Mo­nique Guay dé­nonce

R ’-ÉGIME D AS­SU­RANCE EM­PLOI

Le Nord - - ACTUALITÉS - MY­CHEL LA­POINTE mla­pointe@jour­nal­le­nord.com -Mo­ni­queGuay

«Le Bloc Qué­bé­cois est conster­né de voir son pro­jet de loi C-308 vi­sant la bo­ni­fi­ca­tion du ré­gime d’as­su­rance-em­ploi re­je­té du re­vers de la main par les li­bé­raux et les conser­va­teurs. En vo­tant contre ce pro­jet de loi, li­bé­raux et conser­va­teurs dé­montrent leur pro­fonde in­dif­fé­rence à l’en­droit des chô­meurs» di­sait jeu­di der­nier Mme Mo­nique Guay. La dé­pu­tée de Ri­vière-du-Nord y al­lait de cette dé­cla­ra­tion à la suite du vote «au ré­sul­tat dé­plo­rable» qui s’est te­nu mer­cre­di der­nier sur le pro­jet de loi C-308.

Des ap­puis

Mme Guay est d’au­tant plus dé­çue du ré­sul­tat du vote du fait que le pro­jet de loi re­ce­vait des ap­puis si­gni­fi­ca­tifs. «Nous sa­vons que les syn­di­cats et les groupes de chô­meurs ap­puient en­tiè­re­ment le pro­jet de loi C-308. Ain­si, en aban­don­nant aus­si lâ­che­ment les chô­meurs alors que l’éco­no­mie se re­lève à peine de la crise, les conser­va­teurs et les li­bé­raux sont al­lés à l’en­contre de la vo­lon­té de toute la so­cié­té ci­vile. Les conser­va­teurs ont même osé rendre pu­blics des coûts com­plè­te­ment bi­don as­so­ciés au pro­jet de loi alors qu’eux-mêmes n’hé­sitent pas à haus­ser les co­ti­sa­tions et à al­ler pi­ger dans les sur­plus de la caisse» de ra­jou­ter Mo­nique Guay.

In­con­sé­quence fla­grante

La sur­prise est d’au­tant plus grande pour la dé­pu­tée de Ri­vière-du-Nord qu’elle croyait bien que le Bloc qué­bé­cois re­ce­vait l’ap­pui des li­bé­raux dans sa dé­marche. « Pour­tant, les li­bé­raux ont tou­jours ap­puyé notre pro­jet de loi lors des votes pré­cé­dents. Au­jourd’hui, ils ont plu­tôt dé­ci­dé de se ral­lier aux conser­va­teurs en tour­nant le dos aux chô­meurs. Un chan­ge­ment d’opi­nion aus­si dras­tique et sou­dain dans un dos­sier d’une telle im­por­tance est d’une in­con­sé­quence fla­grante». Qui plus est, «le chef du Par­ti li­bé­ral du Ca­na­da, Mi­chael Igna­tieff, a même pous­sé l’ef­fron­te­rie jus­qu’à dé­cla­rer que le pro­jet de loi du Bloc Qué­bé­cois n’al­lait nulle part. Pour­tant, lui et son par­ti ont bel et bien vo­té pour le pro­jet de loi lors de la deuxième lec­ture il n’y a pas si long­temps. Com­ment osent-ils dé­ci­der du sort des chô­meurs avec une telle in­sou­ciance? » s’est in­sur­gée la dé­pu­tée Mo­nique Guay».

Pas d’aban­don

Le ré­sul­tat du vote de jeu­di der­nier, ne si­gni­fie pas pour au­tant que le Bloc qué­bé­cois a dé­ci­dé de bais­ser les bras dans ses in­ten­tions. «De son cô­té, le Bloc Qué­bé­cois a tra­vaillé sans re­lâche à faire du ré­gime d’as­su­rance-em­ploi un vé­ri­table ré­gime d’as­su­rance pour les chô­meurs et a bien l’in­ten­tion de ne pas aban­don­ner les tra­vailleuses et les tra­vailleurs en dif­fi­cul­té. Le pro­jet de loi qui a été re­je­té com­pre­nait l’amé­lio­ra­tion de l’ac­ces­si­bi­li­té au ré­gime ain­si que l’éta­blis­se­ment d’un seuil d’ad­mis­si­bi­li­té de 360 heures pour tous, seuil qui per­met­trait aux femmes, aux jeunes et aux tra­vailleurs à sta­tut pré­caire d’avoir ac­cès plus fa­ci­le­ment à des pres­ta­tions. De plus, le pro­jet de loi com­pre­nait une hausse des taux de pres­ta­tions de 55 à 60 % du sa­laire ga­gné et des mo­di­fi­ca­tions qui per­met­traient aux tra­vailleuses et aux tra­vailleurs au­to­nomes d’avoir ac­cès, sur une base vo­lon­taire, à toutes les pres­ta­tions d’as­su­rance-em­ploi. Ces me­sures ont toutes été iden­ti­fiées comme prio­ri­taires par les re­grou­pe­ments qui tra­vaillent au­près des chô­meurs, mais les conser­va­teurs et les li­bé­raux en ont dé­ci­dé au­tre­ment. C’est scan­da­leux! » a conclu Mo­nique Guay.

Mo­ni­queGuay

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.