«On a été naïfs»

Le Nord - - SPORTS ET LOISIRS - Da­vid Ri­cher

Ré­jean Bour­gouin et Isa­belle Au­ger ont par­ti­ci­pé au ma­ra­thon Carls­bad, près de San Diego, dans le sud de la Ca­li­for­nie, le 23 jan­vier der­nier.

Ce type de course compte 1500 cou­reurs. À prime à bord, les deux Jé­rô­miens étaient sûrs que le ma­ra­thon se dé­rou­le­rait bien. «On a été naïfs parce qu’on ne s’at­ten­dait pas qu’il y ait des bosses d’une telle am­pleur. Après les 400 pre­miers mètres, on a com­men­cé à sur­mon­ter des pentes et à les re­des­cendre. C’est à ce mo­ment qu’on s’est aper­çu que quelque chose n’al­lait pas. Pour­tant, on n’avait pas vu ce dé­tail lors­qu’on avait vé­ri­fié le par­cours», ex­plique ma­dame Au­ger.

Mis à part cette sur­prise, les deux ath­lètes s’en sont bien sor­tis. Se­lon l’age grade, Ré­jean Bour­gouin a ter­mi­né au pre­mier rang avec un temps de 2 h 47 min 53 s. De plus, il s’est clas­sé en 10e po­si­tion dans la ca­té­go­rie des hommes au gé­né­ral. «J’ai presque éga­lé mon meilleur temps», men­tionne-t-il.

Quant à sa conjointe, ma­dame Au­ger a com­plé­té la course avec 3 h 34 min, ter­mi­nant ain­si en 114e place. «Ce n’est pas mon meilleur temps, mais étant don­né les cir­cons­tances, je suis tout de même sa­tis­faite. Je m’at­ten­dais à faire plus long­temps puisqu’à 10 ki­lo­mètres de la fin, j’avais ra­len­ti le pas», dé­clare-t-elle.

Le couple n’en n’est pas à sa pre­mière ex­pé­rience. Ils ont dé­jà cou­ru à d’autres ma­ra­thons tels que ce­lui de Bos­ton, Montréal, Qué­bec et même ce­lui de l’On­ta­rio.

Ques­tion­né à sa­voir com­ment est-il pos­sible de cou­rir 42 ki­lo­mètres sans ar­rê­ter, le couple ré­pond : «Ça prend deux choses : de bonnes jambes et une bonne tête. Il est très im­por­tant de ne pas trop tom­ber dans l’émo­tif quand on res­sent la douleur et de­meu­rer ra­tion­nel, ex­pliquent-t-ils. On ap­prend ces choses-là au fil du temps, no­tam­ment quand on frappe le mur ou lors­qu’on fait une contre-per­for­mance», ajoute Isa­belle Au­ger.

Les at­tentes

Mal­gré les dif­fi­cul­tés du par­cours, Mon­sieur Bour­gouin vou­lait tout de même bien se clas­ser dans son groupe d’âge, soit les 50-54 ans. «Dans les ma­ra­thons de 1500 cou­reurs, je ter­mine tou­jours dans les 10 pre­miers. Lorsque je par­ti­cipe à des courses où il y a plus de par­ti­ci­pants, je me classe gé­né­ra­le­ment dans les 25 pre­miers», sou­tient mon­sieur Bour­gouin. Âgé de 53 ans, «c’est dé­jà bon que je sois ca­pable de cou­rir à mon âge», ré­plique-t-il.

Isa­belle avait comme ob­jec­tif de battre son meilleur temps, qui était de 3 h 27 min. Elle sem­blait dé­çue, mais s’est dite contente d’avoir été ca­pable de com­plé­ter le ma­ra­thon.

À par­tir du 32e ki­lo­mètre, les cou­reurs jé­rô­miens avaient hâte d’at­teindre la ligne d’ar­ri­vée. «Ré­jean ter­mine tou­jours avant moi. Par la suite, il vient me voir et m’en­cou­rage. Cette fois-ci, je crai­gnais sa ré­ac­tion lorsque j’ai vu le temps. Quand il m’a aper­çue, il m’a sim­ple­ment en­cou­ra­gée à ne pas lâ­cher. Après avoir fran­chi la ligne, j’ai le­vé les bras et j’ai sou­ri», s’ex­cla­met-elle. Le conjoint de ma­dame Au­ger est en fait son en­traî­neur.

Pro­chain évé­ne­ment

Le pro­chain ma­ra­thon au­quel par­ti­ci­pe­ront les deux Jé­rô­miens se tient à Ot­ta­wa, le 28 mai. Entre 25 000 et 30 000 cou­reurs se don­ne­ront ren­dez-vous. Le couple connaît tou­te­fois le par­cours, ce qui ne les sur­pren­dra pas une fois la course dé­mar­rée.

Quelques-uns de leurs en­fants pren­dront part à une course. Elles sont âgées entre 11 et 24 ans.

Ré­jean Bour­gouin et Isa­belle Au­ger ont cou­ru au ma­ra­thon qui s’est te­nu près de San Diego, dans le sud de l’état de la Ca­li­for­nie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.