA­POINTE MYCHEL

En ef­fet, au cours des der­niers mois, les au­to­ri­tés jé­rô­miennes ont re­vi­sé leur ta­ri­fi­ca­tion afin de la rendre plus conforme aux réa­li­tés du mar­ché et aux coûts en­gen­drés par la te­nue de cer­taines ac­ti­vi­tés. De fa­çon gé­né­rale, la ta­ri­fi­ca­tion ac­cuse une hausse qu’on peut consi­dé­rer de «rai­son­nable» pour les cours de groupe. Dans le cas des cours in­di­vi­duels, les ci­toyens de­vront af­fron­ter des hausses plus sub­stan­tielles.

Des hausses

Pre­nons par exemple, les cours de pia­no (fort po­pu­laires). À l’heure ac­tuelle, il en coûte 78 $ pour un cours de 90 mi­nutes pen­dant 12 se­maines en groupe pour un adulte. L’au­tomne pro­chain le coût se­ra ma­jo­ré à 95 $. Tou­jours pen­dant 12 se­maines, mais à rai­son de 45 mi­nutes par cours, un adulte doit dé­bour­ser ac­tuel­le­ment 155 $ pour un en­sei­gne­ment in­di­vi­duel. À comp­ter de l’au­tomne, la fac­ture passe à 250$. En ce qui re­garde les en­fants, la ta­ri­fi­ca­tion d’un cours de 45 mi­nutes pen­dant 12 se­maines est ac­tuel­le­ment de 26 $ pour les cours en groupe. À l’au­tomne elle se­ra de 41 $. C’est au ni­veau de l’en­sei­gne­ment in­di­vi­duel que la nou­velle fac­ture fait plus mal au por­te­feuille. Ain­si, de 95 $ pour 45 mi­nutes pen­dant 12 se­maines, la fac­ture

est ma­jo­rée à 250 $ à comp­ter de l’au­tomne.

Pas équi­table

À la Ville de Saint-Jé­rôme, on a une explication à tout ce­la. «De fa­çon gé­né­rale, nos ta­rifs se com­parent avec ce qui se fait ailleurs dans les autres villes. Il est vrai que cer­taines aug­men­ta­tions sont plus im­por­tantes, mais ça cor­res­pond à des si­tua­tions par­ti­cu­lières…» plaide M.Yvan Pa­te­naude, chef de di­vi­sion au ni­veau cultu­rel à la Ville de Saint-Jé­rôme. «Dans le cas des cours in­di­vi­duels, il faut sa­voir que le sa­laire du pro­fes­seur ne s’ap­plique qu’à une seule per­sonne alors qu’il est ré­par­ti à l’en­semble des élèves dans les cours de groupe. Quand est ve­nu le temps de re­vi­ser la ta­ri­fi­ca­tion, il a fal­lu te­nir compte de dif­fé­rents fac­teurs, dont le sa­laire du pro­fes­seur. On s’est aper­çu que dans le cas de cer­tains cours in­di­vi­duels, il en coû­tait plus cher à la ville de les pro­duire que ce qu’ils rap­por­taient fi­nan­ciè­re­ment. Nous consi­dé­rions que ce n’était pas équi­table pour tout le monde. Il a donc fal­lu ap­por­ter des ajus­te­ments». (ML) Les au­to­ri­tés de la Ville de Saint-Jé­rôme ont pour­sui­vi au cours des der­nières se­maines une re­fonte de la struc­ture or­ga­ni­sa­tion­nelle. C’est ain­si qu’on s’est en­ten­du au cours des deux der­niers mois avec Mme Gi­nette Roy et Diane Pri­meau. Pour une, Mme Gi­nette Roy a vu son poste de cadre au ser­vice de l’urbanisme et de la mise en va­leur du ter­ri­toire être abo­li. Mme Roy quit­tant, on a ré­amé­na­gé la struc­ture et M.Paul O’ Bourne qui agis­sait à titre de tech­ni­cien au pro­gramme au ser­vice de l’urbanisme et mise en va­leur du ter­ri­toire s’est vu confier le poste de chef de di­vi­sion per­mis et ins­pec­tion dans le même ser­vice. C’est donc dire que M.O’Bourne oc­cupe do­ré­na­vant un poste de cadre après avoir agi jusque-là à titre de pré­sident du syn­di­cat des cols blancs de la Ville de Saint-Jé­rôme. Quant à Mme Pri­meau, elle oc­cupe en­core pour une se­maine le poste d’agent d’in­for­ma­tion à la mai­rie après avoir oeu­vré au sein du ser­vice des com­mu­ni­ca­tions.

Po­pu­lai­res­les­cours­de­pia­no­coû­te­ront­plu­scheràl’au­tomne,sur­tou­te­nen­sei­gne­men­tin­di­vi­duel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.