LE CLAN SAINT- PIERRE A LA BALLE À COEUR

Le Nord - - BOYS ET GIRLS -

(LR) À n’en pas dou­ter, la fa­mille Saint-Pierre a le ba­se­ball dans le sang. Que ce soit à un poste de joueur, ar­bitre, mar­queur, en­traî­neur ou autre, un membre du clan n’est ja­mais trop loin lors­qu’une com­pé­ti­tion s’amène en ville et que vient le mo­ment de s’im­pli­quer. En 2010, la pré­si­dence d’hon­neur du tour­noi pee-wee et ban­tam de Saint-Jé­rôme a été confiée à Yves Saint-Pierre, sou­vent pré­sen­té comme «Mon­sieur Ba­se­ball», dans la ci­té du Cu­ré La­belle. Âgé d’à peine 60 ans, il a entres autres été, en com­pa­gnie de quelques autres, fon­da­teur de la ligue de T-ball, ain­si que de la Ligue se­nior de Saint-Jé­rôme. «Chez-nous, tout pas­sait par la balle. À un ni­veau ou à un autre, mes frères Guy (69 ans), An­dré (dé­cé­dé), Jean (64 ans), Mar­cel ju­nior (59 ans), ain­si que mes soeurs Mo­nique (dé­cé­dée), De­nise (74 ans) et Jo­hanne (55 ans), ont tous et toutes été im­pli­quée dans ce sport, de près ou de loin. Le bé­né­vo­lat et l’im­pli­ca­tion ont tou­jours été des forces de la fa­mille», a sou­li­gné Yves Saint-Pierre. Re­con­nus pour leur force peu com­mune de ca­rac­tère, les membres du clan ont même créé leur propre ter­rain spor­tif… au beau mi­lieu de la rue. «Nous, les en­fants de Mar­cel sr., nous te­nions loin du trouble, en pra­ti­quant plu­sieurs sports. Dans le sec­teur de la rue SaintHu­bert, il nous ar­ri­vait sou­vent de blo­quer la rue, pour se créer une pa­ti­noire de rue ou un ter­rain de foot­ball. C’était notre ter­rain de jeu, que nous né­go­cions avec in­sis­tance quand la po­lice vou­lait nous dé­lo­ger», s’est-il sou­ve­nu en riant. Les fi­gures spor­tives lo­cales, les Saint-Pierre les ont toutes connues. De Gilles Plouffe à Robert Rioux, en pas­sant par les Gilles Mal­lette, Robert Mailloux, Jean-Paul Nadon, An­dré Ouel­lette, Mi­chel Bour­gouin et autres. «Ils nous ont en­traî­né; on a été des co­équi­piers, ou des op­po­sants. Mais une chose est cer­taine, ce­la se li­mi­tait au ter­rain pour les ri­va­li­tés. Il y avait de l’ex­cel­lente balle qui se jouait ici, dans les an­nées 60 et 70. J’ai joué lors de l’époque des Car­di­naux, le mid­get lo­cal, le ju­nior B de Sainte-Thé­rèse, les Ki­wa­nis de Mai­son­neuve (avec Rod­ger Brulotte), les ligues de balle ra­pide et tout le reste. Ce sont des sou­ve­nirs in­ou­bliables». Ce sont pas moins de quatre gé­né­ra­tions de spor­tifs qui se sont suc­cé­dé dans le clan Saint-Pierre. Yves Saint-Pierre est fier de son pe­tit-fils, Vic­tor, qui s’aligne cette an­née avec une for­ma­tion atome de Saint-Jé­rôme. «Il y a eu mes frères et soeurs, mes ne­veux et nièces (dont Marc et Éric, fils de Guy), qui ont tous tou­ché aux sports. Chez les SaintPierre, il n’était pas rare que nous sui­vions des matchs dif­fé­rents, avec deux té­lé­vi­seurs su­per­po­sés sur un meuble. Les sou­ve­nirs po­si­tifs ont été nom­breux: la conquête de la pe­tite sé­rie mon­diale du Québec, en 1963, la fi­nale pro­vin­ciale rem­por­tée en 1988 comme cham­pions des pe­tites ligues, le voyage à Glace Bay, au na­tio­nal, en Nou­vel­leÉ­cosse, etc.…». Pour ce­lui qui a com­men­cé à lan­cer une balle avec ses frères à l’âge de 5 ans, dans le quar­tier Saint-Lu­cien, il ne fai­sait au­cun doute que le sport oc­cu­pe­rait une grande place dans sa vie. «J’ai cou­ru des de­mi-ma­ra­thon, joué au hand­ball, au basket, au foot­ball; on a même fait beau­coup de ski. Ce­la nous te­nait oc­cu­pé et en forme. Mal­gré la dé­cep­tion de voir les Ex­pos dé­mé­na­ger, je suis fier de dire que j’ai as­sis­té à leur pre­mier et der­nier match, soit en 1969 et en 2004. Ce­la m’a aus­si cha­gri­né de voir des ter­rains de balle dis­pa­raître au pro­fit de ter­rain de soc­cer. La si­tua­tion des aré­nas me hante aus­si, mais les Com­mis­sion sco­laire, le Cé­gep, la mai­rie et les villes avoi­si­nantes se parlent main­te­nant: c’est pro­met­teur. Les sports vont sur­vivre, à Saint-Jé­rôme, mais de fa­çon dif­fé­rente», a-t-il ache­vé.

Lors­de­la­con­fé­ren­ce­de­pres­se­du­tour­noi­de­ba­se­ball­jé­rô­mien,le­clanSaint-Pier­reé­tait pres­que­to­ta­le­ment­pré­sent.SeulGuy,le­bou­che­re­tré­pu­téar­bitre,étai­tau­tra­vail.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.