ENTRE AP­PAR­TE­NANCE ET NÉ­CES­SI­TÉ

C’est l’agence BCIA qui des­sert le Cé­gep de Saint-Jé­rôme au ni­veau de la sé­cu­ri­té et le cli­mat est au beau fixe, même si la si­tua­tion des agents est dif­fi­cile.

Le Nord - - POINT DE VUE - LA­POINTE MY­CHEL

L’ agence de sé­cu­ri­té BCIA, on le sait, s’est pla­cée sous la pro­tec­tion de la loi sur la faillite le 23 avril der­nier et s’est re­trou­vée au coeur du dos­sier d’ex­clu­sion de To­ny To­mas­si du conseil des mi­nistres la se­maine der­nière. En rai­son de la si­tua­tion fi­nan­cière de l’en­tre­prise, cer­tains agents se re­trouvent sans sa­laire de­puis un cer­tain temps. La si­tua­tion est dif­fi­cile pour eux. « On est en quelque sorte pris entre deux feux. D’un cô­té, il y a le contrat de ser­vice à ho­no­rer avec le cé­gep et c’est ce que nous dé­si­rons faire. De l’autre, les chèques de paye qui se font at­tendre. On en a re­çu un hier (lun­di), mais on ne sait pas ce qui va ar­ri­ver avec. Ici (au cé­gep), il y a un chèque sur deux qui est re­tour­né par manque de fonds… » sou­li­gnait Jo­na­than Tau­pier hier ma­tin (mar­di).

Ser­vices sou­te­nus

Du cô­té de la di­rec­tion du Cé­gep, on dit bien vivre avec la si­tua­tion qui pré­vaut ac­tuel­le­ment, puisque, contrai­re­ment à cer­tains ar­ron­dis­se­ments mont­réa­lais où des agents de BCIA ne se sont pas pré­sen­tés au tra­vail au cours des der­niers jours, les pro­blèmes ren­con­trés par l’agence de sé­cu­ri­té n’ont eu à ce jour au­cun im­pact au cé­gep où on re­trouve l’équi­valent de six postes d’agent de sé­cu­ri­té pour la sur­veillance de jour soir nuit la se­maine et la fin de se­maine. « Nous con­ti­nuons à pro­fi­ter de ser­vices sou­te­nus et non in­ter­rom­pus… ” af­firme M.Jacques Moi­san, co­or­don­na­teur du ser­vice des com­mu­ni­ca­tions au Cé­gep. « Nous en sommes ac­tuel­le­ment à la troi­sième an­née d’un contrat de quatre ans avec BCIA. Contrat pour le­quel nous étions al­lés en ap­pel d’offres il y a trois ans ».

Plan B

:Pour sa part, le di­rec­teur gé­né­ral du Cé­gep de Saint-Jé­rôme, M.Serge Tes­sier avoue ne pas se sen­tir to­ta­le­ment à l’aise avec la si­tua­tion, même s’il ne voit pas de pro­blème im­por­tant. « La si­tua­tion n’est pas né­ces­sai­re­ment agréable. Il est clair que nous vi­vons une cer­taine in­sé­cu­ri­té, mais rien de grave. De toute fa­çon, nous avons pré­vu un plan B si la si­tua­tion ve­nait à se dé­té­rio­rer. Ce qui im­porte c’est la sé­cu­ri­té de nos étu­diants et du per­son­nel » ex­prime M.Tes­sier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.