«Nous main­te­nons le cap sur la saine ges­tion…»

Saint-Hip­po­lyte

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

« Les ci­toyens de Saint-Hip­po­lyte en au­ront eu pour leur ar­gent cette an­née. Il en se­ra de même en 2011. Nous main­te­nons le cap sur la saine ges­tion, la trans­pa­rence et la proxi­mi­té avec les ci­toyens, afin de leur of­frir des ser­vices à la hau­teur de leur at­tente et au meilleur coût. Mes­dames, Mes­sieurs, je vous an­nonce que mal­gré toutes nos réa­li­sa­tions 2010 et mal­gré tous les pro­jets de la pro­chaine an­née, le taux de taxa­tion 2011 se­ra iden­tique à ce­lui de 2010 » di­sait lun­di soir le maire de Saint-Hip­po­lyte, M. Bru­no Laroche

Le maire Laroche s’ex­pri­mait ain­si dans le cadre de la pré­sen­ta­tion du bud­get 2011 qui ne com­porte pas de hausse de la taxe fon­cière, mais des ma­jo­ra­tions pour cer­tains ser­vices en par­ti­cu­lier.

Gel de taxes

De fa­çon pré­cise, la taxe fon­cière gé­né­rale de­meure à 0.84 $ du 100 $ d’éva­lua­tion.

Il en va de même de la taxe fon­cière gé­né­rale « fonds vert » qui est en­core fixée à 0.02 $ du 100 $ d’éva­lua­tion. La taxe fon­cière pour les im­meubles non ré­si­den­tiels de­meure à 1.240 $ du 100 $ d’éva­lua­tion.

Pour ce qui est des ser­vices qui touchent l’en­semble des ré­si­dants, on parle d’un gel pour « or­dures et re­cy­clage ré­si­den­tiel » à 175 $ par uni­té de lo­ge­ment et à 255 $ pour le sec­teur com­mer­cial.

Pour les taxes spé­ci­fiques, la taxe d’eau ré­si­den­tielle pour les pro­prié­taires des­ser­vis par le ré­seau d’eau po­table (en­vi­ron 84 ré­si­dences sur les 4 000 que re­groupe SaintHip­po­lyte) passe de 122 $ à 200 $ par uni­té de lo­ge­ment. Une hausse que les au­to­ri­tés ex­pliquent par des coûts im­por­tants d’ins­tal­la­tion du ré­seau. Pour la même taxe d’eau au ni­veau com­mer­cial (quelque 18 com­merces, nous disent les au­to­ri­tés), on passe de 153 $ en 2010 à 270 $ en 2011.

Pour ce qui est de la vi­dange des fosses sep­tiques, on dé­note une lé­gère aug­men­ta­tion de 5 $ (de 65 $ à 70 $). C’est plus mar­qué pour les fosses sep­tiques scel­lées pour les­quelles il en coû­te­ra 180 $ pour la pre­mière vi­dange (à com­pa­rer à 65 $ en 2010) et 125 $ pour cha­cune des vi­danges sub­sé­quentes.

Le bud­get de la mu­ni­ci­pa­li­té passe de 10 295 738 $ qu’il était en 2010 à 10 758 937 $ en 2011 pour une aug­men­ta­tion de 463 199 $ (4,5%).

Nou­velle ap­proche

Par ailleurs dif­fé­rents pro­jets sont sur la table pour l’an­née qui vient, mais pour le maire Laroche, la réa­li­sa­tion de­vra te­nir compte d’une réa­li­té spé­ci­fique. « La der­nière an­née nous au­ra per­mis de mettre der­rière nous la tran­si­tion ( de l’an­cien au nou­veau ré­gime) et d’im­plan­ter une culture or­ga­ni­sa­tion­nelle fon­dée sur la créa­ti­vi­té, la fier­té, le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance et le dé­pas­se­ment de soi. En 2011, nous pour­sui­vrons un pro­gramme vi­sant à éta­blir des in­di­ca­teurs de per­for­mances et un autre pour amé­lio­rer les pro­ces­sus or­ga­ni­sa­tion­nels. Il ne suf­fit pas de de­man­der une meilleure per­for­mance aux ar­ti­sans des ser­vices au ci­toyen. Il faut leur don­ner les ou­tils pour le faire et nous do­ter des ou­tils pour éva­luer» de dire Bru­no Laroche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.