PA­TRICK GROULX: DU BIG BAND AU ONE MAN SHOW

Pa­trick Groulx a ran­gé ses bas blancs pour sa pro­chaine sé­rie de spec­tacles. Loin de mettre une croix sur la mu­sique, l’hu­mo­riste a sim­ple­ment dé­ci­dé de sé­pa­rer l’hu­mour et son groupe, ques­tion d’al­lé­ger la tour­née qui ne pou­vait pas al­ler dans tous les c

Le Nord - - DIVERTISSEMENT ET CULTURE - FOUR­NIER LUC

Un spec­tacle sans fio­ri­tures dans le­quel Groulx met ses per­son­nages de cô­té. Seul avec son mi­cro, l’hu­mo­riste a tout mi­sé sur ses textes. Le fait de ne pou­voir vi­si­ter de pe­tites villes du Québec l’a convain­cu de sim­pli­fier le tout. «Un mo­ment don­né quand tu t’em­pêches de faire des shows parce que ton dé­cor rentre pas [dans une salle plus in­time], je trouve ça plate en mau­dit. La consigne c’était qu’on puisse al­ler par­tout avec ce show là.» Pa­trick Groulx est tou­te­fois content que ça ait fait connaître Les bas blancs – son groupe de mu­sique – pour le­quel il y a main­te­nant une de­mande ex­clu­sive. Mais sé­pa­rer les deux lui per­met­tra de faire plus de spec­tacles. «Ç’a été une grosse tour­née, on a fait beau­coup de spec­tacles. Mais ç’a été très la­bo­rieux, dif­fi­cile, parce que c’était un gros show. On est al­lé jus­qu’à [une du­rée de 3h45] un soir. C’était dif­fi­cile de faire plu­sieurs shows dans une se­maine. Un mo­ment don­né, ta voix en prend un coup…» C’est ain­si que Pa­trick Groulx fe­ra un 90 mi­nutes de stand-up, sans en­tracte.Tout sim­ple­ment. «Plus on évo­lue, plus on a en­vie de re­ve­nir en ar­rière, de sim­pli­fier les choses… J’me suis dit, peut-être que je pour­rais faire ça moi aus­si, es­sayer d’of­frir le show le plus simple pos­sible. […] Mais ce n’est pas si simple que ça, d’être simple. Un mo­ment don­né, je vou­lais avoir un cha­peau pour un gag, ou un laptop. Mais à chaque fois c’est non», s’est-il rap­pe­lé à l’ordre. La tech­no­lo­gie, les hô­tels et l’en­vi­ron­ne­ment sont d’au­tant de thèmes abor­dés par l’hu­mo­riste. Ce­lui du bon­heur re­vient aus­si, un thème qui est ap­pa­ru comme évident sans qu’il se l’im­pose au préa­lable. Pour la pre­mière fois, Pa­trick Groulx s’est

lui-même en­tou­ré d’une équipe pour écrire. Il tra­vaille entre autres avec François Avard et Pierre Fio­la. Pour ce qui est de l’émis­sion « Le Groulx luxe : c’est n’im­porte quoi», qui a connu un grand suc­cès à Mu­sique Plus, Pa­trick et son com­parse Ra­faël ont dé­mar­ré, le prin­temps der­nier, le site web www. groulx­luxe. com, qui leur per­met de conti­nuer à dif­fu­ser leurs « niai­se­ries » . Des niai­se­ries dont il au­ra ven­du des mil­liers de DVD. À tra­vers tous ses pro­jets et Jobs de bras, émis­sion qu’il anime à Ztélé, Pa­trick Groulx concocte une émis­sion té­lé dont il ne peut par­ler mais dont il juge le concept «vrai­ment trip­pant». Un concept en rap­port avec le stand-up. Il veut com­men­cer à tra­vailler là-des­sus dès cet au­tomne. «Mais, c’est tel­le­ment vague et plate ce que je te dis… di­sons que je ne t’en ai pas par­lé.» Faites comme si je ne vous avais rien dit… Pour ren­sei­gne­ment : En scène 450-432-0660.

Pa­tri­ckG­roulx­se­raens­pec­ta­cleàSaint-Jé­rô­mele12no­vembre. (Pho­toLucFour­nier)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.