MARC- AN­TOINE AUGER ÉPIN­GLÉ

Marc-An­toine Auger, jus­qu’à tout ré­cem­ment pré­sident de l’as­so­cia­tion de soc­cer Les Ca­va­liers de Sainte-Sophie, a été épin­glé mar­di der­nier par le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal.

Le Nord - - POINT DE VUE - LA­POINTE MY­CHEL

Leurre

L’homme de 44 ans s’im­pro­vi­sait, semble-til, pho­to­graphe de mode pour at­ti­rer des ado­les­centes et les agres­ser. Se­lon la fa­çon d’opé­rer dé­voi­lée, Auger dé­ni­chait ses vic­times sur l’in­ter­net. Il ré­pon­dait à des an­nonces d’ado­les­centes qui étaient à la re­cherche d’un pho­to­graphe de mode pour se mon­ter un port­fo­lio. Marc-An­toine Auger fixait un ren­dez-vous avec les vic­times et com­met­tait en­suite ses agres­sions. Il au­rait no­tam­ment exi­gé une fel­la­tion à une de ses vic­times. C’est cette der­nière qui a por­té plainte au­près de la po­lice de Mon­tréal. Par la suite, Marc-An­toine Auger a été piè­gé par un agent-double du SPVM qui s’est fait pas­ser pour une ado­les­cente à la re­cherche d’un pho­to­graphe sur In­ter­net. Les po­li­ciers ont fi­na­le­ment mis la main au col­let d’Auger quand ce der­nier a fixé un ren­dez-vous, à Sainte-Sophie, à l’agent-double qui l’avait contac­té Auger a été ar­rê­té à son do­mi­cile de la rue Mur­ray à Sainte-Sophie, mar­di. Auger a été ac­cu­sé de leurre, sé­ques­tra­tion et d’agres­sion sexuelle au pa­lais de jus­tice de Mon­tréal. D’ailleurs, le dos­sier est trai­té par la po­lice de Mon­tréal du fait que les deux pre­mières vic­times ha­bi - te­raient la mé­tro­pole.

D’autres vic­times

En outre, les po­li­ciers mont­réa­lais soup­çonnent qu’Auger au­rait pu faire d’autres vic­times avec son stra­ta­gème. C’est pour­quoi, toute per­sonne sus­cep­tible d’ai­der les po­li­ciers dans ce dos­sier peut com­mu­ni­quer avec In­fo-crime au 514-393-1133.

Marc-An­toi­neAu­ger

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.