Trans­plan­ter un ar­buste: un art!

Le Nord - - ACTUALITÉS -

Il est bien frus­trant d’avoir un coup de coeur pour un ar­buste et de consta­ter que non seule­ment il re­fuse de pous­ser une fois plan­té dans votre jar­din mais qu’il com­mence même à dé­pé­rir. Si, lors de l’achat, la plante se trouve à l’étroit dans son conte­nant ou si la motte est trop sèche lors de la plan­ta­tion, les ra­cines au­ront bien de la dif­fi­cul­té à pré­le­ver les élé­ments nu­tri­tifs et l’eau né­ces­saires à son dé­ve­lop­pe­ment. Si la motte est très sèche, il est im­por­tant de bien la mouiller, en n’hé­si­tant pas à la lais­ser dans une cuve rem­plie d’eau du­rant une heure. Si les ra­cines sont trop ser­rées, n’hé­si­tez pas à les tailler à quelques en­droits. Autre con­seil : pré­pa­rez un large trou de plan­ta­tion en pre­nant soin d’y ajou­ter de la ma­tière or­ga­nique bien dé­com­po­sée. Après la plan­ta­tion, gar­dez le sol hu­mide du­rant les 10 pre­miers jours afin de per­mettre aux ra­cines de bien s’ac­cli­ma­ter à leur nou­vel en­vi­ron­ne­ment. Si, après avoir pris toutes ces pré­cau­tions, vous consta­tez que votre plante montre des signes de fai­blesse ou cesse de pous­ser, il y a fort à pa­rier qu’elle a été mise en terre trop pro­fon­dé­ment. C’est une er­reur très fré­quente chez les jar­di­niers dé­bu­tants. La règle est simple : il faut lais­ser à la plante le même ni­veau que ce­lui qui existe dans le conte­nant. Si vous de­vez ajou­ter de la terre sur la motte de la plante culti­vée, c’est que le trou est trop pro­fond.

La règle est simple : il faut lais­ser à la plante le même ni­veau que ce­lui qui existe dans le conte­nant.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.