Le syn­di­cat re­com­man­de­ra l’ac­cep­ta­tion

En­tente de prin­cipe FIQ-gou­ver­ne­ment

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

Le Syn­di­cat ré­gio­nal des Pro­fes­sion­nelles en Soins du Québec re­com­man­de­ra à ses membres l’en­tente de prin­cipe in­ter­ve­nue entre la FIQ et le gou­ver­ne­ment pour la conven­tion na­tio­nale.

Se­lon les re­pré­sen­tants des syn­di­qués oeu­vrant sur le ter­ri­toire du CSSS des Pays-d’EnHaut, « les pro­fes­sion­nelles en soins ont eu des gains qui se­ront his­to­riques. Aug­men­ta­tions des primes de soir et de nuit, ré­mu­né­ra­tion de 15 mi­nutes de che­vau­che­ment à la fin de chaque quart de tra­vail pour les in­fir­mières tra­vaillant dans des uni­tés de soins ou­vertes 24 h\24 h, une prime de 2 % pour toutes les autres pro­fes­sion­nelles en soins ou celles qui ne tra­vaillent pas dans des uni­tés ou­vertes 24 h\24 h ».

Par contre, plaide M. De­nis Pro­ven­cher, re­pré­sen­tant syn­di­cal du SRPSQ « au Centre d’Hé­ber­ge­ment des Hau­teurs, les in­fir­mières auxi­liaires aus­si doivent don­ner un sui­vi à leur col­lègue à la fin de leur quart de tra­vail. Nous de­vrons donc trou­ver une so­lu­tion pour leur faire re­con­naître ces 15 mi­nutes de tra­vail ad­di­tion­nelles ».

16 dé­cembre

Bien da­van­tage, se­lon M.Pro­ven­cher, « la Fé­dé­ra­tion in­ter­pro­fes­sion­nelle de la san­té du Québec (FIQ), avec notre ac­cord lors de nos ins­tances, a été la seule à réus­sir à ob­te­nir ces gains consi­dé­rables ».

« Même si ce ne sont que les membres de la FIQ qui ont re­ven­di­qué et fait les moyens de pres­sion, nous sommes fiers que ces ac­tions fassent en sorte que le gou­ver­ne­ment ac­corde à toutes les pro­fes­sion­nelles en soins du Québec le droit d’en bé­né­fi­cier. Nous sa­vons que les autres cen­trales syn­di­cales vont aus­si en bé­né­fi­cier, car, à chaque né­go­cia­tion pro­vin­ciale, les gains ob­te­nus sont of­ferts à l’en­semble des pro­fes­sion­nelles de la pro­vince. Sou­li­gnons en pas­sant que la FIQ re­pré­sente 58 000 membres, et nous sommes fiers d’en faire par­tie ».

No­tons que M.De­nis Pro­ven­cher et Mme Ray­monde Bé­lan­ger, re­pré­sen­tants syn­di­caux du SRPSQ, membres de la FIQ, doivent pré­sen­ter l’en­tente de prin­cipe à l’en­semble des pro­fes­sion­nelles en soins du CSSS des Pays-d’en-Haut ce jeu­di (16 dé­cembre).

Si­tua­tions à risques

Dans un autre ordre d’idée, sou­li­gnons que de­puis le dé­mé­na­ge­ment du Centre d’Hé­ber­ge­ment des Hau­teurs dans le nou­vel édi­fice de Sainte-Adèle, « plu­sieurs si­tua­tions à risques ont été re­le­vées » note De­nis Pro­ven­cher.

Si bien qu’une de­mande conjointe a été faite à l’ASSTSAS (As­so­cia­tion pa­ri­taire pour la San­té et la Sé­cu­ri­té du Tra­vail du Sec­teur des Af­faires So­ciales) afin d’in­ter­ve­nir pour cor­ri­ger, nous dit-on, cer­taines pro­blé­ma­tiques au ni­veau des postes de tra­vail des pro­fes­sion­nelles en soins, des salles de toi­lette mi­toyenne, des salles d’eau ain­si que des salles à man­ger.

« Nous es­pé­rons avoir d’autres belles en­tentes avant la fin 2010 avec l’em­ployeur. Soyez as­su­rez que le syn­di­cat dé­sire avant tout pou­voir tra­vailler conjoin­te­ment avec l’em­ployeur » in­siste M.Pro­ven­cher.

Le Syn­di­cat Ré­gio­nal des Pro­fes­sion­nelles en Soins du Québec ( SRPSQ) af­fi­lié à la Fé­dé­ra­tion in­ter­pro­fes­sion­nelle de la san­té du Québec (FIQ) re­pré­sente des in­fir­mières, in­fir­mières auxi­liaires et in­ha­lo­thé­ra­peutes tra­vaillant dans les points de ser­vices du CSSS des Pays-d’en-Haut au Centre d’Hé­ber­ge­ment des Hau­teurs, à Sain­teA­dèle, Saint-Sau­veur, Mo­rin-Height et au centre de dé­ten­tion de St-Jé­rôme.

De­nis Pro­ven­cher

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.