Le mas­sage: un com­plé­ment à la mé­de­cine tra­di­tion­nelle

Le Nord - - SANTÉ -

L’ap­proche ho­lis­tique consiste à trai­ter une per­sonne dans son en­semble plu­tôt que de s’at­tar­der à un seul or­gane ou à une ma­la­die. Il existe de nom­breux spé­cia­listes thé­ra­peutes pour l’être hu­main dans le do­maine de la san­té. La mas­so­thé­ra­pie en fait par­tie. Le mas­sage est une ap­proche hu­maine et sen­sible à la condi­tion du bie­nêtre des gens. C’est une tech­nique à l’ori - gine an­ces­trale qui ap­porte de nom­breux ef­fets po­si­tifs pour le corps, car le mas­sage peut être à but thé­ra­peu­tique ou de dé­tente et de re­laxa­tion. Le mas­sage sué­dois se pra­tique sur une table de mas­sage sur une per­sonne nu ou en sous-vê­te­ments. Les par­ties du corps non tra­vaillées sont re­cou­vertes d’un drap. En­fin, pour que les mou­ve­ments res­tent fluides, le thé­ra­peute uti­li­se­ra de l’huile à mas­sage. Tout au long de la séance, le thé­ra­peute se lais­se­ra gui­der par la res­pi­ra­tion de la per­sonne mas­sée.

Fa­vo­ri­ser l’apai­se­ment

Le mas­sage a pour ob­jec­tif de fa­vo­ri­ser l’apai­se­ment du sys­tème ner­veux en ac­ti­vant des mil­liers de ter­mi­nai­sons ner­veuses. Il amène aus­si une sou­plesse mus­cu­laire en ré­gu­la­ri­sant le to­nus et ré­gé­né­rant les muscles. Il aide à avoir une meilleure mo­bi­li­té ar­ti­cu­laire et une aug­men­ta­tion de l’am­pli­tude des mou­ve­ments. Il sou­lage les maux de dos, dou­leurs mus­cu­laires et aide au re­lâ­che­ment des ten­sions.

Le mas­sage a un grand ef­fet au ni­veau de la cir­cu­la­tion des li­quides dans notre corps. Pre­miè­re­ment, il en­cou­rage le pro­ces­sus de fa­bri­ca­tion du sang en aug­men­tant le nombre des glo­bules rouges et des glo­bules blancs. L’en­semble du mas­sage et de la res­pi­ra­tion ac­tive la cir­cu­la­tion san­guine, ce qui fait une plus grande oxy­gé­na­tion ce qui a pour ré­sul­tat un meilleur fonc­tion­ne­ment des or­ganes, une éli­mi­na­tion ef­fi­cace des toxines pour une pu­ri­fi­ca­tion su­pé­rieure. Ajou­tant à ce­la le drai­nage qui ra­mène le sang vers le coeur. Le drai­nage aide aus­si à faire cir­cu­ler la lymphe qui nor­ma­le­ment se dé­place en pra­ti­quant de l’exer­cice phy­sique, ce qui est très bon pour les per­sonnes sé­den­taires. De plus, le mas­sage a des ef­fets bé­né­fiques pour la di­ges­tion.

Pour conclure,

le mas­sage sué­dois s’adresse aux per­sonnes dé­si­reuses de re­lâ­cher leur stress phy­sique et psy­chique et aux gens qui souffrent de dou­leurs mus­cu­laires de toutes sortes. Le mas­sage est un com­plé­ment de la mé­de­cine tra­di­tion­nelle.

Re­ce­voir un mas­sage est un mo­ment de bien-être, c’est se ré­ser­ver un mo­ment bien à soi.

Amé­lie For­tier Mas­so­thé­ra­peute

Ca­ro­line Tar­dif Mas­so­thé­ra­peute

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.