UN PAR­QUET

Le Nord - - COMMUNAUTAIRE -

Les classes de bois

C’est la classe qui donne une in­di­ca­tion des va­ria­tions de cou­leurs et des noeuds que va com­por­ter le bois. La plu­part des fa­bri­cants rangent ce ma­té­riau dans l’une ou l’autre des classes sui­vantes: clair, sé­lect et meilleur, tra­di­tion­nel et rus­tique. La classe clair, très uni­forme, est de qua­li­té su­pé­rieure car elle exempte de noeuds. À l’op­po­sé, la classe rus­tique, ven­due moins cher, pré­sente des noeuds et des va­ria­tions de cou­leurs of­frant plus de ca­rac­tère, mais aus­si plus de dé­fauts d’usi­nage qui font aug­men­ter le taux de perte. Ce taux pour un par­quet de qua­li­té se si­tue en moyenne à 5%. Si l’es­pace à cou­vrir est de 1000 pi2 et que le ven­deur sug­gère d’ache­ter 1150 pi2, soit 15% de bois en plus, c’est que ce bois n’est pas de pre­mière qua­li­té. Dans tous les cas, il est né­ces­saire de de­man­der au ven­deur de dé­po­ser quelques lattes au sol puis de les as­sem­bler, afin de vé­ri­fier qu’elles s’em­boîtent par­fai­te­ment. De plus, en pas­sant la main sur la sur­face des lattes, on peut s’as­su­rer qu’il n’existe au­cune va­ria­tion d’épais­seur dans la coupe. Au mo­ment de l’ins­tal­la­tion, les lattes de bois dur de­vront être clouées ou agra­fées à un sous-plan­cher de bois.

Bois brut ou pré­ver­ni?

Le par­quet de bois brut est moins coû­teux à l’achat que le par­quet pré­ver­ni, mais il faut pré­voir le coût de l’ins­tal­la­tion et de la fi­ni­tion, soit le sa­blage, la tein­ture et le ver­nis­sage. Au to­tal, il re­vient au même prix si­non plus cher que le par­quet pré­ver­ni. Puis il ne faut pas ou­blier les désa­gré­ments des tra­vaux qui doivent être ef­fec­tués sur place, puis­qu’on ne peut mar­cher sur le par­quet avant trois ou cinq jours, le temps que le ver­nis soit sec. Le bois brut a néan­moins des avan­tages. Par exemple, si l’on a dé­jà du bois chez soi (es­ca­lier, par­quet dans une pièce ad­ja­cente), on peut ob­te­nir par mé­lange une tein­ture de la même cou­leur. On peut aus­si in­clure des mo­tifs dans le par­quet, chose im­pos­sible quand ce­lui-ci est pré­ver­ni. En outre, le sa­blage sur place per­met d’ob­te­nir un sol égal, puis tous les es­paces entre les lattes se trouvent par­fai­te­ment scel­lés lorsque le ver­nis est ap­pli­qué sur la to­ta­li­té du par­quet plu­tôt que sur une planche à la fois comme dans le cas du bois pré­ver­ni. Ce­la si­gni­fie une pro­tec­tion sup­plé­men­taire contre l’hu­mi­di­té, prin­ci­pal en­ne­mi du par­quet. Un par­quet de bois brut de qua­li­té se vend à par­tir de 3$ le pi2. À ce­la il faut ajou­ter, en moyenne, 2$ le pi2 pour l’ins­tal­la­tion et 2$ le pi2 pour le sa­blage et le ver­nis­sage. No­tez que la fi­ni­tion n’est pas ga­ran­tie.

Un beau par­quet, voi­là un truc qui donne à son in­té­rieur un charme in­con­tes­table. En plus, c’est ré­sis­tant et fa­cile d’en­tre­tien. Mais avant de vous lais­ser sé­duire, voi­ci des in­for­ma­tions utiles. Les lattes de bois mas­sif qui com­posent les par­quets sont non seule­ment de plu­sieurs es­sences, mais aus­si de plu­sieurs lar­geurs et de dif­fé­rentes classes. La ten­dance ac­tuelle est aux es­sences de ca­rac­tère ayant beau­coup de grains et dans les teintes cho­co­lat, mais le gris est en émer­gence dans le mi­lieu du de­si­gn. Quant à la lar­geur, la plus cou­rante est de 3 ¼ po; ce­pen­dant, on note un en­goue­ment pour les planches plus larges (5 ou 7 po).

Le­plan­cher­de­bois­don­neun­ca­chet­par­ti­cu­lierà­la­de­meure.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.