DES LAU­REN­TIENS FORCES AVE­NIR

Deux groupes de ré­si­dants des Lau­ren­tides sont fi­na­listes au pro­gramme uni­ver­si­taire Forces Ave­nir.

Le Nord - - LE PATROUILLEUR -

(ML) C’est ain­si que Mé­la­nie Cô­té, Ma­ry Bon­su et Do­mi­nique Si­ni­ga­glie­si, étu­diantes à l’Uni­ver­si­té Mc Gill, ont sé­duit les membres du ju­ry avec un pro­jet en­ga­gé à of­frir aux femmes mo­no­pa­ren­tales des lo­ge­ments plus sains. In­ter­pe­lées par un pro­blème d’in­sa­lu­bri­té dans un im­meuble de Mon­tréal qui abrite des mères mo­no­pa­ren­tales avec peu de moyens fi­nan­ciers, les trois étu­diantes en sciences in­fir­mières ont dé­ci­dé d’agir. Via le pro­jet « A Step To­wards So­cial Jus­tice : Ta­king Ac­tion on Mould in So­cial Hou­sing », le groupe a en­tre­pris d’of­frir aux ré­si­dantes de cet édi­fice tous les ou­tils né­ces­saires pour leur per­mettre de faire va­loir leur droit à un lo­ge­ment dé­cent et sain. En plus des dif­fé­rents in­ter­ve­nants contac­tés, les étu­diantes ont éla­bo­ré des ou­tils de sen­si­bi­li­sa­tion des­ti­nés aux jeunes mères afin de les in­for­mer du pro­blème de moi­sis­sure, de ses consé­quences et des fa­çons d’y re­mé­dier. Puis elles ont ré­di­gé une dé­cla­ra­tion of­fi­cielle dé­cri­vant le pro­blème et l’ont adres­sée à la So­cié­té de l’ha­bi­ta­tion du Québec. Les étu­diantes es­pèrent main­te­nant que les ou­tils de sen­si­bi­li­sa­tion pour­ront être uti­li­sés dans d’autres contextes.

Éco­lo­gi­que­ment

res­pon­sable

Par ailleurs, Jean-Fré­dé­ric Kar­dos et Étienne St-Laurent, étu­diants à l’École de tech­no­lo­gie su­pé­rieure, ont créé un pro­jet en­ga­gé à rendre une au­to­mo­bile plus éco­lo­gique- ment res­pon­sable. Quand 450 uni­ver­si­tés de par­tout au­tour du monde par­ti­cipent à la même com­pé­ti­tion, vous ne vi­sez rien de moins que le pe­lo­ton de tête. Et c’est ce que les étu­diants membres de la For­mule SAE de l’École de tech­no­lo­gie su­pé­rieure (ETS) se fixent comme dé­fi. Pour prendre part aux com­pé­ti­tions ré­gies par la So­cie­ty of Au­to­ma­tive En­gi­neers, des com­pé­ti­tions qui in­fluent énor­mé­ment sur le dé­ve­lop­pe­ment des com­pé­tences des étu­diants, ceux-ci doivent pré­sen­ter un pro­to­type de voi­ture de course. Exi­geant un haut ni­veau de qua­li­té, d’en­ga­ge­ment et de pro­fes­sion­na­lisme de leur part, la For­mule SAE de l’ETS re­pose sur une longue tra­di­tion de réus­site. Rap­pe­lons qu’en 2009, cette équipe s’était clas­sée au cin­quième rang mon­dial, en plus d’ob­te­nir le pre­mier rang sur le conti­nent amé­ri­cain. Cette an­née, les étu­diants sont par­ve­nus à ré­duire la consom­ma­tion d’es­sence de leur pro­to­type à 11,3 litres par 100 km, soit 8 litres par 100 km de moins que la moyenne.

Cri­tères ser­rés

Ces jeunes uni­ver­si­taires de chez nous se sont dé­mar­qués par leur en­thou­siasme et leur en­ga­ge­ment pa­ral­lèle à leurs études. Ils se sont en­ga­gés dans dif­fé­rents do­maines tels que la science, les arts, l’en­vi­ron­ne­ment, l’en­traide et plus en­core, à chan­ger les choses et le monde! C’est donc à l’is­sue de la lec­ture de près de 200 dos­siers et d’une qua­ran­taine d’en­tre­vues qu’un ju­ry spé­cia­liste a sé­lec­tion­né 21 pro­jets et 12 per­son­na­li­tés pour l’ex­cel­lence et la pas­sion qu’ils ré­vèlent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.