« ÇA SUF­FIT LES HÉ­SI­TA­TIONS… »

«Ça suf­fit les hé­si­ta­tions au­tour de la mis­sion de cet aé­ro­port. Nous en fe­rons le pre­mier centre d’es­sai de l’aé­ro­spa­tiale ca­na­dienne. Parce que c’est bon pour Mi­ra­bel. Parce que c’est bon pour le Qué­bec. Parce que c’est bon pour le Ca­na­da…» consi­dère M.

Le Nord - - ACTUALITÉS - LA­POINTE MYCHEL

Le chef du Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da y al­lait de cette dé­cla­ra­tion jeu­di der­nier alors qu’il pro­non­çait une confé­rence de­vant les membres de la Chambre de Com­merce et d’In­dus­trie de Mi­ra­bel au Club de golf Les quatre do­maines de Mi­ra­bel. Quelques ins­tants plus tôt, M. Igna­tieff avait dé­non­cé le sort ré­ser­vé à la tour de contrôle de l’aé­ro­port de Mi­ra­bel. «Pre­nons l’aé­ro­port. Les dé­ci­deurs et les gens d’af­faires de la ré­gion nous disent que c’est in­croyable que la tour de contrôle de Mi­ra­bel soit fer­mée. Comment le gou­ver­ne­ment Har­per a pu lais­ser faire une telle chose? Cette tour de contrôle est né­ces­saire au dé­ve­lop­pe­ment d’un sec­teur éco­no­mique qui est une des forces les plus stra­té­giques du Qué­bec et du Ca­na­da».

Pro­jets ré­gio­naux

De plus, le chef de l’op­po­si­tion à la Chambre des com­munes a dit sou­hai­ter que les dé­ci­deurs ré­gio­naux s’im­pliquent dans les dé­ci­sions qui touchent l’ave­nir éco­no­mique de la ré­gion. «Moi, je crois que les pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment, ils viennent d’abord d’ici. Ils trouvent leur ori­gine dans nos en­tre­prises, dans les rêves de nos jeunes en­tre­pre­neurs, dans le gé­nie de nos jeunes cher­cheurs. Et ce sont les ins­ti­tu­tions lo­cales qui doivent d’abord être à leur écoute et qui doivent dire ‘on va tout mettre en oeuvre pour vous ap­puyer’».

Le bois

Avant de se pré­sen­ter dans la salle de ré­cep­tion du club de golf, le chef Mi­chael Igna­tieff avait eu l’oc­ca­sion d’échan­ger avec cer­tains élus ré­gio­naux dont le pré­sident de la CRÉ des Lau­ren­tides, M.Marc Gas­con, qui lui a fait part de cer­tains dos­siers im­por­tants dont ce­lui du bois qui se trouve au coeur de l’éco­no­mie des Hautes-Lau­ren­tides. «J’ai ex­pli­qué à M. Igna­tieff à quel point l’in­dus­trie fo­res­tière chez nous a gran­de­ment été af­fec­tée au cours des der­nières an­nées et dans quelle me­sure l’aide du gou­ver­ne­ment fé­dé­ral se fait en­core at­tendre… » ex­plique M.Gas­con. Éga­le­ment pré­sent à la ren­contre avec les élus, le maire de Saint-Hip­po­lyte, M.Bru­no La­roche, a sen­si­bi­li­sé le chef du Par­ti li­bé­ral au fait que les mu­ni­ci­pa­li­tés n’ont pas ju­ri­dic­tion sur les lacs de leur ter­ri­toire. «Nous pou­vons rè­gle­men­ter tout ce qui se passe au­tour des lacs, mais nous n’avons au­cun contrôle sur ce qui se passe sur nos lacs puisque c’est de ju­ri­dic­tion fé­dé­rale. Con­si­dé­rant que Saint-Hip­po­lyte compte 62 lacs sur son ter­ri­toire dont au moins cinq na­vi­gables, j’ai fait part à M.Igna­tieff de mon sou­hait que le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral soit da­van­tage à notre écoute à cet égard…» de dire M.La­roche.

Quel­ques­mi­nu­te­sa­vant­le­dé­but­du­dî­ner,Mi­chaelI­gna­tief­fain­si­que­le­pré­si­dent­de­laCRÉdes Lau­ren­ti­de­set­mai­re­deSaint-Jé­rôme,MarcGas­con,ont­po­sé­pour­la­ca­mé­ra.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.