UNE JUSTE PART POUR LE QUÉBEC

Le Nord - - POINT DE VUE -

Le but avoué, on l’au­ra com­pris est de don­ner plus de moyens au Québec pour amé­lio­rer le por­trait dans le do­maine. « Le pro­jet de loi que nous avons dé­po­sé per­met­tra de trans­fé­rer une par­tie des sur­plus de la So­cié­té ca­na­dienne d’hy­po­thèques et de lo­ge­ment ( SCHL) au Québec, qui au­ra ain­si l’ar­gent né­ces­saire pour dé­ve­lop­per, no­tam­ment, sa propre stra­té­gie de lo­ge­ment so­cial et abor­dable, la­quelle consti­tue une par­tie im­por­tante de la lutte contre la pau­vre­té. Le pro­jet de loi li­mi­te­ra les bé­né­fices non ré­par­tis de la SCHL à en­vi­ron 1 % de son por­te­feuille de prêts, soit un peu plus de 4 mil­liards de dol­lars. Ces mon­tants sont am­ple­ment suf­fi­sants pour pa­rer aux éven­tua­li­tés. Les sur­plus initiaux de plus de 4 mil­liards de dol­lars en 2009, et pou­vant at­teindre 6,5 mil­liards de dol­lars pour 2014 seule­ment, se­ront re­mis au Québec et aux pro­vinces, au pro­ra­ta de leur po­pu­la­tion, pour leur usage afin no­tam­ment de ser­vir à en­cou­ra­ger, ac­croître ou contri­buer au lo­ge­ment so­cial ou abor­dable sur leur ter­ri­toire» a ex­pli­qué la dé­pu­tée Mo­nique Guay. Pour la dé­pu­tée de Ri­vière-du-Nord, c’est dans la lo­gique des choses de confier des man­dats à des gens qui pré­sentent le po­ten­tiel pour les me­ner à bien. « L’ex­pé­rience des coupes fé­dé­rales des an­nées 1990 dé­montre que le Québec et les pro­vinces sont les mieux pla­cés pour connaître les be­soins de leur propre po­pu­la­tion et de leur propre ter­ri­toire. Ain­si, les stra­té­gies d’in­ter­ven­tion en lo­ge­ment so­cial et abor­dable du Québec doivent être dé­ci­dées par Québec et non par Ottawa, Sas­ka­toon ou Vic­to­ria. C’est la rai­son pour la­quelle le Bloc Qué­bé­cois ap­puie le pro­jet de loi C-304 du NDP, dans la me­sure où il res­pecte la de­mande tra­di­tion­nelle de Québec d’exer­cer ses choix se­lon ses propres be­soins et sa propre ex­per­tise. Même si l’amen­de­ment que nous avons pro­po­sé pour ga­ran­tir au Québec un droit de re­trait avec pleine com­pen­sa­tion a été re­je­té, nous con­ti­nuons à faire preuve de bonne foi en ten­tant de trou­ver le moyen de sau­ver le pro­jet de loi néo-dé­mo­crate, tout en le ren­dant conforme aux com­pé­tences du Québec » , a pour­sui­vi Mo­nique Guay. « Le Bloc Qué­bé­cois a, par le pas­sé, dé­po­sé à quelques re­prises un pro­jet de loi si­mi­laire. Nous nous sommes donc ba­sés sur les com­men­taires et les cri­tiques en­tou­rant ces dé­bats pour dé­po­ser, au­jourd’hui, un nou­veau pro­jet de loi amé­lio­ré pré­sen­tant les mêmes ob­jec­tifs et plus conforme à la mé­thode comp­table de la SCHL. De plus, notre pro­jet de loi ne né­ces­si­te­rait au­cune longue étude préa­lable avant de dé­blo­quer l’ar­gent né­ces­saire à la construc­tion, à la trans­for­ma­tion et à la ré­no­va­tion de lo­ge­ments so­ciaux abor­dables. Si les dé­pu­tés conser­va­teurs, li­bé­raux et néo-dé­mo­crates sont sin­cères dans leur vo­lon­té d’ai­der les ci­toyennes et ci­toyens dans le be­soin tout en res­pec­tant l’ex­per­tise du Québec et des pro­vinces, ils ap­puie­ront sans ré­serve notre pro­jet de loi » pré­cise Mo­nique Guay.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.