NI­CO­LAS MAR­CEAU PRÔNE UN SEUL RAP­PORT D’IM­PÔTS

Se­riez-vous in­té­res­sé à ne pro­duire à l’ave­nir qu’un seul rap­port d’im­pôt quand ar­rive le prin­temps?

Le Nord - - LE PATROUILLEUR - LA­POINTE MYCHEL

C’ est ce que prône le dé­pu­té de Rousseau, M.Ni­co­las Mar­ceau, et ses col­lègues pé­quistes sié­geant à l’Assemblée nationale. Le Par­ti qué­bé­cois sou­hai­te­rait ain­si mettre fin à ce dé­dou­ble­ment et en­clen­cher le pro­ces­sus afin que le Qué­bec per­çoive l’im­pôt sur le re­ve­nu au nom du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral par le biais d’un rap­port d’im­pôts unique qué­bé­cois, comme il le fait pour la taxe de vente de­puis bien­tôt 20 ans. À cet égard, le dé­pu­té de Ni­co­let-Ya­mas­ka et porte-pa­role de l’op­po­si­tion of­fi­cielle en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, d’in­no­va­tion, d’ex­por­ta­tion et d’ins­ti­tu­tions fi­nan­cières, M.Jean-Mar­tin Aus­sant, a pré­sen­té la se­maine der­nière la mo­tion sui­vante : Que l’Assemblée nationale de­mande au gou­ver­ne­ment du Qué­bec de faire en sorte que les contri­buables n’aient qu’un seul rap­port d’im­pôts à pro­duire en pré­sen­tant une offre for­melle au gou­ver­ne­ment fé­dé­ral pour que le gou­ver­ne­ment du Qué­bec per­çoive l’en­semble de l’im­pôt sur le re­ve­nu des par­ti­cu­liers et des so­cié­tés.

Sim­pli­fier la vie

Suite au dé­pôt, le dé­pu­té Ni­co­las Mar­ceau est in­ter­ve­nu en chambre, pré­ci­sant les avan­tages d’un seul rap­port d’im­pôts. « En éli­mi­nant un des deux rap­ports, on sim­pli­fie la vie des gens et celle des chefs d’en­tre­prise, par­ti­cu­liè­re­ment les PME et les en­tre­prises de moins de 10 em­ployés, qui consti­tuent la très grande ma­jo­ri­té des en­tre­prises au Qué­bec. Il de­vient contre­pro­duc­tif pour ces en­tre­prises de perdre an­nuel­le­ment des di­zaines d’heures tra­vaillées pour se plier à des dé­dou­ble­ments ad­mi­nis­tra­tifs. Un seul rap­port d’im­pôts leur per­met­tra d’être sur le même pied que leurs concur­rentes dans les ju­ri­dic­tions qui nous en­tourent » a in­di­qué le dé­pu­té de Rousseau.

Éva­sion fis­cale

Les pé­quistes es­timent à près de 840 mil­lions de dol­lars an­nuel­le­ment les éco­no­mies réa­li­sables avec cette nou­velle fa­çon de faire. De plus, à leurs yeux, les em­ployés qué­bé­cois de Re­ve­nu Ca­na­da pour­raient fa­ci­le­ment in­té­grer Re­ve­nu Qué­bec et conser­ver leur em­ploi. « Cette ex­per­tise se­rait bé­né­fique et per­met­trait à la fois de gé­rer le rap­port unique et se­rait éga­le­ment mise à contri­bu­tion pour prio­ri­ser la lutte à l’éva­sion fis­cale, sa­chant qu’ac­tuel­le­ment, le gou­ver­ne­ment qué­bé­cois est in­ca­pable d’en faire une prio­ri­té par manque de res­sources » consi­dère Ni­co­las Mar­ceau. « Cet ajout de per­son­nel per­met­trait de ré­cu­pé­rer des cen­taines de mil­lions de dol­lars qui échappent ac­tuel­le­ment à l’État qué­bé­cois ». « Es­to­ma­qué» du re­fus du gou­ver­ne­ment d’ap­puyer cette mo­tion, Ni­co­las Mar­ceau trouve « in­con­ce­vable » leur dé­ci­sion, au mo­ment même où le mi­nistre des Fi­nances s’ap­prête à dé­po­ser un bud­get. « Au lieu de haus­ser les taxes et les ta­rifs, le gou­ver­ne­ment peut al­ler cher­cher plu­sieurs cen­taines de mil­lions de dol­lars de cette fa­çon sans pi­ger dans les poches des contri­buables » de conclure Ni­co­las Mar­ceau.

Ni­co­lasMar­ceau

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.