Ho­ckeyeurs­deSaint-Hip­po­ly­teex­clus

« C’est lors de la der­nière de trois ren­contres sur le su­jet que j’ai su que les jeunes de Saint-Hip­po­lyte se­raient ex­clus du ho­ckey mi­neur à SaintJé­rôme. Jusque-là, je ne pou­vais par croire que nous se­rions pé­na­li­sés. Dans la dé­ci­sion qui a été prise, on

Le Nord - - FRONT PAGE - MY­CHEL LA­POINTE mla­pointe@jour­nal­le­nord.com

Points de vue des maires de Saint-Jé­rôme, Saint-Hip­po­lyte et de la pré­si­dente du ho­ckey mi­neur

Pour le maire de Saint-Hip­po­lyte, le fait que 45 jeunes ho­ckeyeurs ne puissent pas jouer la sai­son pro­chaine au sein de la Fé­dé­ra­tion des clubs de ho­ckey mi­neur de Saint-Jé­rôme n’est pas une bonne nou­velle. Par contre, Bru­no Laroche, se dit bien conscient que le fait de ne pas par­ti­ci­per à la Ré­gie in­ter­mu­ni­ci­pale de l’aré­na de la Ri­vière-du-Nord le ren­dait vul­né­rable à une telle dé­ci­sion. « La for­mule adop­tée pour se do­ter d’un nou­vel aré­na, je ne suis pas contre. Je com­prends éga­le­ment que mes col­lègues maires veulent al­ler de l’avant le plus ra­pi­de­ment pos­sible. Mais les délais qu’on nous don­nait pour em­bar­quer étaient trop courts et notre par­ti­ci­pa­tion au pro­jet ne fai­sait pas par­tie de nos prio­ri­tés » note M. Laroche.

Manque de com­mu­ni­ca­tion

Ce­la étant dit, Bru­no Laroche au­rait sou­hai­té que l’on avise les jeunes joueurs concer­nés par la dé­ci­sion. Il consi­dère que ce n’était pas à lui de le faire. « Il ne m’ap­par­tient pas de faire l’an­nonce. La fé­dé­ra­tion de ho­ckey mi­neur et la ville ( lire Saint-Jé­rôme) ont un rôle à jouer dans ce­la. Je trouve qu’il y a eu un manque de com­mu­ni­ca­tion entre les gens du ser­vice des loi­sirs de la Ville de SaintJé­rôme et le nôtre pour que la dé­ci­sion soit an­non­cée aux jeunes » éva­lue-t-il.

Fé­dé­ra­tion de ho­ckey

En outre, à la Fé­dé­ra­tion des clubs de ho­ckey mi­neur de Saint-Jé­rôme, on se dé­fend bien d’avoir cher­ché à mettre de la pres­sion sur les au­to­ri­tés mu­ni­ci­pales en im­po­sant des quo­tas. « On a dit à la ville qu’on vou­lait li­mi­ter le nombre d’ins­crip­tions, parce qu’on ne pou­vait plus vivre avec la si­tua­tion ac­tuelle. Il est clair que nous ne pou­vions pas re­prendre 1 126 joueurs comme ce fut le cas l’an­née pas­sée. Nous l’avions fait en 2009 et il a fal­lu vivre avec les pro­blèmes. Il y a des clubs qui ont pas­sé trois se­maines sans pra­ti­quer l’an der­nier par manque d’heures de glace. Ça n’avait pas de bon sens. Il fal­lait faire quelque chose, d’au­tant plus qu’il n’y au­ra pas de so­lu­tion avant deux ans… » sou­ligne la pré­si­dente Syl­vie Des­jar­dins. Quant au fait que cer­tains pa­rents et bé­né­voles de Saint-Hip­po­lyte ont blâ­mé les au­to­ri­tés de la Fé­dé­ra­tion pour un manque de sup­port de leur part, la pré­si­dente Des­jar­dins af­firme ne se sen­tir au­cune res­pon­sa­bi­li­té. « On vou­drait bien sup­por­ter les gens de Saint-Hip­po­lyte, mais le contexte veut que ce soit la ville qui nous ac­corde un cer­tain nombre d’heures de glace et il faut faire avec. On trouve ce­la triste pour ceux qui sont ex­clus, mais la dé­ci­sion ne vient pas de nous et on n’en pren­dra pas la res­pon­sa­bi­li­té » de dire Mme Des­jar­dins.

Syl­vieDes­jar­dins

Bru­noLa­roche

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.