La robe blanche tou­jours po­pu­laire

Le Nord - - ACTUALITÉS - My­chel La­pointe

Quand vient le temps de se ma­rier, les clas­siques réus­sissent à bien tra­ver­ser le temps.

En ce sens, avoir une robe à la me­sure de ses rêves, c’est dé­fi­ni­ti­ve­ment ce qui compte le plus pour n’im­porte quelle ma­riée. Cette an­née, la belle robe blanche se dé­cline sous tous les blancs, dans toutes les tex­tures.

De­puis des siècles

Tra­di­tion­nel­le­ment, on se marie en blanc pour évo­quer la pu­re­té vir­gi­nale. Mais cette tra­di­tion ne re­monte qu’à la fin du XVIIIe siècle. Avant ce­la, on se ma­riait avec sa plus belle robe, peu im­porte la cou­leur.

Au­jourd’hui, la cou­leur la plus po­pu­laire de­meure le blanc, in­dis­so­ciable de la concep­tion du ma­riage de­puis le XIXe siècle. Par contre, on dé­cline le blanc en dif­fé­rentes teintes, mais sur­tout, on s’amuse avec les tex­tures et les or­ne­ments.

Un amal­gamme

En 2011, on ex­pose sa per­son­na­li­té en choi- sis­sant une robe avec dif­fé­rents blancs. En plus du blanc scin­tillant comme le dia­mant, on trouve dé­sor­mais le blanc perle, le blanc ivoire et même le blanc jaune ou le blanc tein­té de rose. Toutes ces teintes offrent une al­lure et une per­son­na­li­té uniques à la ma­riée, don­nant le ton à la cé­lé­bra­tion.

Par ailleurs, les spé­cia­listes vous di­ront qu’une robe de ma­riée doit être bien taillée pour mettre en va­leur la sil­houette de la ma­riée. Le pla­ce­ment de chaque bro­de­rie et de chaque or­ne­ment doit im­pé­ra­ti­ve­ment va­lo­ri­ser l’ap­pa­rence de celle qui la por­te­ra, tout en ca­mou­flant ses pe­tits dé­fauts. Tout est mis en place afin que la femme se sente éblouis­sante.

La robe doit idéa­le­ment être d’une élé­gance in­tem­po­relle. So­phis­ti­quée, elle se­ra conçue d’une fine soie, de sa­tin et d’or­gan­za. Qu’elle soit or­née de la­cets ou de fins bou­tons luxueux, la robe se­ra en har­mo­nie avec la per­son­na­li­té de celle qui la por­te­ra.

Les plus clas­siques choi­si­ront peu ou pas de bro­de­ries, les plus ex­tra­va­gantes cra­que­ront pour les paillettes et les perles brillantes.

Coupe et al­lure

Cette an­née, on marie à mer­veille la robe vin­tage avec l’al­lure mo­derne. On uti­li­se­ra la den­telle sur des robes à coupes tu­lipe, em­pire ou en A. Les robes droites on aus­si la cote. On les agré­men­te­ra de ru­bans de sa­tin et même de ma­tières na­tu­relles. Plu­sieurs robes vin­tage se­ront agré­men­tées de mo­tifs flo­raux qu’on crée­ra tant par les tis­sus que par les bro­de­ries ou les perles.

La grande ten­dance, c’est d’al­lier la sim­pli­ci­té d’une coupe avec une grande quan­ti­té d’or­ne­ments, ou l’in­verse. L’im­por­tant, c’est de trou­ver des tis­sus somp­tueux et une coupe par­faite afin d’avoir tout le gla­mour re­cher­ché. Quelle que soit la coupe, on ex­plore plus que ja­mais les nom­breuses tex­tures. Les tis­sus gau­frés offrent une al­lure to­ta­le­ment dra­ma­tique, le ru­ché (tis­sus plis­sé) per­met de dé­cou­per une sil­houette ef­fa­cée et les jupes éta­gées ajoutent beau­coup de per­son­na­li­té à la robe de la ma­riée.

Les robes tra­di­tion­nelles ont elles aus­si la cote, bien qu’on les re­trouve avec un mo­der­nisme dé­con­cer­tant. Plu­sieurs robes ro­man­tiques se­ront conçues avec des manches, longues ou courtes, ajou­tant un peu de pu­deur à toute la gran­deur de la robe. La robe tra­di­tion­nelle se conçoit prin­ci­pa­le­ment avec des dé­col­le­tés en forme de coeur et une longue traîne gar­nie de bro­de­ries et de perles. Pour une al­lure plus mo­derne, on agré­mente la robe tra­di­tion­nelle d’ap­pli­qués ou de ru­bans qu’on at­tache en forme de boucle, ju­di­cieu­se­ment dis­po­sés afin de va­lo­ri­ser la sil­houette de ma­dame. Pour une al­lure plus prin­cesse, on choi­si­ra une jupe faite d’or­gan­za et de tule, afin d’ajou­ter un ca­rac­tère gran­diose à la te­nue.

En 2011, pour la robe de ma­riée on choi­sit le blanc et on joue avec les tex­tures.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.