LABEAUME VA TROP LOIN

Le Nord - - POINT DE VUE -

Le maire Labeaume a re­ti­ré la ville de Québec de l’UMQ, l’Union des mu­ni­ci­pa­li­tés du Québec. Il s’est plaint du fait que l’UMQ n’ait pas de vé­ri­table bu­reau dans la ville de Québec, ce qui est pri­mor­dial pour lui. Le maire de Québec a le droit de pen­ser que l’UMQ manque de res­pect à sa ville, siège de l’As­sem­blée na­tio­nale du Québec, en n’y ayant pas de place d’af­faires d’im­por­tance. Il se re­tire en se ju­geant ca­pable de dé­fendre les dos­siers de SA ville lui-même. Il n’a pas plus be­soin de faire corps avec les autres mu­ni­ci­pa­li­tés. Il se voit gros le maire de Québec. Jusque-là ça va. Mais il dé­passe les bornes quand il émet des doutes sur l’in­té­gri­té des re­pré­sen­tants de l’UMQ, sans four­nir de preuves. Il a dé­cla­ré «Il ne peut pas y avoir d’ap­pa­rence de man­que­ments à l’éthique ou de mau­vaise ad­mi­nis­tra­tion, sur­tout à la tête de l’or­ga­ni­sa­tion qui re­groupe les villes du Québec». Le maire Labeaume a vi­sé large en di­sant qu’il avait de­man­dé, sans ré­sul­tats, à l’UMQ «d’as­su­rer une gou­ver­nance de qua­li­té, ne lais­sant au­cun doute quant à l’in­té­gri­té de ses re­pré­sen­tants». Il a mis les élus mu­ni­ci­paux dans le même pa­quet en met­tant en cause leur in­té­gri­té. Le maire Labeaume a rap­pe­lé qu’il s’était op­po­sé à l’élec­tion du maire de Saint-Jé­rôme Marc Gas­con à la pré­si­dence de l’UMQ, parce que plu­sieurs al­lé­ga­tions en­ta­chaient la ré­pu­ta­tion de sa ville. Il s’agis­sait à ce mo­ment-là d’in­si­nua­tions dans des re­por­tages dif­fu­sés à Ra­dio-ca­na­da où au­cune preuve n’était dé­po­sée. Le maire Gas­con avait fi­na­le­ment été élu à l’una­ni­mi­té à la pré­si­dence de l’or­ga­nisme par ses pairs. Le maire Labeaume dans sa sor­tie épous­tou­flante a dit jeu­di «Je res­pecte to­ta­le­ment la dé­ci­sion de mes col­lègues maires, mais je re­fuse que M. Gas­con parle au nom de la ville de Québec». Il en beurre épais le maire de Québec, re­con­nu pour être fort en gueule. Le maire Gas­con a re­çu l’ap­pui in­con­di­tion­nel des autres maires membres de l’UMQ qui se sont dits ou­trés et in­sul­tés par les pro­pos de Labeaume. Le maire Gas­con a dé­cla­ré qu’une vé­ri­fi­ca­tion du mi­nis­tère des Af­faires mu­ni­ci­pales, en cours pré­sen­te­ment, vien­dra prou­ver hors de tout doute l’in­té­gri­té des ad­mi­nis­tra­teurs de la ville de Saint-Jé­rôme. Le maire Gas­con avait dé­jà men­tion­né qu’il était d’ac­cord avec ces vé­ri­fi­ca­tions. Toutes ces af­fir­ma­tions, non prou­vées, causent un tort ir­ré­pa­rable à la ré­pu­ta­tion de ceux qui les su­bissent. Pour plu­sieurs dans la po­pu­la­tion, les doutes sub­sis­te­ront pen­dant long­temps. Dans notre dé­mo­cra­tie tout le monde peut dire n’im­porte quoi. Les dé­cla­ra­tions gra­tuites du maire Labeaume en sont la preuve. Je se­rais le pre­mier à dé­non­cer des mal­ver­sa­tions dans l’ad­mi­nis­tra­tion pu­blique, mu­ni­ci­pale ou autre, si des preuves ir­ré­fu­tables les dé­mon­traient. Sans preuve, il faut s’abs­te­nir de lan­cer des ac­cu­sa­tions ou des in­si­nua­tions en l’air. Il faut être fait fort pour ré­sis­ter en po­li­tique avec toutes ces cam­pagnes de sa­lis­sage. Si ce­la conti­nue comme ce­la, les gens va­lables avec de la ca­pa­ci­té de ges­tion ne vou­dront plus al­ler en po­li­tique. C’est la po­pu­la­tion qui y per­dra au change. Cette fois en­core, le maire Ré­gis Labeaume a man­qué une bonne oc­ca­sion de se taire, faute de preuves ir­ré­fu­tables.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.