UN CHOIX DE GOUT­TIÈRES SIMPLE

Quand vient le temps de chan­ger les gout­tières sur la mai­son, deux choix s’offrent au consom­ma­teur. L‘alu­mi­nium ou le vi­nyle? Tout dé­pend de ce qu’on re­cherche vrai­ment sur le plan de la qua­li­té, du prix ou de la pose.

Le Nord - - ACTUALITÉS - LA­POINTE MY­CHEL

Vi­nyle Par un spé­cia­liste ou po­sée soi-même

Eta­blis­sons au dé­part que la fac­ture pour une gout­tière d’alu­mi­nium ou une gout­tière de vi­nyle est somme toute la même. Il en coûte moins cher pour la gout­tière de vi­nyle, mais quand on ajoute les ac­ces­soires, le coût d’achat est sen­si­ble­ment le même. Il faut sa­voir que la gout­tière d’alu­mi­nium est gé­né­ra­le­ment po­sée par un spé­cia­liste dans le do­maine. Il est à toute fin pra­tique très com­pli­qué de faire le tra­vail soi-même quand on ne dis­pose pas de l’équi­pe­ment so­phis­ti­qué né­ces­saire. Quant à la fa­çon de faire, elle est toute simple, pour un pro­fes­sion­nel dans le do­maine. Ain­si, quand la bor­dure du toit de la mai­son est fa­cile d’ac­cès, le spé­cia­liste taille­ra la gout­tière d’un seul mor­ceau. La gout­tière d’alu­mi­nium est fixée avec un clou et une vi­role, à tous les 16 pouces. Le pro­cé­dé est fort dif­fé­rent en ce qui concerne les gout­tières de vi­nyle qu’on peut se pro­cu­rer dans un centre de ma­té­riaux de construc­tion ou de ré­no­va­tion en lon­gueurs pré­dé­ter­mi­nées. Au contraire de la gout­tière d’alu­mi­nium, la gout­tière de vi­nyle peut être fa­ci­le­ment ins­tal­lée par un bri­co­leur le moin­dre­ment ha­bile. Il suf­fit d’ins­tal­ler des sup­ports de vi­nyle au 24 pouces avec des vis. Une fois les sup­ports ins­tal­lés, on peut y mettre en place la gout­tière et la rem­pla­cer au be­soin. Un joint de si­li­cone est né­ces­saire pour unir une lon­gueur de gout­tière de vi­nyle à une autre et ain­si évi­ter les fuites d’eau en cas de pluie.

Du­ra­bi­li­té

Ques­tion du­ra­bi­li­té, la gout­tière d’alu­mi­nium et la gout­tière de vi­nyle pré­sentent, à toute fin pra­tique, des ca­rac­té­ris­tiques équi­va­lentes. À cette dif­fé­rence que la gout­tière d’alu­mi­nium peut pré­sen­ter des taches de rouille avec le temps, mais en­core là ce n’est pas une règle éta­blie. Pour ce qui est de la gout­tière de vi­nyle, elle peut de­ve­nir fra­gile aux im­pacts par temps très froids.

La­gout­tiè­re­de­vi­ny­le­peu­tê­tre­fa­ci­le­men­tins­tal­lée­pa­run­bri­co­leur­le­moin­dre­men­tha­bile.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.