Mo­nique Pa­ri­seau, lau­réate du 2e prix ca­té­go­rie Ré­cit

Prix lit­té­raires de Ra­dio-Ca­na­da 2010

Le Nord - - ACTUALITÉS - Fran­çoise Le Guen

Mo­nique Pa­ri­seau, ré­si­dante de SaintHip­po­lyte, est la lau­réate du 2e prix dans la ca­té­go­rie Ré­cit des Prix lit­té­raires de Ra­dioCa­na­da, pour le texte « Brin de nid » .

Jeu­di 24 mars soir, à l’eXcen­tris, les douze lau­réats des Prix Lit­té­raires Ra­dioCa­na­da 2010 re­ce­vaient of­fi­ciel­le­ment leur prix lors d’une soi­rée ani­mée par Stan­ley Péan ras­sem­blant 200 per­sonnes. Au to­tal, 6 textes en fran­çais et 6 textes en an­glais dans les 3 ca­té­go­ries, Ré­cit, Poé­sie et Nou­velle. Les lau­réats étaient an­non­cés le ma­tin même, en di­rect, à l’émis­sion de Ch­ris­tiane Char­rette, sur les ondes de la Pre­mière Chaîne de Ra­dio-Ca­na­da. «Ce fut une soi­rée ex­tra­or­di­naire, confie Mo­nique Pa­ri­seau, le len­de­main. Les 6 lau­réats francophones étaient en lien, tous des voya­geurs... » sou­ligne la lau­réate.

« Brin de nid », le texte qui lui a per­mis de ga­gner ce deuxième prix, est un ré­cit au­to­bio­gra­phique, ra­con­tant l’histoire de la pe­tite fille en­ter­rant ses pou­pées sur la grève du StLaurent, rite de pas­sage vers l’ado­les­cence, le re­grette du­rant la nuit, et de­mande l’aide de son père afin de les dé­ter­rer. «…Le lit m’ap­pa­rut aus­si grand que l’océan. J’eus peur de m’y noyer, d’être sub­mer­gée par ma peine…»

« Le ju­ry a choi­si le texte pour sa sen­si­bi­li­té et parce que mon texte re­trou­vait le lan­gage de la jeune ado­les­cence, lan­gage qui ca­drait avec les per­son­nages; un texte ima­gé, ré­di­gé avec des mots simples; on sent l’odeur de la grève, on en­tend les vagues, » ex­plique Mo­nique Pa­ri­seau. L’au­teur avait dé­jà écrit le texte. Elle s’était amu­sée à éter­ni­ser cet évé­ne­ment. Elle l’a re­tra­vaillé afin de le pré­sen­ter.

« C’est une re­con­nais­sance. Je suis contente car le texte a eu de la ré­son­nance. Il a ré­son­né dans la tête des ju­rys, » ex­plique Mo­nique Pa­ri­seau. « Brin de nid » fut éga­le­ment re­con­nu par les in­ter­nautes, le texte est élu le choix du pu­blic.

« Lorsque Jean Fu­gère, ( co­or­don­na­teur des ju­rys francophones), m’a ap­pe­lé pour m’an­non­cer ce prix, j’ai tout de suite pen­sé à mon père. C’est un hom­mage à mon père, à tout l’amour qu’il pou­vait avoir. C’est une re­con­nais­sance. « Je suis contente pour pa­pa! » est la pre­mière pen­sée qui m’est ve­nu. Mon père ai­mait voya­ger et, même s’il est en py­ja­ma, il va se pro­me­ner par­tout dans le monde ! » , confie avec hu­mour Mo­nique Pa­ri­seau. Les textes ga­gnants se­ront en ef­fet pu­bliés dans le ma­ga­zine en­Route d’Air Ca­na­da, une re­vue lue par un mil­lion de per­sonnes par mois.

« J’igno­rais à ce mo­ment-là que l’image de mon père en py­ja­ma, une pelle dans les mains et creu­sant le sable de la grève, se­rait l’un de ces mo­ments pri­vi­lé­giés que l’on choi­sit après la mort de ceux qu’on aime pour tis­ser un nid de sou­ve­nirs où, dans les mo­ments plus dif­fi­ciles de la vie, nous al­lons nous ré­fu­gier… »

« … C’est là que j’ai vieilli, c’est là qu’été après été, j’ai tra­ver­sé l’en­fance… »

Née à Qué­bec, elle passe tous ses étés à Saint-Vallier, sur les rives du Saint-Laurent, dans la mai­son fa­mi­liale. Mo­nique est une femme du bord de l’eau.

Pour la lau­réate : « Écrire, c’est faire de la pein­ture avec les mots. C’est parce qu’on n’ar­rive pas à dé­pas­ser la beau­té du réel que l’on conti­nue. Est-ce qu’on est ca­pable de tou­cher l’ho­ri­zon, l’in­fi­ni? Écrire pour moi, c’est sai­sir l’es­sen­tiel, le vi­tal, fi­ger un mo­ment de ma vie, fixer un sou­ve­nir. Je suis la ré­sine, j’es­saye de de­ve­nir ambre De cet ambre-là, Ra­dio Ca­na­da en a fait un bi­jou, » a par­ta­gé Mo­nique Pa­ri­seau au su­jet de l’écri­ture.

« L’écri­ture et les mots ont tou­jours fait par­tie de ma vie. »

Mo­nique Pa­ri­seau, à la re­traite de­puis 2 ans, a en­sei­gné, pen­dant 32 ans le fran­çais et la lit­té­ra­ture au Cé­gep de Saint-Jé­rôme, avec une in­ter­rup­tion de 2 ans, où elle a en­sei­gné au Ma­roc. Un sé­jour qui est à l’ori­gine de son pre­mier ro­man Les Figues de Bar­ba­rie qui ob­tien­dra une men­tion au prix Ro­bert Cliche. Sui­vront Le Se­cret, fi­na­liste au prix Elle-Qué­bec, puis un re­cueil de nou­velles Ob­jets de mé­moires, et La Fian­cée du vent. Son der­nier ro­man Jeanne Bar­ret pu­blié aux Édi­tions Broquet veut rendre hom­mage à Jeanne Bar­ret, la pre­mière femme à avoir ac­com­pli le tour du monde, au 18e siècle, dé­gui­sée en homme.

Les autres lau­réats

Les textes fi­na­listes ont été choi­sis par­mi plus de 5000 textes re­çus en fran­çais et en an­glais de par­tout au pays. Jeu­di 24 mars, les pre­miers prix lit­té­raires ont été re­mis à Isi­dore Guy Ma­kaya, Mo­nique Le­tarte et Alain-Ber­nard Mar­chand. Les lau­réats des se­conds prix sont Mo­nique Pa­ri­seau, Do­mi­nic Ga­gné et Luc La­marre. Les pre­miers et se­conds prix dans cha­cune des ca­té­go­ries re­çoivent res­pec­ti­ve­ment 6 000 $ et 4 000 $. On peut lire les textes ga­gnants : http:// prix­lit­te­raires. ra­dio-ca­na­da. ca/

Le ju­ry fran­co­phone : Fran­çoise Enguehard, Jean-François Na­deau et Pa­tri­cia Po­wers ( Ré­cit); Joël Des Ro­siers, Tho­mas Hell­man et Geor­gette Le­Blanc, ( Poé­sie); Mar­gue­rite An­der­sen, Si­mon Bou­le­rice et Gra­cia Cou­tu­rier ( Nou­velle).

Mo­nique Pa­ri­seau, ré­si­dante de SaintHip­po­lyte, lau­réate du 2e prix dans la ca­té­go­rie Ré­cit des Prix lit­té­raires de Ra­dioCa­na­da 2010, pour le texte «Brin de nid».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.