DES IM­PACTS JUS­QU’À SAINT-JÉ­RÔME...

(ML) La ré­gion des Lau­ren­tides pour­rait se sor­tir de la crise ma­jeure qui af­fecte l’in­dus­trie du bois, si on fai­sait une plus grande uti­li­sa­tion de cette res­source na­tu­relle.

Le Nord - - ACTUALITÉS -

C’est jus­te­ment ce qu’étaient ve­nus pro­cla­mer des dé­ci­deurs du do­maine de la construc­tion et des maires des quatre coins des Lau­ren­tides réunis lun­di der­nier à l’Hô­tel de ré­gion de Saint-Jé­rôme pour l’amorce d’un mou­ve­ment va­lo­ri­sant dif­fé­rents usages du bois en construc­tion et en ré­no­va­tion

Dif­fé­rentes cibles

À l’oc­ca­sion, de cette Jour­née du ma­té­riau bois, Mes­sieurs Charles-Alain Car­rière, pré­sident ré­gio­nal Ac­cord Lau­ren­tides, François Tan­guay, di­rec­teur de la Coa­li­tion Bois Québec, et Serge La­ri­vière, di­rec­teur gé­né­ral de l’Aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de MontT­rem­blant et porte-pa­role ré­gio­nal pour la cam­pagne « Je touche du bois » ont pris tour à tour la pa­role pour en­clen­cher la dé­marche de créa­tion d’un nou­veau mou­ve­ment ré­gio­nal en fa­veur de l’uti­li­sa­tion du bois dans la construc­tion. Ce qui per­met­tra de conso­li­der de nom­breux em­plois dans la ré­gion. Par cette jour­née, la Coa­li­tion BOIS Québec sou­hai­tait éga­le­ment pro­mou­voir au­près des dé­ci­deurs des Lau­ren­tides l’uti­li­sa­tion du bois comme un moyen d’at­teindre les cibles que le Québec s’est fixé en ma­tière de ré­duc­tion de gaz à ef­fet de serre et une fa­çon concrète de sti­mu­ler l’éco­no­mie du Québec. « La Coa­li­tion veut éga­le­ment ac­croître le sen­ti­ment de fier­té chez les Qué­bé­cois à uti­li­ser une res­source re­nou­ve­lable, re­cy­clable, réu­ti­li­sable et lo­cale et ain­si contri­buer di­rec­te­ment à bo­ni­fier l’éco­no­mie du Québec » de pré­ci­ser M.Tan­guay. « Rap­pe­lons que le bois est le cham­pion toute ca­té­go­rie quant à son im­pact dans le cadre d’une ana­lyse de cycle de vie. Il peut éga­le­ment amé­lio­rer la per­for­mance éner­gé­tique des bâ­ti­ments en rai­son de sa faible conduc­ti­vi­té ther­mique. De plus, il se dis­tingue par le fait qu’il soit le seul ma­té­riau qui puisse sé­ques­trer du car­bone et abais­ser les ni­veaux d’émis­sions de GES. Au­cun autre ma­té­riau concur­rent ne peut pré­tendre dé­te­nir au­tant d’atouts pour ai­der le Québec dans sa lutte aux chan­ge­ments cli­ma­tiques » ont ex­pri­mé les res­pon­sables de l’ini­tia­tive

Im­pacts lo­caux

Il faut dire les im­pacts lo­caux quant à l’uti­li­sa­tion du bois dans les Lau­ren­tides sont im­por­tants. Et pas seule­ment dans les Hau­tesLau­ren­tides qui re­gorgent de fo­rêts. Ce n’est d’ailleurs pas un ha­sard si l’as­pect de l’uti­li­sa­tion et la trans­for­ma­tion de la fo­rêt mixte est consi­dé­ré comme un cré­neau d’ex­cel­lence dans les Lau­ren­tides au même titre que les ali­ments et mets pré­pa­rés, le tou­risme et vil­lé­gia­ture quatre sai­sons et le trans­port ter­restre avan­cé. D’ailleurs, les pro­blèmes dans l’in­dus­trie du bois au ni­veau des Lau­ren­tides ont un im­pact jus­qu’à Saint-Jé­rôme consi­dère M.Mi­chel Gau­thier, di­rec­teur gé­né­ral du CLD Ri­vière du Nord et pré­sident de Lau­ren­tides éco­no­mique qui re­groupe les huit CLD des Lau­ren­tides. « Les scie­ries qui ferment dans les Hau­tesLau­ren­tides, ça re­pré­sente un pro­blème qui concerne toute la ré­gion. Dans le parc in­dus­triel de Saint-Jé­rôme, on re­trouve dif­fé­rentes en­tre­prises de trans­for­ma­tion du bois, les ar­moires de cui­sine et le meuble entre autres, qui souffrent comme les autres en rai­son d’un pro­blème d’ap­pro­vi­sion­ne­ment... » ex­plique M.Gau­thier.

Ser­geLa­ri­vière,porte-pa­ro­le­ré­gio­nal­pour­la­cam­pagne«Je­tou­che­du­bois»,est­ve­nuex­pli­querl’im­por­tan­ce­del’uti­li­sa­tion­du­bois­dans­cer­tai­ne­sac­ti­vi­té­sé­co­no­mi­ques­ré­gio­nales.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.