UNE RES­PON­SA­BI­LI­TÉ CI­TOYENNE

Par­mi les dos­siers fai­sant ac­tuel­le­ment l’ob­jet d’une ré­flexion au sein du Conseil mu­ni­ci­pal de Val-Da­vid, il y a ce­lui de la pré­sence des ani­maux do­mes­tiques et du contrôle qui doit en être as­su­ré.

Le Nord - - LE PATROUILLEUR - LA­POINTE MY­CHEL

Les ani­maux do­mes­tiques contri­buent à la qua­li­té de vie des gens, conviennent les au­to­ri­tés de Val-Da­vid. Qui plus est, « ils per­mettent aux en­fants d’ap­prendre à veiller sur un être vi­vant par les soins qu’ils leur pro­diguent en plus d’être de mer­veilleux com­pa­gnons de jeu. Ils tiennent com­pa­gnie aux adultes et les en­cou­ragent à de­meu­rer ac­tifs en les obli­geant à prendre des marches. Ils sont une source d’af­fec­tion in­con­di­tion­nelle et contri­buent sou­vent à bri­ser l’iso­le­ment ».

Des res­pon­sa­bi­li­tés

Ce qui n’em­pêche pas, aux yeux des élus de Val-Da­vid que « tous ces bien­faits viennent avec des res­pon­sa­bi­li­tés. Tout en as­su­rant le bien-être de leurs ani­maux, les pro­prié­taires doivent les maî­tri­ser en tout temps en les gar­dant sur leur ter­rain pour évi­ter qu’ils errent sur les lieux pu­blics. Les chiens doivent être te­nus en laisse lors des pro­me­nades à l’ex­té­rieur ». Ces me­sures sont gé­né­ra­le­ment pré­vues aux rè­gle­ments mu­ni­ci­paux et visent à la fois la sé­cu­ri­té des ci­toyens et des ani­maux ain­si que la pré­ser­va­tion de la paix du voi­si­nage. « Même un chien ré­pu­té non dan­ge­reux peut faire peur. Tous ne sont pas à l’aise en pré­sence d’un ani­mal er­rant. Jouir d’un ani­mal et en être res­pon­sable sup­pose le res­pect de cer­taines règles élé­men­taires au bé­né­fice des ani­maux, des pro­prié­taires d’ani­maux et du voi­si­nage » consi­dère-t-on à l’Hô­tel de Ville de Val-Da­vid où on en­tend bien, nous dit-on, veiller au res­pect des rè­gle­ments mu­ni­ci­paux liés aux ani­maux de com­pa­gnie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.