L’IM­PLAN­TO­LO­GIE EN QUELQUES MOTS...

Le Nord - - MOIS DE LA SANTÉ DENTAIRE -

Sa­vez-vous ce qu’est l’im­plan­to­lo­gie ? Plus mo­derne que le den­tier, l’im­plan­to­lo­gie reste en­core à être connue. Qu’est-ce qu’un im­plant ? Rem­pla­cer ses dents n’est pas seule­ment un acte es­thé­tique. Il per­met de re­don­ner un cer­tain bien-être aux per­sonnes souf­frant de la perte d’une ou plu­sieurs dents. Mise au point dans les an­nées 1950 par un chi­rur­gien sué­dois, cette tech­nique re­pose sur la mise en place d’une ra­cine ar­ti­fi­cielle dans l’os et sur la­quelle on fixe la pro­thèse.

Trois étapes

Après exa­men cli­nique, cette opé­ra­tion se dé­roule gé­né­ra­le­ment en trois étapes. Le pra­ti­cien in­cise la gen­cive et pré­pare un lo­ge­ment dans l’os pour mettre en place l’im­plant ( ra­cine ar­ti­fi­cielle en ti­tane). Il re­ferme la gen­cive et laisse se réa­li­ser la ci­ca­tri­sa­tion os­seuse. Cette phase d’at­tente, ap­pe­lée “mise en nour­rice”, a pour but de per­mettre la ci­ca­tri­sa­tion de l’os au­tour de l’im­plant : c’est l’os­téoin­té­gra­tion. En­suite, le pa­tient at­tend. Après une pé­riode va­riant, sui­vant les cas, de six se­maines à six mois, le pra­ti­cien met en place un pi­lier en ti­tane, des­ti­né à re­lier l’im­plant à la pro­thèse pro­vi­soire ; En­fin, on visse l’im­plant dans une in­fra­struc­ture en ti­tane sur la­quelle se­ra pla­cée une couronne en cé­ra­mique. À qui s’adresse l’im­plan­to­lo­gie ? La prin­ci­pale condi­tion est d’avoir un os en bon état. En­fin, les ma­la­dies val­vu­laires, l’in­suf­fi­sance ré­nale, le ta­ba­gisme, l’hy­per­ten­sion, cer­taines al­ler­gies et le dia­bète peuvent consti­tuer des contre-in­di­ca­tions. Vous de­vez éga­le­ment être prêt à vous faire exa­mi­ner par votre den­tiste ou spé­cia­liste den­taire plu­sieurs fois jus­qu’à ce que le tra­vail soit ter­mi­né et prendre grand soin de votre (vos) im­plant(s). En­fin, les im­plants coûtent plus cher que les autres types de dents de rem­pla­ce­ment.

Pro­thèses

Autre so­lu­tion pour cor­ri­ger votre den­ti­tion: les pro­thèses. Il existe deux types de pro­thèses: les pro­thèses par­tielles et les pro­thèses com­plètes. Elles sont toutes fa­bri­quées en la­bo­ra­toire, à l’aide d’un moule (ou d’une em­preinte) de la bouche. La pro­thèse par­tielle (ou pro­thèse par­tielle amo­vible) est re­te­nue par des cro­chets qui s’agrippent aux dents saines voi­sines. Elle rem­place une ou plu­sieurs dents et doit être en­le­vée pour la nuit et le net­toyage. On peut y re­cou­rir quand les dents voi­sines ne sont pas suf­fi­sam­ment so­lides pour sup­por­ter un pont ou quand beau­coup de dents manquent. La pro­thèse com­plète (ou den­tier com­plet, ou fausses dents) rem­place toutes les dents na­tu­relles man­quantes.

Une­pro­thè­se­den­tai­re­per­metd’avoi­run­beau sou­rire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.