LES HOR­TI­CUL­TRICES CULTIVENT LA FIER­TÉ

Le Nord - - ACTUALITÉS -

Pour par­ve­nir à d’aus­si bons ré­sul­tats, plu­sieurs employés du Ser­vice des tra­vaux pu­blics sont af­fec­tés à la pla­ni­fi­ca­tion des amé­na­ge­ments, la com­mande des vé­gé­taux, la pré­pa­ra­tion des lits de plan­ta­tions et la plan­ta­tion, la réa­li­sa­tion des mo­saïques, l’ar­ro­sage, la taille, les trai­te­ments, le dé­sher­bage, l’en­tre­tien, etc. L’équipe compte sept hor­ti­cul­trices, qui dis­pensent leurs soins à 41 plates-bandes et à un grand nombre de plantes en pots, et un émon­deur.

Du­rables et moins

coû­teux

L’équipe d’hor­ti­cul­trices mise sur des amé­na­ge­ments du­rables, fa­ciles à en­tre­te­nir et ca­pables de ré­sis­ter aux pres­sions du mi­lieu. C’est pour­quoi elles rem­placent gra­duel­le­ment les an­nuelles par des vi­vaces. « Ces der­nières coûtent

Fier­té

plus cher à l’achat, mais l’avan­tage ré­side dans leur longévité. Comme elles fleu­rissent plu­sieurs sai­sons d’af­fi­lée, il n’est pas né­ces­saire d’ache­ter un gros vo­lume de f leurs chaque été. Il en ré­sulte une éco­no­mie sub­stan­tielle » ex­plique-t-on. Ce qui n’em­pêche pas qu’on conserve un cer­tain pour­cen­tage d’an­nuelles, car elles sont plus co­lo­rées. De plus, cer­tains em­pla­ce­ments ne conviennent pas aux vi­vaces. C’est le cas no­tam­ment des en­droits où les opé­ra­tions de dé­nei­ge­ment pour­raient les dé­truire. En outre, les hor­ti­cul­trices de­meurent cons­tam­ment à l’af­fût des nou­velles mé­thodes et tech­niques pou­vant amé­lio­rer l’es­thé­tique et la du­rée de leurs créa­tions, ou per­met­tant de ré­duire les coûts. Elles n’hé­sitent pas à se ren­sei­gner sur les pra­tiques ayant fait leurs preuves dans d’autres villes. C’est ain­si que le ser­vice uti­lise un broyeur pour fa­bri­quer du paillis à par­tir des branches ré­cu­pé­rées deux fois par an­née chez les ci­toyens. Cette ma­tière pre­mière abon­dante et dis­po­nible pro­cure un ex­cellent paillis à une frac­tion mi­nime du coût ha­bi­tuel. Somme toute, pour les au­to­ri­tés de SaintJé­rôme l’in­ves­tis­se­ment dans les amé­nage- ments pay­sa­gers se jus­ti­fie plei­ne­ment. « Nos plates-bandes contri­buent à la beau­té de la ville et l’une des re­tom­bées les plus évi­dentes est la grande fier­té sus­ci­tée chez les ci­toyens. En plus de l’as­pect vi­suel, l’em­bel­lis­se­ment pay­sa­ger a des im­pacts sur la vie so­ciale. Par exemple, plus les es­paces pu­blics sont pour­vus en arbres ou en fleurs, plus ils sont ap­pré­ciés et uti­li­sés par le pu­blic » éva­lue-t-on.

L’équi­ped’hor­ti­cul­tri­ces­mi­se­sur­de­sa­mé­na­ge­ments­du­rables,fa­ci­lesàen­tre­te­ni­ret­ca­pables de­ré­sis­te­raux­pres­sions­du­mi­lieu.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.