Avril, mois de la san­té buc­co­den­taire

Le Nord - - ON SORT -

Même si la bouche fait par­tie du corps, on a ten­dance à les dis­so­cier. On ignore sou­vent les sai­gne­ments ou la sen­si­bi­li­té des gen­cives, alors qu’une ir­ri­ta­tion ou une douleur ailleurs dans le corps condui­rait à une vi­site chez le mé­de­cin.

Une mau­vaise san­té buc­co­den­taire peut nuire à la qua­li­té de vie. La douleur buc­cale, l’éden­ta­tion et les in­fec­tions buc­cales peuvent toutes al­té­rer la fa­çon dont une per­sonne parle, mange et noue des re­la­tions. Ces pro­blèmes de san­té buc­co­den­taire peuvent ré­duire la qua­li­té de vie, en en­dom­ma­geant le bien-être so­cial, men­tal et phy­sique.

Même si l’uti­li­sa­tion de la soie den­taire ne peut vous ga­ran­tir une bonne san­té à vie, en main­te­nant une bonne san­té buc­co­den­taire vous contri­buez à en­tre­te­nir une hy­giène de vie plus saine.

Ha­bi­tudes saines

Voi­ci d’autres ha­bi­tudes saines que vous pou­vez adop­ter pour main­te­nir un mode de vie sain : man­gez équi­li­bré, exa­mi­nez votre bouche ré­gu­liè­re­ment pour dé­tec­ter tout signe de ma­la­die de gen­cive, ne fu­mez pas et sur­tout, con­sul­tez votre den­tiste ré­gu­liè­re­ment.

Or, ces pro­blèmes peuvent être le signe de pro­blèmes plus graves, comme le can­cer de la bouche. Chaque an­née, près de 3200 Ca­na­diens sont diag­nos­ti­qués d’un can­cer de la bouche, et 1050 per­sonnes at­teintes de ce can­cer en meurent. Cette ma­la­die dé­vas­ta­trice a un taux de sur­vie faible, no­tam­ment parce qu’elle est diag­nos­ti­quée très tard. Si elle était détectée tôt, ce taux s’en trou­ve­rait gran­de­ment amé­lio­ré. Pour ce faire, vous de­vez rendre ré­gu­liè­re­ment vi­site à votre den­tiste, qui a la for­ma­tion et l’ex­pé­rience ap­pro­priées pour dé­pis­ter le can­cer de la bouche tôt.

Tout ce qui se passe dans votre bouche a un ef­fet sur votre corps. C’est pour­quoi il est très im­por­tant de consul­ter votre den­tiste ré­gu­liè­re­ment. Seul votre den­tiste pos­sède la for­ma­tion, les com­pé­tences et le sa­voir-faire pour ré­pondre de ma­nière ap­pro­priée à tous vos be­soins en ma­tière de san­té buc­co­den­taire. Les exa­mens den­taires ré­gu­liers em­pêchent les pe­tits pro­blèmes de s’ag­gra­ver.

Source: As­so­cia­tion den­taire ca­na­dienne

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.