DES MAU­VAISES HERBES QUI COM­PLIQUENT LA VIE

Les belles tem­pé­ra­tures du dé­but d’été ra­mènent le plai­sir de s’of­frir un bel amé­na­ge­ment pay­sa­ger, mais rien n’est par­fait, puis­qu’il fait aus­si faire avec les mau­vaises herbes.

Le Nord - - LE PATROUILLEUR - LA­POINTE MY­CHEL

Il ne faut pas pour au­tant se pri­ver d’une belle pas­sion, puis­qu’il y a tou­jours moyen d’éli­mi­ner ces in­dé­si­rables. Sui­vons à cet égard, les conseils du spé­cia­liste Al­bert Mon­dor via la pu­bli­ca­tion Fleurs Plantes et Jar­dins de Trans­con­ti­nen­tal.

Les in­dé­si­rables

Ques­tion mau­vaises herbes, on pense tout de go au pis­sen­lit qui nous re­vient in­évi­ta­ble­ment avec les pre­mières cha­leurs. Mais il y en a bien d’autres qui nous com­pliquent la vie. « Le chien­dent (Agro­py­ron re­pens), l’herbe à poux (Ar­te­mi­sia am­bro­sii­fo­lia) et la prêle (Equi­se­tum ar­vense) fi­gurent éga­le­ment au nombre des herbes in­dé­si­rables connues et né­fastes. Men­tion­nons aus­si la mou­tarde noire (Bras­si­ca ni­gra), le chou gras (Che­no­po­dium al­bum), la di­gni­taire as­trin­gente (Di­gi­ta­ria ischae­mum), la re­nouée ja­po­naise (Fal­lo­pia ja­po­ni­ca), le frai­sier des champs (Fra­ga­ria vir­gi­nia­na), le lierre ter­restre (Gle­cho­ma he­de­ra­cea), l’oxa­lide dres­sée (Oxa­lis strict), le grand plantain (Plan­ta­go ma­jor), l’herbe à puce (Toxi­co­den­dron ra­di­cans) et l’or­tie dioïque (Ur­ti­ca dioi­ca) » sou­ligne M.Mon­dor.

Herbe à poux et herbe à puces

En outre, il faut sa­voir dis­tin­guer l’herbe à poux et l’herbe à puces? La pe­tite herbe à poux (Am­bro­sia ar­te­mi­sii­fo­lia) est al­ler­gène. Lors­qu’elle fleu­rit et largue son pol­len, cette plante est la prin­ci­pale cause du rhume des foins, qui touche chaque été des mil­liers de gens. Et pour cause : ses fleurs mâles pro­duisent d’énormes quan­ti­tés d’un pol­len très lé­ger que le vent peut trans­por­ter sur plus de 200 km! Cette in­dé­si­rable doit donc être éli­mi­née sans hé­si­ta­tion. Un truc pour l’iden­ti­fier; elle pos­sède des feuilles ca­rac­té­ris­tiques, vert tendre et fi­ne­ment dé­cou­pées. Cette plante doit être ex­traite du sol avec un sar­cloir avant sa flo­rai­son, au dé­but d’août (il n’est pas dan­ge­reux de la tou­cher avec les mains nues). Même si on la re­trouve dans nos jar­dins, elle a une nette pré­fé­rence pour les sols pauvres et aban­don­nés, comme ceux des abords rou­tiers et des ter­rains va­cants. Par ailleurs, l’herbe à puce (Toxi­co­den­dron ra­di­cans) est une autre plante qu’on de­vrait tous pou­voir iden­ti­fier. Au Ca­na­da, on la re­trouve sous deux formes : la pre­mière est buis­son­nante et n’at­teint que 30 cm de hau­teur, l’autre est grim­pante. Les feuilles vert tendre et lus­trées de l’herbe à puce sont com­po­sées de trois fo­lioles ovales à bout poin­tu. At­ten­tion : on ne doit ja­mais y tou­cher à mains nues sous peine d’ir­ri­ta­tions de la peau fort dou­lou­reuses. Si nos vê­te­ments ou nos ou­tils ont été en contact avec elle, il est pré­fé­rable de s’en dé­par­tir, car son huile ir­ri­tante, le toxi­co­den­drol, peut per­sis­ter très long­temps sur les tis­sus et le bois. La mé­thode la plus ef­fi­cace pour l’éli­mi­ner consiste à la re­cou­vrir pen­dant une an­née com­plète d’une épaisse toile de plas­tique noire, en pre­nant soin de bien cou­vrir le sol jus­qu’à 2 m au­tour des plants. Cette tech­nique, ap­pe­lée so­la­ri­sa­tion, consiste à uti­li­ser la cha­leur du so­leil pour brû­ler les­rhi­zomes et ra­cines des plantes in­dé­si­rables. Fi­na­le­ment, il y a l’or­tie dioïque (Ur­ti­ca dioi­ca), aux pro­prié­tés ur­ti­cantes : lors­qu’on la touche, on res­sent aus­si­tôt une vive brû­lure. C’est qu’elle est mu­nie de poils dans les­quels se trouvent des glandes rem­plies d’acide for­mique. Au contact, l’acide s’écoule, ce qui pro­voque une ir­ri­ta­tion de la peau plu­tôt désa­gréable. Le seul moyen ef­fi­cace de se dé­bar­ras­ser de l’or­tie dioïque est de mettre des gants épais et de l’ex­tir­per du sol à l’aide d’un sar­cloir.

Source : Fleurs Plantes et Jar­dins

Il­fau­té­li­mi­nerl’her­beà­poux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.