VE­NIR EN AIDE À DES GENS SOUS LES DÉ­COMBRES

Le Nord - - COMMUNAUTAIRE -

de com­mu­ni­ca­tion et se pré­pa­rer psy­cho­lo­gi­que­ment à in­ter­ve­nir dans un pays en crise. Un site avait été pré­pa­ré dans le sec­teur de Pointe-du-Lac avec des amas de pierres et de bé­ton, ques­tion de si­mu­ler les cir­cons­tances d’un séisme. « Ce n’est pas fa­cile de se vé­hi­cu­ler sur des dé­combres. Il faut que les chiens s’ha­bi­tuent: ils doivent ap­prendre à grat­ter ou jap­per pour in­di­quer s’il y a quel­qu’un en­des­sous. C’était très in­tense et tout le monde a eu un choc. On a vu des images de séismes pour nous mettre en contexte. Les images étaient fortes… et en­core, il man­quait la cha­leur et l’odeur des ca­davres», confie M. Mas­sou­ty. Mais l’en­traî­ne­ment n’est pas ter­mi­né pour les maîtres chiens du RSCQ. Au moins de six à huit mois se­ront né­ces­saires pour amé­lio­rer la for­ma­tion dé­jà re­çue. L’hi­ver se­ra éga­le­ment consa­cré à un en­traî­ne­ment sé­rieux. Pour la se­conde phase de qua­li­fi­ca­tion l’an pro­chain, M. Mas­sou­ty sou­hai­te­rait trou­ver une vieille usine désaf­fec­tée pour y re­créer les lieux d’un trem­ble­ment de terre tout en in­té­grant un gé­né­ra­teur de fu­mée. « Si un séisme im­por­tant avait lieu de­main dans un pays étran­ger, nous ne se­rions pas prêts à par­tir. C’est sur­tout en rai­son de la lo­gis­tique, en­core une fois. Il faut s’équi­per en fonc­tion, réunir au moins trois maîtres chiens pour le voyage, avoir l’ar­gent né­ces­saire au sé­jour, tout en

« Il y a toute une ques­tion de lo­gis­tique der­rière ça: avoir l’équi­pe­ment né­ces­saire, pen­ser aux vac­cins, au vi­sa, avoir son pas­se­port à jour, etc. Il ne faut pas être un poids pour les or­ga­ni­sa­teurs. Il y a même une équipe de sau­ve­tage ca­nin de l’Ouest ca­na­dien qui est al­lée à Haïti, mais qui est re­ve­nue 24 heures plus tard. Les membres n’étaient pas pré­pa­rés à ce qu’ils y ver­raient » , ex­plique le maître chien de Re­cherche et Sau­ve­tage ca­nin Québec (RSCQ). En juillet, son équipe a fait un stage au­près de l’as­so­cia­tion hu­ma­ni­taire fran­çaise CO­SI pour se spé­cia­li­ser en in­ter­ven­tion d’ur­gence en cas de séisme. Ha­bi­tués à faire de la re­cherche en fo­rêt, les chiens et leurs maîtres ont eu droit à une for­ma­tion pra­tique, no­tam­ment pour dé­ve­lop­per une nou­velle mé­thode

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.