Avez-vous pe­sé le pour et le contre?

D’une mai­son à un condo

Le Nord - - SANTÉ - My­chel La­pointe

Les en­fants sont par­tis de la mai­son et vous com­men­cez à re­gar­der pour vous ache­ter un condo. L’idée n’est peut-être pas mau­vaise, mais avez son­gé à pe­ser le pour et le contre?

En fait, c’est un pen­sez-y-bien, puisque la vie dans une mai­son in­di­vi­duelle est bien dif­fé­rente de celle dans un col­lec­tif d’ha­bi­ta­tion.

Voi­ci cer­tains points à consi­dé­rer avant de tro­quer votre mai­son pour un ap­par­te­ment. Dans un im­meuble à lo­ge­ments mul­tiples, vos voi­sins sont beau­coup plus proches. Il se peut donc que vous les en­ten­diez da­van­tage. De nom­breuses co­pro­prié­tés pos­sèdent des règles strictes sur le ni­veau de bruit per­mis, se­lon l’heure du jour. Le bruit peut éga­le­ment pro­ve­nir des sys­tèmes mé­ca­niques et élec­triques : plom­be­rie, chauf­fage, ven­ti­la­tion, cli­ma­ti­sa­tion, as­cen­seurs et vide-or­dures. Il peut être sou­hai­table de vé­ri­fier l’em­pla­ce­ment de l’équi­pe­ment mé­ca­nique avant d’ache­ter. En outre, si vous en­vi­sa­gez l’achat d’un lo­ge­ment dans un im­meuble nou­vel­le­ment construit, vous pou­vez de­man­der au pro­mo­teur si des dis­po­si­tifs de ré­duc­tion du bruit ont été in­clus dans les murs, les pla­fonds et les plan­chers. Si vous en­vi­sa­gez l’achat d’un lo­ge­ment dans un im­meuble exis­tant, es­sayez de vi­si­ter le lo­ge­ment en soi­rée ou en fin de se­maine, pour avoir une idée du ni­veau de bruit qui pré­vaut pen­dant les pé­riodes où il est plus pro­bable que vous vous trou­viez à la mai­son.

Te­nez compte de l’em­pla­ce­ment du lo­ge­ment par rap­port aux as­cen­seurs et aux vide-or­dures. Vé­ri­fiez la proxi­mi­té d’une au­to­route (s’il y a une au­to­route dans les en­vi­rons, une bonne cli­ma­ti­sa­tion pour­ra se ré­vé­ler né­ces­saire, pour vous per­mettre de lais­ser les fe­nêtres fer­mées l’été).

La vie en co­pro­prié­té exige des com­pro­mis.

Quel­qu’un ré­pa­re­ra le toit ou ton­dra le gazon à votre place, mais vous n’au­rez plus le der­nier mot sur la cou­leur des bar­deaux ou la fré­quence de l’en­tre­tien du jar­din.

Il est pro­bable que votre ap­par­te­ment se­ra plus pe­tit que votre mai­son ac­tuelle. Il vous fau­dra donc choi­sir des meubles et des ap­pa­reils qui s’y in­té­gre­ront har­mo­nieu­se­ment et vous dé­faire des autres. Par exemple, peut-être man­que­rez-vous d’es­pace pour ins­tal­ler une la­veuse et une sé­cheuse, ce qui vous for­ce­ra à uti­li­ser la buan­de­rie com­mune. La plu­part des lé­gis­la­tions pro­vin­ciales sur la co­pro­prié­té per­mettent à une per­sonne au­to­ri­sée par l’as­so­cia­tion des co­pro­prié­taires, sous ré­serve d’un pré­avis rai­son­nable, de pé­né­trer dans votre lo­ge­ment et de faire l’ins­pec­tion et l’en­tre­tien des par­ties com­munes de la co­pro­prié­té (ex. : ins­pec­tion et ré­pa­ra­tion de pièces des par­ties com­munes comme les fe­nêtres et les sys­tèmes mé­ca­niques et élec­triques mis en oeuvre dans plu­sieurs lo­ge­ments, dont le vôtre). Vous de­vez sa­voir que plu­sieurs co­pro­prié­tés sont orien­tées vers un cer­tain style d’oc­cu­pants, comme les fa­milles ayant des en­fants en bas âge ou les aî­nés.

As­su­rez-vous en outre de connaître le rè­gle­ment de la co­pro­prié­té sur les ani­maux de com­pa­gnie. Le style de vie do­mi­nant de la co­pro­prié­té de­vrait être com­pa­tible avec le vôtre. Plu­sieurs im­meubles en co­pro­prié­té offrent des ser­vices de sé­cu­ri­té per­fec­tion­nés : ca­mé­ras en cir­cuit fer­mé dans les en­trées et les ga­rages, agents de sé­cu­ri­té s’as­su­rant que seuls les pro­prié­taires de lo­ge­ments et les em­ployés au­to­ri­sés pé­nètrent dansl’im­meuble, etc . Il se peut que vos in­vi­tés aient à s’iden­ti­fier à l’en­trée et à la sor­tie. Avant d’ache­ter, as­su­rez-vous que les me­sures de sé­cu­ri­té mises en place vous conviennent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.