« LE PLQ OPTE POUR UNE SO­LU­TION ÉQUI­LI­BRÉE » -An­toi­neA­tal­lah

« Le gou­ver­ne­ment a fait le bon choix. Il s’agit avant tout de s’as­su­rer qu’au­cune école pas­se­relle ne voit le jour au Québec et que nos po­li­tiques de fran­ci­sa­tion des al­lo­phones soient justes et ef­fi­caces, et ce­la, sans pri­ver le droit des pa­rents de cho

Le Nord - - POINT DE VUE - LA­POINTE MY­CHEL

Pré­sident ré­gio­nal des Lau­ren­tides pour le Par­ti li­bé­ral du Québec, An­toine Atal­lah y al­lait de cette dé­cla­ra­tion lun­di der­nier en ex­pri­mant sa sa­tis­fac­tion concer­nant l’adop­tion de la loi 115 à l’As­sem­blée na­tio­nale.

Ra­di­ca­li­sa­tion du PQ

Qui plus est, aux yeux de M.Atal­lah, « tan­dis que le gou­ver­ne­ment li­bé­ral de Jean Cha­rest opte pour une so­lu­tion équi­li­brée, res­pon­sable et du­rable, le Par­ti qué­bé­cois cherche en­core à ra­di­ca­li­ser le dé­bat en met­tant de l’avant l’ap­pli­ca­tion de la loi 101 aux écoles pri­vées non sub­ven­tion­nées et en re­cou­rant à l’ap­pli­ca­tion de la clause dé­ro­ga­toire dans ce dos­sier lin­guis­tique ». « En op­tant pour ce dis­cours ra­di­cal, le Par­ti qué­bé­cois sus­pen­drait le droit des pa­rents de choi­sir une école pri­vée non sub­ven­tion­née par l’État. Il s’agit là d’une zone de li­ber­té que les pères de la loi 101 ont vou­lu pré­ser­ver et que le gou­ver­ne­ment de M. Cha­rest a aus­si vou­lu conser­ver dans sa loi 115 ».

So­lu­tion du­rable

En outre, pour An­toine Atal­lah, « en re­fu­sant d’avoir re­cours à la clause dé­ro­ga­toire, le Québec a fait le choix d’une so­lu­tion du­rable, puisque l’on sait que cette clause n’est va­lide que pour une pé­riode de cinq ans et qu’il faut re­ve­nir en dé­battre à l’As­sem­blée na­tio­nale si l’on veut re­nou­ve­ler son ap­pli­ca­tion». « Je suis in­di­gné d’en­tendre le dé­pu­té de Groulx, Re­né Gau­vreau, dire dans les jour­naux lo­caux que le gou­ver­ne­ment a op­té pour cette so­lu­tion pour faire plai­sir aux an­glo­phones. Le PQ est re­con­nu pour faire de la pe­tite po­li­tique et de la dé­ma­go­gie et il en donne en­core une fois la preuve. Les dé­pu­tés pé­quistes savent bien que la loi 115 im­pose des règles plus strictes, ce que dé­plore le ré­seau sco­laire an­glo­phone. Le gou­ver­ne­ment a agi, avant tout, pour tous les Qué­bé­cois en res­pec­tant la li­ber­té de choi­sir » éva­lue le pré­sident du PLQ des Lau­ren­tides.

An­toi­neA­tal­lah

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.