Concer­ta­tion CSSS Saint-Jé­rôme/An­dré-Bou­dreau

Ac­cu­sés avec éva­lua­tion psy­chia­trique

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

Le centre de san­té et de ser­vices so­ciaux (CSSS) de Saint-Jé­rôme et le centre de ré­adap­ta­tion en dé­pen­dance des Lau­ren­tides, le Centre An­dré-Bou­dreau an­noncent la ra­ti­fi­ca­tion d’une toute nou­velle en­tente de col­la­bo­ra­tion entre les deux éta­blis­se­ments.

Les deux en­ti­tés unissent leurs ef­forts pour per­mettre « une meilleure sa­tis­fac­tion des be­soins d’une clien­tèle très vul­né­rable, les in­di­vi­dus sou­mis à une or­don­nance des tri­bu­naux du Québec ».

Éva­lua­tion psy­chia­trique

On re­trouve par­mi cette clien­tèle, ex­pli­quet-on, les ac­cu­sés dont le Tri­bu­nal exige une éva­lua­tion psy­chia­trique pour ap­ti­tude à su­bir un pro­cès et pour res­pon­sa­bi­li­té cri­mi­nelle ain­si que ceux ayant eu une li­bé­ra­tion condi­tion­nelle et pou­vant amor­cer leur ré­ta­blis­se­ment dans la com­mu­nau­té.

« Force est de consta­ter que les in­di­vi­dus qui se re­trouvent dans cette si­tua­tion pré­sentent fré­quem­ment des pro­blé­ma­tiques mul­tiples de san­té men­tale, de toxi­co­ma­nie et de jus­tice. Ils sont aus­si très sou­vent fra­gi­li­sés par un mode de vie dys­fonc­tion­nel ou à tout le moins mar­gi­nal » pré­cisent les di­ri­geants des deux nou­veaux par­te­naires.

Pro­ces­sus de ré­ta­blis­se­ment

No­tons que l’Hô­pi­tal ré­gio­nal de Saint-Jé­rôme offre ces ser­vices d’éva­lua­tion par le biais de l’uni­té mé­di­co-lé­gale pour la po­pu­la­tion du dis­trict ju­di­ciaire de Ter­re­bonne (bas­sin centre et sud des Lau­ren­tides et une par­tie de la ré­gion de La­nau­dière). Dix lits de l’uni­té psy­chia­trique sont ré­ser­vés à ces usa­gers, nous dit-on.

« En plus d’ef­fec­tuer l’éva­lua­tion de la per­sonne sous notre garde, nous lui pro­di­guons les soins né­ces­saires au re­cou­vre­ment de la san­té et l’ac­com­pa­gnons dans son pro­ces­sus de ré­ta­blis­se­ment par une offre de ser­vices adap­tés à son be­soin de ré­adap­ta­tion. C’est à ce ni­veau qu’une col­la­bo­ra­tion avec les spé­cia­listes en dé­pen­dance du Centre An­dré-Bou­dreau prend tout son sens. Car très sou­vent, l’in­di­vi­du que nous sou­te­nons dans le cadre de la san­té men­tale jus­tice pré­sente aus­si des pro­blèmes de toxi­co­ma­nie » in­dique Mme Lor­raine For­tin, di­rec­trice du Pro­gramme san­té men­tale et dé­pen­dances au CSSS de Saint-Jé­rôme.

Ex­per­tise conseil

Par ailleurs, en ver­tu de cette en­tente, un in­ter­ve­nant du Centre An­dré-Bou­dreau est mis à la dis­po­si­tion de l’équipe du CSSS de SaintJé­rôme. Il as­sure le sui­vi d’un cer­tain nombre de clients et offre une ex­per­tise-conseil en dé­pen­dance au­près des membres de l’équipe.

« L’in­ter­ve­nant du Centre peut alors ef­fec­tuer des ren­contres de mo­ti­va­tion avec la per­sonne en ques­tion et ce, avant même qu’elle soit prête à faire une de­mande de ser­vice plus for­melle. L’in­di­vi­du pour­ra en­suite bé­né­fi­cier des nos ser­vices ré­gu­liers. Ces in­ter­ven­tions, contrai­re­ment à nos ser­vices ex­ternes ré­gu­liers, pour­ront avoir lieu à l’hô­pi­tal ou en­core dans la res­source qui hé­berge cet in­di­vi­du » pré­cise M.Hé­bert Pa­ri­sé, co­or­don­na­teur des ser­vices du pro­gramme adulte au Centre An­dré-Bou­dreau.

Pour les deux éta­blis­se­ments par­te­naires, note-t-on, « il s’avère es­sen­tiel de mettre toutes les chances de suc­cès » de leur cô­té « en adap­tant leurs ser­vices et ap­proches res­pec­tives».

De part et d’autre, on sou­haite ain­si faire leur part « pour fa­ci­li­ter la ré­in­ser­tion so­ciale de ces per­sonnes fra­gi­li­sées ».

« Force est de consta­ter que les in­di­vi­dus qui se re­trouvent dans cette si­tua­tion pré­sentent fré­quem­ment des pro­blé­ma­tiques mul­tiples de san­té men­tale, de toxi­co­ma­nie et de jus­tice » éva­luent les gens du CSSS de Saint-Jé­rôme et du Centre An­dré-Bou­dreau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.