Le boi­sé dis­pa­raî­tra sur la rue Fi­lion

« C’était de­ve­nu in­évi­table… »

Le Nord - - FRONT PAGE - -Marc Gas­con

C’ est du moins ce que dé­plore Mme Na­tha­lie La­rose de Saint-Jé­rôme et ré­si­dante du sec­teur dans une lettre ou­verte adres­sée au maire Marc Gas­con et que nous pu­blions en page 4 de la pré­sente édi­tion. « La fo­rêt qui com­mence au bout de la rue Fi­lion se­ra dé­truite, ra­sée, dé­ci­mée, et ce, pour faire place à un vaste pro­jet do­mi­ci­liaire en­tou­rant votre très convoi­té pro­jet d’aré­na … Je veux bien croire que la ma­jo­ri­té de la po­pu­la­tion vous ait de­man­dé à forces cris et re­proches de vous dé­ci­der dans le dos­sier du­dit aré­na. Mais, que je sache, ja­mais elle ne vous a de­man­dé un autre pro­jet do­mi­ci­liaire, et en­core moins d’anéan­tir le peu de ver­dure qui lui reste! » sou­ligne, entre autres, Mme La­rose.

Des pro­mo­teurs in­té­res­sés

Pour le maire, il de­ve­nait in­évi­table que le boi­sé à l’ex­tré­mi­té des rues Fi­lion et Oui­met (le com­plexe spor­tif cou­vri­ra toute l’éten­due com­prise entre ces deux rues) dis­pa­raisse un jour. Au­tant, à ses yeux que ce soit en par­tie pour un parc que pour uni­que­ment du dé­ve­lop­pe­ment do­mi­ci­liaire. « C’était de­ve­nu in­évi­table. Le boi­sé était ap­pe­lé à dis­pa­raître tôt ou tard, puisque cer- tains pro­mo­teurs avaient les yeux sur le sec­teur. La pres­sion du dé­ve­lop­pe­ment était ren­due là. Nous avons réus­si à né­go­cier une so­lu­tion qui fait en sorte que les es­paces se­ront oc­cu­pés par un parc. Et le dé­ve­lop­pe­ment du parc se fe­ra dans le res­pect des zones pro­té­gées (lire zones hu­mides) du sec­teur. D’ailleurs, la zone de dé­boi­se­ment est au moins cinq fois plus pe­tite que la zone qu’on pro­tège. On doit éga­le­ment pré­ci­ser qu’il ne s’agit pas d’un boi­sé com­por­tant des arbres ma­tures… » note le maire.

De l’es­pace

Et c’est sans comp­ter que les es­paces dis­po­nibles pour un pro­jet de l’en­ver­gure du com­plexe spor­tif, tient à pré­ci­ser le maire, sont rares si­non in­exis­tants à Saint-Jé­rôme. On parle d’un pro­jet qui peut comp­ter au moins un aré­na de deux glaces, deux ter­rains syn­thé­tiques de soc­cer-foot­ball, des ter­rains de ten­nis et d’autres choses en­core. « Un pro­jet de cette en­ver­gure, on ne peut pas l’im­plan­ter en zone ur­baine. Il faut de la place. Et nous en avons sur le site re­te­nu. La lo­ca­li­sa­tion a aus­si l’avan­tage de se re­trou­ver entre deux écoles se­con­daires (la po­ly­va­lente Saint-Jé­rôme et l’école se­con­daire Cap­Jeu­nesse). Je sais bien que ça ne plait pas à tout le monde. Mais on ne fait pas d’ome­lette sans cas­ser des oeufs. Il y a cer­taines consé­quences » note M.Gas­con.

Pré­pa­ra­tion

Dans un autre ordre d’idée, en as­sem­blée pu­blique mar­di soir der­nier, les élus jé­rô­miens ont vo­té un rè­gle­ment d’em­prunt de 2,5 M$ pour des tra­vaux pré­pa­ra­toires en vue de l’éta­blis­se­ment du com­plexe spor­tif qui se­ra ins­tal­lé sur un ter­rain de quelque 1,5 mil­lions de pieds car­rés. Cer­tains s’éton­ne­ront que l’on s’at­taque dès main­te­nant à la to­ta­li­té du ter­rain pro­prié­té de la Ville de Saint-Jé­rôme, alors que seule­ment le ter­rain syn­thé­tique de soc­cer-foot­ball est confir­mé, mais pour le maire Marc Gas­con, c’est dans l’ordre nor­mal des choses. « Il faut com­prendre que nous éco­no­mi­sons pas­sa­ble­ment en amé­na­geant tout de suite l’éten­due du ter­rain. Il faut sa­voir que le ter­rain est in­égal dans son en­semble. C’est ain­si qu’il fau­dra en­le­ver de la terre à cer­tains en­droits, alors que d’autres en­droits au­ront be­soin qu’on en ajoute. Si bien qu’il se­ra pos­sible de faire tout ce­la en même temps. Ce qui nous per­met­tra des éco­no­mies en bout de ligne… » d’ex­pli­quer M.Gas­con.

«On­doi­té­ga­le­ment­pré­ci­ser­qu’ilnes’agit­pasd’un­boi­sé­com­por­tant­de­sar­bres­ma­tures»fait re­mar­quer­le­mai­reGas­con.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.