« NOUS O» AP­PLI­QUONS LA TO­LÉ­RANCE —Fran­ceT­ru­deau

La consom­ma­tion de drogue dans les écoles se­con­daires de Saint-Jé­rôme est en­core pré­sente, mais les au­to­ri­tés sco­laires et po­li­cières consi­dèrent que les choses vont en s’amé­lio­rant.

Le Nord - - ACTUALITÉS - LA­POINTE MYCHEL mla­pointe@jour­nal­le­nord.com

Deux écoles se­con­daires du ter­ri­toire de la Com­mis­sion sco­laire de la Ri­vière-du-Nord se sont re­trou­vé dans le « Top 20 des écoles » d’un clas­se­ment pu­blié dans l’édi­tion do­mi­ni­cale du Jour­nal de Mon­tréal en re­gard des ap­pels lo­gés aux po­li­ciers pour des dos­siers de drogue entre le 1er sep­tembre 2008 et le 1er juillet 2009. La po­ly­va­lente de Saint-Jé­rôme se classe au sep­tième rang avec 29 ap­pels pour 3 132 élèves et une moyenne de 9 ap­pels par 1 000 élèves. Au 20e rang, on re­trouve l’École se­con­daire des Hauts-Som­mets avec 8 ap­pels pour 1 284 élèves et une moyenne de 6 ap­pels par 1 000 élèves

Pos­ses­sion simple

Du cô­té de la po­lice de Saint-Jé­rôme, on ne cherche pas à ca­cher les faits. « Il y a ef­fec­ti­ve­ment eu 29 dos­siers éma­nant de la po­ly­va­lente et huit à l’École se­con­daire des Hauts-Som­mets pour de la drogue, pen­dant la pé­riode vi­sée. Les si­gna­le­ments ont été en­gen­drés par nos deux po­li­ciers édu­ca­teurs im­pli­qués dans les cinq écoles se­con­daires de Saint-Jé­rôme. Dans tous les cas, on ne parle pas de tra­fic, mais de pos­ses­sion simple et ça concer­nait uni­que­ment du can­na­bis, au­cun autre type de drogue n’était im­pli­qué… » ex­plique M.Marc St-Au­bin, ins­pec­teur Di­vi­sion du sou­tien et des af­faires avec la com­mu­nau­té au ser­vice de po­lice de la Ville de Saint-Jé­rôme. À chaque oc­ca­sion, ou presque, le sui­vi a été le même. « Dans 90 % des cas, on a pro­cé­dé avec des me­sures de ren­voi. C’est à dire, le jeune a avoué, ses pa­rents ont été avi­sés et nous avons fait si­gner au contre­ve­nant une dé­cla­ra­tion, après quoi il a été ré­fé­ré à Me­sures al­ter­na­tives du Nord qui a as­su­ré le sui­vi du dos­sier… » ex­plique M.St-Au­bin.

Pas fa­cile

Pour Mme France Tru­deau di­rec­trice de la po­ly­va­lente, le fait que 29 dos­siers de drogue (« re­le­vés par les po­li­ciers… » in­siste-t-elle) émanent de son école pour la pé­riode vi­sée ne semble pas la ren­ver­ser, même si elle dit prendre la chose très au sé­rieux. « On parle de 29 cas dans une école de plus de 3 000 élèves… Ce qui est plus im­por­tant de dire, c’est que nous ap­pli­quons la to­lé­rance 0 et à par­tir d’avril 2008 nous avons ajou­té la pré­sence d’un chien pis­teur qui peut dé­tec­ter les drogues là où il y en a. Nous avons en­clen­ché des ac­tions et je peux dire qu’on a as­sis­té à une grande di­mi­nu­tion de la consom­ma­tion de drogue à la po­ly­va­lente. Ce n’est plus aus­si fa­cile que ça l’a dé­jà été… Les élèves savent que ce n’est plus un mi­lieu où on ne peut consom­mer fa­ci­le­ment… » confie Mme Tru­deau au cours d’une conver­sa­tion té­lé­pho­nique avec le Jour­nal Le Nord.

Bou­cher

Du cô­té de la di­rec­trice de l’École des HautsSom­mets, Mme Marie Bou­cher en poste de­puis jan­vier der­nier, les choses sont simples. « Ça ne m’énerve pas vrai­ment de me re­trou­ver au 20e rang de ce clas­se­ment. Ça veut dire qu’on s’oc­cupe du pro­blème et qu’on ap­pelle la po­lice au be­soin. Nous avons d’ailleurs un agent de ré­adap­ta­tion (André Des­jar­dins) qui fait un sui­vi ser­ré sur la ques­tion. Pour tout dos­sier de drogue à l’école, nous sui­vons le pro­to­cole qui dit que nous de­vons avi­ser la po­lice. Oui il y a des dos­siers de drogue à notre école, mais ce n’est pas parce qu’on ap­pelle la po­lice qu’on est dé­bor­dé pour au­tant… » sou­ligne Mme Bou­cher.

«Nou­sa­von­sen­clen­ché­de­sac­tion­set­je­peux­di­re­qu’onaas­sis­téàu­ne­gran­de­di­mi­nu­tionde la­con­som­ma­tion­de­dro­gueà­la­po­ly­va­lente…»af­fir­me­la­di­rec­tri­ceF­ran­ceT­ru­deau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.