LA DRAFTERIE DU­MONT EN­LÈVE LES GRANDS HON­NEURS

Le Nord - - BOYS ET GIRLS -

La Drafterie Du­mont n’a pas fait traî­ner les choses, en grande fi­nale de la Ligue de ho­ckey co­som des Chums des Lau­ren­tides, en en­le­vant les grands hon­neurs en trois ren­contres consé­cu­tives. «C’est ma pre­mière coupe, après avoir vu notre for­ma­tion prendre le deuxième rang en sai­son ré­gu­lière. Nous avions un club équi­li­bré, sans ve­dette, qui fonc­tion­nait grâce à l’ap­port de tout le monde. Ce­la a créé un es­prit d’équipe, qui nous a per­mis de nous rendre jus­qu’au bout en éli­mi­na­toires», a ana­ly­sé le ca­pi­taine de la Drafterie, Si­mon Auger. Cet es­prit de corps s’est aus­si fait sen­tir lors des matchs, lors de l’ac­cu­mu­la­tion des points de com­por­te­ment. «Les points de dis­ci­pline nous énor­mé­ment ai­dés. Un peu plus et nous ter­mi­nions pre­mier en sai­son éga­le­ment. Notre suc­cès s’ex­plique par nos duos d’avants et d’ar­rières stables. Ce­la a ren­du la tâche moins dif­fi­cile à notre gar­dien, Ni­co­las La­voie, qui était moins oc­cu­pé, mais qui a fait les ar­rêts clés le mo­ment ve­nu», a pour­sui­vi Auger. «Nos suc­cès sont aus­si at­tri­buables à la gran­deur du gym­nase double, à la Po­ly­va­lente, qui nous a per­mis de mieux exé­cu­ter en sé­ries notre jeu de passes. On abu­sait de l’es­pace, alors que nos ad­ver­saires s’es­souf­flaient à vou­loir cou­per nos jeux. Le gym de la Po­ly se prê­tait mieux à notre style de jeu que ce­lui de Cap-Jeu­nesse, où nous avons tout de même bien pro­duit en sai­son». Même en chan­geant les duos à l’oc­ca­sion, à cause d’ho­raires de tra­vail ou de bles­sures des ef­fec­tifs, les pro­té­gés de la Drafterie Du­mont ne se plai­gnaient pas. «Ce­la a aus­si ar­ri­vé que nous avons chan­gé les duos, se­lon les ef­forts de cha­cun. Il peut ar­ri­ver que tu ar­rives «flat» à un match parce que tu trime fort à l’ou­vrage», a-t-il fait va­loir. Quant aux meilleures anec­dotes de la sai­son, elles n’avaient rien de dé­plai­santes. «On avait pas de bouf­fons ou de grosses têtes dans notre ali­gne­ment. On a tout de même rit, quand Jean-Phi­lippe Le­clerc a dû payer une caisse de 24, vu qu’il n’a pu te­nir sa pro­messe de fi­nir par­mi les cinq meilleurs mar­queurs du cir­cuit. Pour sa part, le por­tier Ni­co­las La­voie noud don­nait ré­gu­liè­re­ment la frousse, en ar­ri­vant aux matchs à la der­nière se­conde. Mais on ne pou­vait rien dire contre lui, car il ar­rê­tait toutes les balles». Si­mon Auger aime aus­si la pro­gres­sion du cir­cuit Per­ron, lui qui évo­lue au ho­ckey co­som pour une 2e sai­son. «Il y a des joueurs de tous les ni­veaux, mais c’est in­té­res­sant de consta­ter que n’im­porte qui ayant une base de ho­ckey peut ve­nir s’amu­ser avec nous. Et contrai­re­ment à ce que Ma­rio Per­ron laisse en­tendre, nous ne nous sommes pas «boos­tés» une équipe pour les sé­ries 2010. Notre ali­gne­ment était in­tact à la sai­son. Dans notre club, je di­rais que notre joueur le plus stable a été le dé­fen­seur Pa­trice Beau­champ. Même si le car­dio d’un gars de 20 ans lui manque quelques fois, il trouve tou­jours le moyen de réus­sir une passe pré­cise dans les grandes oc­ca­sions», at-il ache­vé.

Ligue Bo­dy­shop

Dans la Ligue Bo­dy­shop, les Couvre Plan­chers Bé­dard af­fron­taient la Salle SaintVincent. Ces der­niers trô­naient en­core au pre­mier rang du clas­se­ment. Pour Bé­dard, Stéphane Des­cham­bault a co­gné un cir­cuit en so­lo, et du co­té de SaintVincent, le lan­ceur Pat Reeves a aus­si réus­si un cir­cuit en so­lo. Ré­sul­tat fi­nal, la Salle SaintVincent l’em­porte au compte de 9 à 6. Dans l‘autre match, Honda Nord-Sud était sur une su­perbe lan­cée... d’une vic­toire! Ils ren­con­traient M.G. élec­tro­nique. Tous les joueurs de Honda ont mis la main à la pate, mais c’est le co-pré­sident du cir­cuit, Ch­ris­tian La­chance, qui s’est dis­tin­gué, en co­gnant son pre­mier cir­cuit de l’an­née, une af­faire de trois points pro­duits. Ce­la a été la fin pour M.G.: les Boys de Honda ont por­té à deux leur étin­ce­lante sé­rie de vic­toires (hum!), au compte de 8-4, la preuve qu’il ne faut ja­mais bais­ser les bras…

Les­trou­piers­deSi­monAu­ge­ront­pro­cu­réune«Cou­peS­tan­ley»àlaD­raf­te­rieDu­mont,dans­la Li­gue­desC­hums.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.